FANDOM


Ceci est la version définitive du billet avec mes écrits, après moult modifications !

Bonjour \ Bonsoir \ Bonne Année, vous êtes ici sur le domaine de Blake ! Comme vous avez pu le constater grâce au titre (obviously)je posterais ici des écrits à un rythme disons "douteux", puisque complètement RANDOM, guidé par mon esprit malade.

Que ce soit écrits ou rédaction, tout pour le plaisir des yeux, passez une bonne soirée \ année \ journée, et surtout : Long Live Zelena !

Sommaire:


- Heartless (réflexion pendant un cours de physique)


- Cure For Madness (mon premier écrit dont je suis fier)


- Full Dark, No Stars (je voulais parler de la BF)


  • Heartless

Un mal qui repend la terreur. Mal que le ciel en sa fureur… Inventa pour punir les crimes de la terre. Dans ce texte, l’auteur parle de la peste. Une maladie disparue, l’une des plus meurtrières de l’histoire. De nos jours encore, il existe des maux dangereux, meurtriers, qui font trembler par la seule mention de leur nom. Mais il en existe une qui surclasse toutes les autres. Une maladie dégénérative, dangereuse au possible et surtout, incroyablement virale. Les symptômes ? Perte considérable des capacités cérébrales, appauvrissement du vocabulaire, addiction... Tel un parasite, la séparation avec ce mal peut entrainer de sévères baisses de morales, des dégradations physiques, parfois même dépressions nerveuses… Et dans des cas extrêmes, pousse au suicide. Il n’existe aucun traitement, aucune thérapie… Il n’existe qu’un seul moyen d’annihiler la dégénérescence. Ne plus rien ressentir. Devenir un mur bloquant toute émotion, tout sentiment. Être sans cœur. Un mal qui repend la terreur. Mal que le ciel en sa fureur… Inventa pour punir les crimes de la terre. L’amour, puisqu’il faut le nommer.


  • Cure for Madness

Le souffle court. Le cœur tambourinant son thorax. La douleur pulsant à ses oreilles. Elle court. Vite. Si vite qu’elle semble glisser au-dessus du sol. Elle ne fait aucun bruit en courant, on entend juste le sifflement guttural et éreinté de sa respiration. Elle semble fuir. Elle semble fuir une menace lointaine, et pourtant si proche. Sa respiration se couple à d’autres bruits, des bruits de pas plus lourds, plus puissants. Elle est blessée à la hanche. Une dague est plantée, retenant le sang qui peine à coaguler dans sa course folle. Elle cache quelque chose dans sa manche. Elle le réserve pour la fin éventuelle de sa course. Une fin qu’elle aimerait fuir, mais qu’elle sait inévitable. Elle entre dans une ruelle étroite et sombre, privée de la lumière blafarde de la lune. Ses foulées s’accélèrent et enfin elle le voit. Simple silhouette, tout d’abord, mais très vite une ombre courant dans la nuit. C’est un homme. De plus en plus proche, de plus en plus clair, toujours plus grand et plus visible. Son cœur s’accélère. Elle bondit. La lame sort de sa manche, avant de percer au cœur de l’inconnu. Ce dernier s’effondre dans une ample tache de sang, inerte. Elle se relève, le couteau ensanglanté en main. Elle jubile comme une hyène devant un cadavre. Elle ne semble plus humaine, elle n’a plus rien d’une proie. Elle a toujours été le chasseur.


  • Full Dark, No Stars

Elle laisse le ciel nocturne trembler devant chacun de ses mots, devant chacun de ses gestes d'une élégance futile. Qui peut-elle encore séduire, dans un monde si vaste dont même elle n'a jamais trouvé bout ? Elle regarde les étoiles tomber, à la manières de larmes que laisse s'échapper la lune, si seule dans les cieux béants. Elle aimerait se réveiller de ce cauchemar trop long, de cette blague que le destin lui fait et à laquelle il ne semble plus trouver de chute. Elle écoute le bourdonnement du silence, le vent siffler comme un cor infernal. Elle veut que ça s'arrête, il faut que ça s'arrête. Elle se lève, s'ébat au milieu d'une pièce trop vaste pour elle seule. Elle brise tout ce qui peut l'être, détruit ce qui reste des reliques futiles qu'elle amasse. Elle insulte l'étoile bleue qui la nargue si haut dans le ciel. Elle se perd dans les bras laiteux de la voûte céleste, elle tente un instant d'oublier sa solitude… Elle fait la guerre au monde, et le monde lui fait la guerre. Elle ouvre les paupières sur la nuit éternelle dans laquelle elle vit, pousse un long soupir qui la ramène à la raison : Elle trouve un second souffle, comme un noyé tente de revenir à la surface. Elle s'assied à son bureau, au milieu de l'immense désastre qu'elle a causé, elle remet de l'ordre dans ses cheveux de geais. Derrière, un petite voix résonne. C'est son enfant. Non, pas ce fils esclave d'un pauvre couteau qu'elle tente chaque jour d'oublier, mais ce petit dieu qui conduit chacun de ses rêves. Il demande si elle va bien. Elle prend une gorgée de cet air qui semble si pur en sa présence. Elle se fend d'un sourire épuisé : – Ne t'en fais pas Gideon, Maman arrive, elle va te lire une histoire.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard