FANDOM


Plume WIKI Cette page est la transcription de l'épisode Tallahassee. Plume WIKI
N'hésitez pas à la compléter ou à corriger la moindre erreur.
Once Upon a Time couverture livre de contes

SCÈNE : Royaume enchanté. Présent. Emma, Mary Margaret, Aurore, Mulan et Crochet s'approchent du pied de la tige de haricot et lève les yeux, voyant qu'il s'étend dans les nuages.

Emma : Dans l'histoire, ça avait l'air un peu moins flippant que ça.
Mulan : La mort rode par-ici.
Mary Margaret : C'est encourageant.
Crochet : Bon, on a une boussole à voler, allons-y !
Emma : Attendez. Si ces haricots magiques… créent des… portes, on a qu'à en prendre un et rentrer ? Pourquoi voler la boussole ?
Crochet : Parce qu'il n'y a plus de haricots. J'ignore quelle histoire on vous a raconté, mais elle est certainement fausse.
Emma : Ça parle d'un garçon qui s'appelle Jack, d'une vache qui ne donne plus de lait et à un moment il affronte d'affreux géants qui possèdent un trésor et une poule aux œufs d'or… ou une harpe.
Crochet : Ça doit être un très joli conte. Mais la véritable histoire un peu plus sombre. Ce sont les géants qui ont fait pousser cette tige, non pas pour répandre le bien autour d'eux, mais pour piller tous les royaumes. Jack et ses hommes leurs ont livré une guerre sans merci. Et ils les ont tous vaincu, excepté un. Mais avant de mourir, les géants ont pris soin de détruire tous les haricots, pour que leur magie disparaissent avec eux. Et il ne s'agit pas de magie blanche, croyez-moi.
Emma : Si ces géants n'ont laissé que cette tige de haricot derrière eux, pourquoi personne ne monte là-haut pour en faire pousser d'autres ?
Crochet : parce qu'un des géants a survécu. Le plus fort et le plus redoutable d'entre eux. Alors il faudra déjouer sa vigilance pour pouvoir…
Mary Margaret : …s'emparer de la boussole.
Crochet : Eh oui. Le trésor dont vous parliez existe bel et bien et la boussole en fait parti. C'est elle qui nous mènera vers votre pays. Cora peut ouvrir une porte grâce aux cendres de l'armoire, mais elle ne peux pas trouver votre monde sans la boussole. Une fois que nous l'aurons, nous volerons les cendres de l'armoire et nous poursuivrons notre chemin.
Mulan : Quelle preuve avons-nous que vous ne cherchiez pas dérober la boussole pour Cora ?
Crochet : Vous m'inspirez d'avantage de confiance que cette femme. Tout ce que je demande c'est aller à Storybrooke. Je jurerai fidélité à ceux qui me conduiront là-bas les premiers.
Emma : On ferait bien de commencer à grimper.
Crochet : Vous avez raison mais… j'ai oublié de préciser que le géant a ensorcelé ce plant de haricot pour pour qu'il éloigne les intrus.
Emma : Ah génial, on fait comment pour monter ?
Crochet : Cora m'a donné de quoi déjouer ce sort. Vous pourriez me détacher. (Crochet tend ses poignets, qui sont toujours attachés ensemble. Mary Margaret les détache. Il tend un de ses bras, montrant un bracelet) Merci, votre Grâce. Je n'ai que deux bracelets. Cora devait m'accompagner. Alors… laquelle de ces charmantes jeunes femmes veut se joindre à moi ? Mmh ? Allez, disputez-vous ce privilège. J'adore voir les filles se battre pour moi.


SCÈNE : Monde sans magie. Passé. À Portland, dans l'Oregon, la jeune Emma s'approche d'une voiture jaune garé et sort une tige métallique, qu'elle utilise pour ouvrir la serrure. Elle monte à l'intérieur et utilise ensuite un tournevis pour démarrer. Emma commence à rouler, mais est interrompue par un homme sur le siège arrière. Il se penche en avant et tend des clés.

Homme : Impressionnant. Mais tu sais, t'aurais dû me demander là clé.
Emma : Mais…
Homme : T'arrête pas, tout va bien.
Emma : Je viens de voler ta caisse, j'suis peut-être dangereuse.
Neal : Neal Cassidy.
Emma : Comptes pas sur moi pour te dire mon nom.
Neal : J'ai pas besoin de ton nom pour te faire arrêter, je t'ai pris en flagrant délit.
Emma : Emma. Swan.
Neal : Ça sonne bien.
Emma : Alors, tu… tu vis dans ta voiture, ou tu reste là à attendre qu'on te la vole ?
Neal : Je pourrais te dire ça devant une verre ?
Emma : C'est une blague ?
Neal : Hé. Regardes la route. (Emma grille un stop)
Emma : Je vais pas boire un verre avec toi t'es peut-être un malade mental.
Neal : Je suis peut-être un malade mental, mais ce qui est sûr, c'est que toi t'es une voleuse.
Emma : J't'ai dit que j'étais désolé.
Neal : Non t'as rien dit. (Une voiture de police allume la sirène et commence à les suivre)
Neal : Oh…
Emma : Eh merde.
Neal : C'est pour ça qu'il faut toujours regarder la route ! (Ils s'arrêtent, mais Neal remarque le tournevis toujours dans la serrure) Vires-moi ce tournevis. (Il le retire rapidement et remplace le tournevis par les clés. Un policier s'approche de la fenêtre)
Le policier : Les papiers du véhicule, s'il vous plaît.
Emma : Bonjour, euh…
Neal : Désolé monsieur l'agent, mais en fait la voiture est à moi. J'essaye d'apprendre à ma copine à… se servir d'une boîte de vitesse manuelle.
Le policier : Il y a encore du boulot.
Neal : Ouais je suis d'accord, mais, vous savez ce que c'est… les femmes.
Le policier : Oui, je vois. Ça va pour cette fois, mais faites attention.
Neal : Ok. Merci beaucoup. (Le policier s'éloigne et Neal montent sur le siège avant)
Emma : T'es quoi au juste ? Un de ces crétins machistes ?
Neal : Surtout, ne me remercie pas. Roule, on a eu de la chance.
Emma : On a eu de la chance ? Elle est pas à toi cette voiture ? J'ai volé une voiture volée ?
Neal : Alors, on le prend ce verre ?


SCÈNE : Royaume enchanté. Présent. Le groupe est toujours au pied de la tige de haricot et les filles se disputent tandis que le Crochet observe.

Mulan : Je ne veux pas t'offenser mais je suis la plus apte à le faire. Combien de batailles as-tu livré dans ta vie ?
Mary Margaret : Plus que tu ne le crois.
Aurore : C'est à moi de le faire.
Mulan : Toi ? Mais tu ne sais même pas te battre.
Mary Margaret : On le fait pour rentrer chez nous, pour retrouver ceux qui nous sont chères. Pourquoi tu ferais…
Aurore : Parce que je n'ai plus d'être cher. Si j'échoue, vous trouverez une autre solution.
Emma : Ça suffit ! C'est moi qui y vais et je vais réussir.
Mary Margaret : Ce monde t'es étranger…
Emma : Je veux retrouver Henry. Je suis prête à tout pour y arriver. Tu vas pas essayer de me dissuader ?
Mary Margaret : J'ai une chance ?
Emma : Non. T'as quelque chose qui peut m'aider à neutraliser un géant ?
Mulan : Ou Crochet ?
Crochet : Hé!
Mulan : Viens avec moi. (Mulan prend Emma à part. Elle sort une petite bourse de son sac et la remet à Emma)
Ceci, de la poudre de pavot sauvage. Il doit l'inhaler.
Emma : Et ton épée, elle est solide ?
Mulan : C'est la plus puissante de tous les royaumes réunis.
Emma : Assez puissante pour couper cette tige ?
Mulan : Aucun doute.
Emma : Donne-moi dix heures. Si tu me vois pas revenir, coupe-la et allez vous en.
Mulan : Blanche ne voudra jamais.
Emma : C'est pour ça que je te le demande. Si je reviens pas, ramène la chez nous.
Crochet : Mesdemoiselles. N'oubliez pas que nous avons très peu de temps. En d'autres termes, c'est le moment de prendre une décision. (Emma rejoint Crochet) J'espérais que ce serait vous.
Emma : Allez, qu'on en finisse.
Crochet : Mettez votre main sur mon épaule, oui, voilà. (Emma met sa main sur l'épaule de Crochet. Il lui met le deuxième bracelet magique au poignet) Vous pouvez monter maintenant. Mais d'autres dangers nous attendent au sommet. Heureusement, je suis là pour vous protéger. Je n'y arriverai pas d'une seule main. (Emma lui remet son crochet)
Emma : Je vous préviens, je ne vais pas vous quitter des yeux.
Crochet : Je serais désespéré si vous le faisiez.
Emma : En route. (Ils commencent leur montée sur la tige de haricot)


SCÈNE : Royaume enchanté. Présent. Emma et Crochet, qui grimpent toujours, ont réussi à atteindre la partie supérieure de la tige de haricot.

Crochet : C'est votre première tige de haricot ? Ah, on oublie jamais la première fois. Vous savez, votre silence découragerait bien des hommes, mais moi, j'aime les défis.
Emma : Je suis concentrée.
Crochet : Non, vous avez peur. Peur de me parler, me laisser tomber le masque, de me faire confiance. Cela simplifierait les choses pourtant.
Emma : Vous devez avoir l'habitude qu'on se méfie de vous.
Crochet : Ah, en tant que pirate vous voulez dire. De toute façon, vous n'avez pas besoin de parler, je lis en vous comme dans un livre ouvert.
Emma : Vraiment ?
Crochet : Oui vraiment. Voyons - vous avez insisté pour venir parce que c'est vous qui aviez le plus à perdre en restant ici. Vous voulez retrouver un enfant.
Emma : C'est un peu facile, vous m'avez entendu en parler.
Crochet : Ah, mais vous ne voulez pas l'abandonner comme on vous a abandonné.
Emma : Vous croyez ?
Crochet : Je vous l'ai dit, je lis en vous.
Emma : Comment vous le savez ?
Crochet : J'ai passé des années au Pays Imaginaire, où vivent les Enfants Perdus. Ils avaient tous la même lueur dans le regard, celle que finissent par avoir ceux qui sont livrés à eux-même.
Emma : Mon monde n'est pas le Pays Imaginaire.
Crochet : Mais un orphelin reste un orphelin. Vous n'avez pas reçu beaucoup d'amour dans la vie, je me trompe ? Avez-vous déjà été réellement amoureuse ?
Emma : Non. J'ai jamais été amoureuse.


SCÈNE : Monde sans magie. Passé. Emma et Neal sont dans un commerce de proximité. Emma simule une grossesse.

Neal : Je crois que ce petit gars a faim. Prends ce qui te fait envie, je vais lui demander notre route.
Emma : Ça marche. (Neal s'approche du caissier)
Neal : Bonjour.
Le caissier : Bonjour, vous allez bien ? (eal prend une carte de l'étagère et l'ouvre, essayant de garder l'attention du caissier sur lui. En attendant, Emma vole de la nourriture)
Neal : Ah ça pourrait aller mieux. En fait, ma femme et moi, on est complètement paumés. On veut aller à Eugene, vous voyez, mais je crois qu'on est parti dans la mauvaise direction, alors… vous pouvez me montrer où on est, exactement ? Parce que…
Le caissier : Attendez une minute, j'ai l'air d'un guide touristique ? Si vous voulez un coup de main, payez la carte d'abord.
Neal : D'accord. (Il paye pour la carte)
Le caissier : Voilà. Alors, c'est pas compliqué. (Neal vole un porte-clé tandis que le caissier est distrait. Un autre client, un homme, entre) Vous, vous êtes tout là-haut. Vous voyez ?
Neal : Oh non. J'aurais jamais cru..
Le caissier : Et pour aller à Eugène, il faut que vous suiviez la route 5, en direction du sud, jusqu'à Salem. C'est juste là, vous voyez ?
Neal : Ok. (L'homme voit Neal mettre dans sa poche une barre de chocolat)
Homme : Hé!
Le caissier : Ensuite vous prenez cette route là, compris ?
Homme : Hé, ce… ce type vous a volé une… (Emma crée une diversion en faisant semblant qu'elle a perdu les eaux)
Emma : Oh !! Oh ça y est ! Oh non ! Oh ! Ah ! Je crois… je crois qu'il arrive…
Neal : C'est vrai ?
Emma : Oh oui…
Homme : Il vous a volé une barre chocolatée…
Emma : Oh, et ça fait très mal!
Le caissier : Vous avez besoin d'aide, monsieur ?
Homme : Monsieur, vous n'avez pas vu, il a…
Emma : Ça fait très mal !
Neal : Je suis là chérie, ça va aller..
Le caissier : Vous voulez que je fasse venir une ambulance ?
Neal : Non, non, ça va ! Ma voiture est dehors. Je suis là, ok.
Emma : Oh Dieu.
Neal : Respire, chérie, respire !! On y est presque.
Emma : Oh! Oh!! J'ai mal !! (Emma et Neal quittent le magasin)
Homme : Ils vous ont volé un tas de trucs. (À l'extérieur, Emma et Neal courent à leur voiture)
Neal : Le petit gars nous a sauvé la mise.
Emma : Ça c'est clair. C'est le miracle de la vie ! (Emma tire le sac de sous sa robe et le jette à Neal)
Neal : Ouah. Joli butin.
Emma : Merci.
Neal : Je t'ai pris un porte-clé. Il te plaît ?
Emma : Oui. (Ils s'embrassent)
Neal : Faut qu'on se tire.


