Wikia

Wiki Once Upon a Time

Cendrillon (conte)

1 235pages sur
ce wikia
Commentaire0
Book.png Cendrillon
Cendrillon conte.jpg
Introduit/e/s dansLe Prix à Payer
OrigineFrance
Période / Année1697
Personnages liésCendrillon
Prince Thomas
Rumplestiltskin
Marraine la fée
Roi
Marâtre

Cendrillon est un conte populaire, connu en Occident à travers les versions de Charles Perrault (Cendrillon ou la Petite Pantoufle de verre, 1697) et des frères Grimm (Aschenputtel, 1812). Il existe cependant une multitude de versions de par le monde, dont la plus ancienne remonte à l'Antiquité.

RésuméModifier

La femme d'un noble meurt. Ce dernier se retrouve seul avec sa petite fille et décide de se remarier avec une femme, veuve comme lui. Sa future épouse est très orgueilleuse. Elle a eu deux filles avec l'homme dont elle est veuve, Javotte et Anastasie. Les deux petites filles sont aussi insupportables qu'elle. Elle finit par être jalouse de l'enfant de son mari, qui est très douce et généreuse. Après le mariage, elle force sa belle-fille a s'occuper de toutes les tâches ménagères et la fait dormir dans le grenier.

L'enfant n'ose pas se plaindre à son père, car elle a peur qu'il la gronde, et le soir, après tout son travail, elle s'assied dans la cheminée, au milieu des cendres. On l'appelle Cendrillon à cause de cette habitude. Mais malgré ses habits et sa saleté, elle reste bien plus belle que ses belle-sœurs.

Un beau jour, le fils du Roi invite tous les nobles du Royaume à un bal. Les belles-sœurs de Cendrillon se préparent avec son aide. Elles lui donnent beaucoup de travail, puis, le jour du bal, elles s'en vont sans elle. Une fois seule, Cendrillon se met à pleurer. C'est là qu'arrive sa marraine, qui comprend qu'elle veut aller au bal. Sa marraine est une fée. Elle lui demande d'apporter une citrouille, qu'elle change en un merveilleux carrosse. Ensuite, elle transforme un rat en cocher et six lézards en laquais. Elle finit par changer les haillons de Cendrillon en beaux habits. Mais elle la prévient que tous ses sorts seront rompus à minuit et qu'elle devra être partie avant cette heure. Heureuse, Cendrillon la remercie et se rend au bal.

Arrivée au bal, tout le monde l'admire, et le fils du Roi l'invite à danser. Elle reste un moment avec lui, puis, à onze heure trois-quarts, elle salue ceux qui lui parlent et s'en va. Lorsqu'elles rentrent, ses belles-sœurs et sa belle-mère la trouvent vêtue de ses habits sales et lui racontent qu'une très belle jeune femme que personne ne connaît a dansé avec le prince. Cendrillon fait semblant d'être surprise.

Le lendemain, elle retourne au bal, avec son carrosse et ses beaux vêtements. Elle s'amuse tellement avec le prince qu'elle ne voit pas passer le temps. Au premier coup de minuit, elle s'enfuit. Elle court tellement vite qu'elle perd l'une des souliers de vair, (c'est-à-dire en fourrure, et non en verre) que lui a donné la fée. Le prince le ramasse. Essoufflée, Cendrillon arrive chez elle.

Lorsque sa famille rentre, Cendrillon apprend que le prince veut absolument retrouver la belle dame du bal, et qu'il fait essayer sa pantoufle a toutes les filles nobles du Royaume. Le lendemain, un gentilhomme vient chez Cendrillon. Il fait essayer la pantoufle à Anastasie et Javotte. Elles ne peuvent l'enfiler. Cendrillon enfile la pantoufle sans problème et sort la deuxième pantoufle de sa poche. La marraine apparaît et lui rend ses beaux vêtements. Ses belle-sœurs s'excusent, et Cendrillon leur pardonne avant de partir à la cour pour épouser le prince. Plus tard, elle invite Anastasie et Javotte et les marie à deux grands seigneurs.

Conte traditionnelModifier

Page longue. Cliquez pour lire.

Il était une fois un gentilhomme qui épousa, en secondes noces, une femme, la plus hautaine et la plus fière qu'on eût jamais vue. Elle avait deux filles de son humeur, et qui lui ressemblaient en toutes choses. Le mari avait, de son côté, une jeune fille, mais d'une douceur et d'une bonté sans exemple : elle tenait cela de sa mère, qui était la meilleure personne du monde.

Les noces ne furent pas plus tôt faites que la belle-mère fit éclater sa mauvaise humeur : elle ne put souffrir les bonnes qualités de cette jeune enfant, qui rendaient ses filles encore plus haïssables. Elle la chargea des plus viles occupations de la maison : c'était elle qui nettoyait la vaisselle et les montées, qui frottait la chambre de madame et celles de mesmoiselles ses filles ; elle couchait tout au haut de la maison, dans un grenier, sur une méchante paillasse, pendant que ses sœurs étaient dans des chambres parquetées où elles avaient des lits des plus à la mode, et des miroirs où elles se voyaient depuis les pieds jusqu'à la tête. La pauvre fille souffrait tout avec patience et n'osait s'en plaindre à son père, qui l'aurait grondée, parce que sa femme le gouvernait entièrement.

Lorsqu'elle avait fait son ouvrage, elle s'allait mettre au coin de la cheminée, et s'asseoir dans les cendres, ce qui faisait qu'on l'appelait communément dans le logis Cendrillon. Cependant Cendrillon, avec ses méchants habits, ne laissait pas d'être cent fois plus digne que ses sœurs, quoique vêtues très magnifiquement.

Il arriva que le fils du roi donna un bal et qu'il en pria toutes les personnes de qualité. Nos deux demoiselles en furent aussi priées, car elles faisaient grande figure dans le pays. Les voilà bien aises et bien occupées à choisir les habits et les coiffures qui leur siéraient le mieux. Nouvelle peine pour Cendrillon, car c'était elle qui repassait le linge de ses sœurs et qui godronnait leurs manchettes. On ne parlait que de la manière dont on s'habillerait. – Moi, dit l'aînée, je mettrai mon habit de velours rouge et ma garniture d'Angleterre. – Moi, dit la cadette, je n'aurai que ma jupe ordinaire ; mais, en récompense, je mettrai mon manteau à fleurs d'or et ma barrière de diamants, qui n'est pas des plus indifférentes. – On envoya quérir la bonne coiffeuse pour dresser les cornettes à deux rangs, et on fit acheter des mouches de la bonne faiseuse.

Elles appelèrent Cendrillon pour lui demander son avis, car elle avait le goût bon. Cendrillon les conseilla le mieux du monde, et s'offrit même à les coiffer ; ce qu'elles voulurent bien. En les coiffant, elles lui disaient : « Cendrillon, serais-tu bien aise d'aller au bal ? – Hélas ! mesdemoiselles, vous vous moquez de moi ; ce n'est pas là ce qu'il me faut. – Tu as raison, on rirait bien, si on voyait un Cendrillon aller au bal. – Une autre que Cendrillon les aurait coiffées de travers ; mais elle était bonne, et elle les coiffa parfaitement bien.

Elles furent près de deux jours sans manger, tant elles étaient transportées de joie. On rompit plus de douze lacets, à force de les serrer pour leur rendre la taille plus menue, et elles étaient toujours devant le miroir. Enfin l'heureux jour arriva ; on partit, et Cendrillon les suivit des yeux, le plus longtemps qu'elle put.

Lorsqu'elle ne les vit plus, elle se mit à pleurer. Sa marraine, qui la vit tout en pleurs, lui demanda ce qu'elle avait, « Je voudrais bien… je voudrais bien… » Elle pleurait si fort qu'elle ne put achever. Sa marraine, qui était fée, lui dit : « Tu voudrais bien aller au bal, n'est-ce pas ? – Hélas ! oui, dit Cendrillon en soupirant. – Eh bien ! seras-tu bonne fille ? dit sa marraine, je t'y ferai aller. » – Elle la mena dans sa chambre, et lui dit : Va dans le jardin, et apporte-moi une citrouille. » – Cendrillon alla aussitôt cueillir la plus belle qu'elle put trouver, et la porta à sa marraine, ne pouvant deviner comment cette citrouille la pourrait faire aller au bal. Sa marraine la creusa et, n'ayant laissé que l'écorce, la frappa de sa baguette, et la citrouille fut aussitôt changée en un beau carrosse tout doré.

Ensuite elle alla regarder dans la souricière, où elle trouva six souris toutes en vie. Elle dit à Cendrillon de lever un peu la trappe de la souricière, et, à chaque souris qui sortait, elle lui donnait un coup de sa baguette, et la souris était aussitôt changée en un beau cheval : ce qui fit un bel attelage de six chevaux, d'un beau gris de souris pommelé.

Comme elle était en peine de quoi elle ferait un cocher : « Je vais voir, dit Cendrillon, s'il n'y a pas quelque rat dans la ratière, nous en ferons un cocher. – Tu as raison, dit sa marraine, va voir. » – Cendrillon lui apporta la ratière, où il y avait trois gros rats. La fée en prit un d'entre les trois, à cause de sa maîtresse barbe, et, l'ayant touché, il fut changé en un gros cocher, qui avait une des plus belles moustaches qu'on ait jamais vues.

Ensuite elle lui dit : « Va dans le jardin, tu y trouveras six lézards derrière l'arrosoir ; apporte-les-moi. » – Elle ne les eut pas plus tôt apportés, que sa marraine les changea en six laquais, qui montèrent aussitôt derrière le carrosse, avec leurs habits chamarrés, et qui s'y tenaient attachés comme s'ils n'eussent fait autre chose de toute leur vie.

La fée dit alors à Cendrillon : « Eh bien ! voilà de quoi aller au bal : n'es-tu pas bien aise ? – Oui, mais est-ce que j'irai comme cela, avec mes vilains habits ? » – Sa marraine ne fit que la toucher avec sa baguette, et en même temps ses habits furent changés en des habits d'or et d'argent, tout chamarrés de pierreries ; elle lui donna ensuite une paire de pantoufles de verre, les plus jolies du monde. Quand elle fut ainsi parée, elle monta en carrosse ; mais sa marraine lui recommanda, sur toutes choses, de ne pas passer minuit, l'avertissant que, si elle demeurait au bal un moment davantage, son carrosse redeviendrait citrouille, ses chevaux des souris, ses laquais des lézards, et que ses beaux habits reprendraient leur première forme.

Elle promit à sa marraine qu'elle ne manquerait pas de sortir du bal avant minuit. Elle part, ne se sentant pas de joie. Le fils du roi, qu'on alla avertir qu'il venait d'arriver une grande princesse qu'on ne connaissait point, courut la recevoir. Il lui donna la main à la descente du carrosse, et la mena dans la salle où était la compagnie. Il se fit alors un grand silence ; on cessa de danser, et les violons ne jouèrent plus, tant on était attentif à contempler cette inconnue. Le roi même, tout vieux qu'il était, ne laissait pas de la regarder, et de dire tout bas à la reine qu'il y avait longtemps qu'il n'avait vu une si aimable personne. Toutes les dames étaient attentives à considérer sa coiffure et ses habits, pour en avoir, dès le lendemain, des semblables, pourvu qu'il se trouvât des étoffes assez belles, et des ouvriers assez habiles.

Le fils du roi la mit à la place la plus honorable, et ensuite la prit pour la mener danser. Elle dansa avec tant de grâce, qu'on l'admira encore davantage. Elle alla s'asseoir auprès de ses sœurs et leur fit mille honnêtetés ; elle leur fit part des oranges et des citrons que le prince lui avait donnés, ce qui les étonna fort car elles ne la connaissaient point.