SCÈNE : Monde sans magie. Passé. Neal et Emma attendent dans un parking de motel qu'une famille quitte leur chambre.

Neal : Dans vingt minutes ils font la chambre. (Les deux entrent dans la chambre de motel) On en profite ! Petite douche en premier ?
Emma : Oh, regarde, la famille du bonheur a oublié ça. (Emma saisit l'attrape-rêves qui a été laissé)
Neal : C'est quoi ?
Emma : Les indiens appellent ça un attrape-rêves. C'est censé éloigner les cauchemars et ne laisser passer que les bons rêves pour protéger la maison.
Neal : Comme du papier tue-mouches mais pour les rêves ?
Emma : Mmh mmh.
Neal : Garde-le.
Emma : Ouais, et je le met où ? Dans la voiture ?
Neal : C'est vrai qu'il y a mieux comme maison. On devrait peut-être se poser quelque part ?
Emma : Attend, tu veux dire que…
Neal : Ouais, pourquoi pas ? On peut pas continuer indéfiniment à se la jouer Bonnie and Clyde. Je crois… que c'est le moment de se trouver une vraie maison.
Emma : Tous les deux ?
Neal : Tu veux pas ?
Emma : Où ? Au Pays Imaginaire ?
Neal : Je rigole pas, on pourrait le faire.
Emma : Où ça ? (Neal saisit une carte des États-Unis et la pose sur le lit devant Emma)
Neal : Tu veux savoir où ? Bah je vais te le dire. Tu vas fermer les yeux et pointer une ville au hasard. Quelque soit celle que tu choisiras, ça sera chez nous. (Emma ferme ses yeux et indique un endroit sur la carte)
Emma : Tallahassee.
Neal : Fais tes bagages.
Emma : Y'a une plage à coté ?
Neal : C'est la Floride. Y'a des plages partout.
Emma : Alors, va pour Tallahassee.
Neal : Tallahassee.
Emma : T'es sûr ? Je veux dire… c'est vraiment ce que tu veux ?
Neal : Ce que je veux vraiment, c'est toi.


SCÈNE : Royaume enchanté. Présent. Mulan dessine un cadran solaire dans le sable avec un bâton.

Aurore : Qu'est-ce que c'est ?
Mulan : Un cadran solaire.
Mary Margaret : T'es attendue quelque part ?
Mulan : Nous allons devoir monter la garde, et dormir à tour de rôle. Nous devrons peut-être marcher toute la nuit prochaine, alors il faut nous reposer maintenant.
Mary Margaret : Je prend le premier tour de garde.
Aurore : Je reste avec toi.
Mulan : Très bien. (Mulan part)
Mary Margaret : T'as pas dormi depuis combien de temps ?
Aurore : Ces temps-ci je ne dors plus vraiment. Plus depuis ce que j'ai subi.
Mary Margaret : Le Charme du Sommeil.
Aurore : La seule fois où j'ai dormi, j'ai fais d'horribles cauchemars.
Mary Margaret : C'est un effet secondaire. Ça m'est arrivé à moi aussi.
Aurore : Ah oui ?
Mary Margaret : Mmh. Ça a duré des mois. Charmant… enfin mon mari, me réveillait quand je pleurais et il allumait une bougie à côté du lit. Il disait qu'elle attraperait les cauchemars. Il restait à mes cotés jusqu'à ce que je me rendorme.
Aurore : On dirait qu'il mérite bien son nom.
Mary Margaret : Ouais. Ça te ferait du bien de dormir. Tu devrais réessayer. Je veillerai sur toi si tu veux. Tu n'auras rien à craindre.
Aurore : Merci.


SCÈNE : Royaume enchanté. Présent. Crochet et Emma atteignent le sommet de la tige de haricot, tout est détruit.