Lorsqu'elles causaient ainsi, Cendrillon entendit sonner onze heures trois quarts ; elle fit aussitôt une grande révérence à la compagnie, et s'en alla le plus vite qu'elle put. Dès qu'elle fut arrivée, elle alla trouver sa marraine, et, après l'avoir remerciée, elle lui dit qu'elle souhaiterait bien aller encore le lendemain au bal.

Comme elle était occupée à raconter à sa marraine tout ce qui s'était passé au bal, les deux sœurs heurtèrent à la porte ; Cendrillon leur alla ouvrir. « Que vous êtes longtemps à revenir ! » leur dit-elle en baillant, en se frottant les yeux, et en s'étendant comme si elle n'eût fait que de se réveiller ; elle n'avait cependant pas eu envie de dormir, depuis qu'elles s'étaient quittées. – « Si tu étais venue au bal, lui dit une de ses sœurs, tu ne t'y serais pas ennuyée ; il est venu la plus gentille princesse, la plus gentille qu'on puisse jamais voir ; elle nous a fait mille civilités ; elle nous a donné des oranges et des citrons. » – Cendrillon ne se sentait pas de joie ; elle leur demanda le nom de cette princesse ; mais elles lui répondirent qu'on ne la connaissait pas, que le fils du roi donnerait toutes choses au monde pour savoir qui elle était. Cendrillon sourit et leur dit : « Elle était donc bien gentille ? Mon Dieu ! que vous êtes heureuses ? ne pourrais-je point la voir ? Hélas ! mademoiselle Javotte, prêtez-moi votre habit jaune que vous mettez tous les jours. – Vraiment, dit mademoiselle Javotte, je suis de cet avis ! Prêter mon habit à un vilain Cendrillon comme cela ! il faudrait que je fusse bien folle. » – Cendrillon s'attendait bien à ce refus, et elle en fut bien aise, car elle aurait été grandement embarrassée, si sa sœur eût bien voulu lui prêter son habit.

Le lendemain, les deux sœurs furent au bal, et Cendrillon aussi, mais encore plus parée que la première fois. La jeune demoiselle ne s'ennuyait point et oublia ce que sa marraine lui avait recommandé ; de sorte qu'elle entendit sonner le premier coup de minuit, lorsqu'elle ne croyait point qu'il fût encore onze heures ; elle se leva, et s'enfuit aussi légèrement qu'aurait fait une biche. Le prince la suivit. Elle laissa tomber une de ses pantoufles de verre, que le prince ramassa bien soigneusement. Cendrillon arriva chez elle, bien essoufflée, sans carrosse, sans laquais, et avec ses méchants habits ; rien ne lui étant resté de sa magnificence, qu'une de ses petites pantoufles, la pareille de celle qu'elle avait laissée tomber.

On demanda aux gardes de la porte du palais s'ils n'avaient point vu sortir une princesse : ils dirent qu'ils n'avaient vu sortir personne qu'une jeune fille fort mal vêtue, et qui avait plus l'air d'une paysanne que d'une demoiselle.

Quand les deux sœurs revinrent du bal, Cendrillon leur demanda si elles s'étaient encore bien diverties, et si la belle dame y avait été ; elles lui dirent que oui, mais qu'elle s'était enfuie, lorsque minuit avait sonné, et si promptement qu'elle avait laissé tomber une de ses petites pantoufles de verre, la plus jolie du monde ; que le fils du roi l'avait ramassée, et qu'assurément il était fort désireux de connaître la personne à qui appartenait la petite pantoufle.

Elles dirent vrai ; car, peu de jours après, le fils du roi fit publier, à son de trompe, qu'il épouserait celle dont le pied serait bien juste à la pantoufle. On commença à l'essayer aux princesses, ensuite aux duchesses et à toute la cour, mais inutilement. On l'apporta chez les deux sœurs, qui firent tout leur possible pour faire entrer leur pied dans la pantoufle, mais elles ne purent en venir à bout. Cendrillon, qui les regardait, et qui reconnut sa pantoufle, dit en riant : « Que je voie si elle ne me serait pas bonne ! » Ses sœurs se mirent à rire et à se moquer d'elle. Le gentilhomme qui faisait l'essai de la pantoufle, ayant regardé attentivement Cendrillon, dit que cela était très juste, et qu'il avait l'ordre de l'essayer à toutes les filles. Il fit asseoir Cendrillon, et, approchant la pantoufle de son petit pied, il vit qu'il y entrait sans peine, et qu'elle y était juste comme de cire. L'étonnement des deux sœurs fut grand, mais plus grand encore quand Cendrillon tira de sa poche l'autre petite pantoufle, qu'elle mit à son pied. Là-dessus arriva la marraine, qui, ayant donné un coup de baguette sur les habits de Cendrillon, les fit devenir encore plus magnifiques que tous les autres.

Alors ses deux sœurs la reconnurent pour la personne qu'elles avaient vue au bal. Elles se jetèrent à ses pieds pour lui demander pardon de tous les mauvais traitements qu'elles lui avaient fait souffrir. Cendrillon les releva et leur dit, en les embrassant, qu'elle leur pardonnait de bon cœur, et qu'elle les priait de l'aimer bien toujours. On la mena chez le jeune prince, parée comme elle était, et, peu de jours après, il l'épousa. Cendrillon, qui était bonne, fit loger ses deux sœurs au palais, et les maria, dès le jour même, à deux grands seigneurs de la cour.


Adaptation dans la sérieModifier

Cendrillon apparaît pour la première fois dans la série lors de l'épisode Le Prix à Payer. Son alter ego à Storybrooke est Ashley Boyd. L'histoire du personnage de la série présente de nombreuses différences avec le conte de Perrault, dont voici les principales :

  • Ce n'est pas sa Marraine qui lui permet d'aller au bal, mais Rumplestiltskin, cette dernière ayant été tuée par le mage.
    • De plus, même si Rumplestiltskin dit à Cendrillon de « faire attention à l'heure », il n'est fait aucune mention d'une heure à ne pas dépasser comme dans le conte original.
    • De même, Rumplestiltskin ne change pas une citrouille en carrosse, alors que c'est le cas dans le conte.
  • Rumplestiltskin exige une contrepartie, en échange de la vie qu'il a offerte à Cendrillon, à l'inverse du conte (la bonne fée n'exigeant évidemment rien de Cendrillon en échange de son bonheur). Il exige son futur enfant.
  • Cendrillon est enceinte dans la série, ce qui n'est pas le cas dans le conte.
  • Le prince de Cendrillon disparaît lorsque Rumplestiltskin tombe dans le piège tendu par cette dernière, contrairement au conte, qui a une fin heureuse.

Autres adaptationsModifier

CinémaModifier

  • 1898 : Cendrillon, réalisé par George Albert Smith avec Laura Bayley.
  • 1899 : Cendrillon, réalisé par Georges Méliès avec Jeanne d'Alcy.
  • 1911 : Cinderella, film avec Florence LaBadie.
  • 1912 : Cinderella, film avec Charles Clary.
  • 1914 : Cinderella, film de James Kirkwood Sr.
  • 1922 : Cinderella, court-métrage d'animation, réalisé par Walt Disney.
  • 1924 : Cinderella, film de Herbert M. Dawley.
  • 1933 : Cinderella, film de Paul Terry, musique de Philip A. Scheib.
  • 1937 : Cinderella, film de Pierre Caron.
  • 1977 : Cinderella, film de Michael Pataki.
  • 1950 : Cendrillon, film d'animation réalisé par Clyde Geronimi & Wilfred Jackson (Prod : Walt Disney).
  • 1973 : Trois noisettes pour Cendrillon, film réalisé par Václav Vorlíček avec Libuše Šafránková.
  • 1998 : À tout jamais (La véritable histoire de Cendrillon) (Ever After) un film de Andy Tennant avec Drew Barrymore, Anjelica Huston, Dougray Scott et Jeanne Moreau.
  • 2003 : Comme Cendrillon, de Mark Rosman avec Hilary Duff, Chad Michael Murray.
  • 2006 : Cinderella, film de Bong Man Dae.
  • 2007 : Une Autre Histoire de Cendrillon ou Comme Cendrillon 2 (Another Cinderella Story), de Damon Santostefano, avec Selena Gomez et Andrew Seeley (ou Drew Seeley).
  • 2010 : Cendrillon, télefilm allemand avec Suzanne Zenke.
  • 2011 : A Cinderella Story: Once Upon a Song avec Lucy Hale.
  • 2012 : Cendrillon au Far West, film d'animation 3D de Pascal Hérold.
  • 2014 : Into the Woods, film musical regroupant des personnages de différents contes avec Anna Kendrick (Cendrillon) et Chris Pine (le prince)
  • 2015 : Cendrillon, version live du film d'animation des studios Disney réalisée par Kenneth Branagh avec Lily James (Cendrillon), Cate Blanchett (la belle-mère) et Helena Bonham Carter (la bonne fée).

OpéraModifier

  • 1759 : Cendrillon, de Jean-Louis Laruette et Louis Anseaume, première version « opéra » du conte de Perrault
  • 1817 : La Cenerentola, ossia La bontà in trionfo (Cendrillon ou la Bonté triomphante). Opéra de Gioachino Rossini Teatro Valle, Rome, 25 janvier.
  • Cinderella, un opéra anglais de Peter Maxwell Davies.

BalletModifier

  • Cendrillon, ballet qui connut de nombreuses versions de 1813 à nos jours.

ThéâtreModifier

  • 1990 : Cendrillon, comédie pour théâtre de marionnettes de Jean-Baptiste Fronty
  • 2011 : Cendrillon, réécriture de la pièce partant de la mort de la mère, de Joël Pommerat.
  • 2011 : Cendrillon, théâtre d'objet, conte musical dansé, créé par la Compagnie Comme Si d'après le texte de Charles Perrault, la musique d'Isabelle Aboulker et les compositions originales de Grégory Veux. Création et mise en scène d'Aurore Déon.

LittératureModifier

  • 1953 : La Pantoufle perdue, ou Cendrillon, de Lucien Jacques (conte en vers)
  • Cendrillon, roman d'Éric Reinhardt

TélévisionModifier

  • 1996 : Cendrillon, série télévisée d'animation italo-japonaise
  • 1997 : La Légende de Cendrillon, téléfilm avec Brandy Norwood et Whitney Houston.
  • 2007 : Trois contes merveilleux un téléfilm de Hélène Guétary (2007) joué par 44 animateurs de France 2, et produit par Olivier Minne, comprenant l'histoire de Cendrillon, diffusé sur la chaîne.
  • 2012 : Dans l'épisode 20 de la saison 1 de Grimm, Lucinda Jarvis est une Murciélaga, un Wesen à l'aparence de chauve-souris vampire capable de briser le verre grâce à des ultrasons. De cette manière, couverte par son parrain, également Murciélago, elle assassine sa belle-mère et une de ses demi-sœurs après que la première a refusé de venir en aide financièrement à son mari qu'elle a rencontré lors d'un bal de charité.

MusiqueModifier

  • 2009 : Cendrillon, le spectacle musical, une comédie musicale moderne du conte, au Théâtre Mogador
  • 1982 : Cendrillon, chanson de Téléphone, sortie dans l'album Dure Limite
  • 1957 : Cendrillon (Cinderella en anglais), émission télévisée aux États-Unis, musique de Richard Rodgers, livret d'Oscar Hammerstein II.

Arts plastiquesModifier

  • 2005 : Le bal de Cendrillon, scène d'automates grandeur nature de Janie et Armand Langlois. installé au château de Breteuil.
  • Cendrillon est une scène animée et un livre animé géant d'Armand Langlois.

AttractionsModifier

  • Dans le parc d'attractions Efteling, le Prince retrouve Cendrillon dans le manoir de la belle-mère dans le Bois des contes.

RéférencesModifier

Cette page utilise du contenu sous licence Creative Commons de Wikipedia (voir les auteurs).