Emma : Qu'est-ce qui c'est passé ?
Crochet : La bataille finale a eu lieu ici. Donnez-moi votre main.
Emma : Pardon ?
Crochet : Vous avez une blessure à la main. Laissez-moi vous…
Emma : Non, c'est rien, c'est qu'une…
Crochet : Non Emma, ce n'est pas rien.
Emma : Vous voulez jouer les gentlemans ?
Crochet : Les géants sentent la moindre goutte de sang, et je suis toujours un gentleman. (Crochet débouche une bouteille et verse son contenu sur la main sanglante d'Emma. Elle recule dans la douleur)
Emma : Ah! Oh ! Mais qu'est ce que c'est que ce truc-là ?
Crochet : Du rhum. Quel dommage de le gaspiller ainsi. (Crochet enlève son foulard et l'attache autour de la blessure d'Emma) Bon voilà notre plan, nous attendons que le géant s'endorme, dès que c'est fait, nous nous faufilons discrètement dans la caverne. C'est là qu'il cache tous ses trésors y compris la boussole.
Emma : Et ensuite ?
Crochet : Ensuite nous partons en courant.
Emma : Je peux pas me permettre d'attendre qu'un géant s'endorme. La poudre que Mulan m'a donné devrait l'assommer. Il faut qu'on s'en serve.
Crochet : C'est plus risqué.
Emma : Que compter sur un géant pour s'endormir quand ça nous arrange ?
Crochet : Vous n'avez pas tort, vous êtes une coriace. Vous feriez un excellent pirate.
Emma : Qui est cette Milah sur votre tatouage ?
Crochet : Une femme que j'ai connu, il y a bien longtemps.
Emma : Où elle est ?
Crochet : Elle est morte.
Emma : Gold. Rumplestiltskin. Il ne vous as pris que votre main ? C'est pour ça que vous voulez le tuer.
Crochet : Pour une fille qui n'a jamais été amoureuse, vous avez beaucoup d'intuitions.
Emma : Je l'ai peut-être été, une fois.


SCÈNE : Monde sans magie. Présent. Emma attend Neal derrière un arbre. Quand il arrive elle lui tend un sac de papier.

Emma : J'ai des donuts et de la confiture. Qu'est-ce qu'il y a ?
Neal : Rien du tout.
Emma : Non, attend, dis-moi.
Neal : En allant au bureau de poste, je suis tombé sur ce truc. (Il tend une affiche à Emma cherchant Neal Cassidy)
Neal : Je savais même pas que ça se faisait encore ce genre d'affiche.
Emma : Ça date de quand cette histoire ?
Neal : J'étais agent d'entretien à Phoenix, dans une de ces bijouterie de luxe et mon patron était un alcoolo. Il oubliait tout le temps de fermer le coffre où il rangeait les montres les plus chères.
Emma : Neal…
Neal : Attend, j'ai résisté… deux fois, mais la troisième fois, je me suis dit qu'il l'avait cherché. Alors j'ai… j'ai embarqué autant de montres que je pouvais et j'ai pris le premier train pour Portland. La boutique a une assurance. Après je les ai planquées dans une consigne automatique à la gare. Elles y sont encore. Alors… c'est pas vraiment du vol.
Emma : Au moins tu t'es pas fait serré…
Neal : Ouais, pour l'instant. Le patron était peut-être un ivrogne, mais les caméras de surveillance sont toujours sobre. Je croyais que cette affaire était enterrée mais apparemment c'est pas le cas. On va devoir laisser tomber Tallahassee du coup. Il faut que je parte au Canada.
Emma : Pas de souci, j'adore le sirop d'érable alors.
Neal : Il faut que je parte au Canada tout seul.
Emma : Pourquoi ?
Neal : Si je me fais arrêté alors que t'es avec moi, tu auras de gros problèmes…
Emma : Tu seras pas arrêté.
Neal : Qu'est ce que t'en sais, hein ? Tu crois que c'est facile de passer la frontière ?
Emma : On se fera faire de faux passeports.
Neal : Ce truc coûte une blinde, on roule dans une voiture volée.
Emma : On lui crée des papiers en règle en lui donnant le numéro de carte grise d'une autre voiture.
Neal : Je vais quand même pas te faire passer la frontière avec cinq mille dollars…
Emma : Écoute Neal s'il te plaît écoute-moi pour une fois. Supposons, que moi j'aille récupérer les montres, les flics ont aucune raison de me soupçonner. On les fourguera facilement et avec ce que ça va nous rapporter on pourra faire tout ce qu'on veut et aller où on veut, pas vrai ? On pourra changer d'identités et s'installer à Tallahassee.
Neal : En gros tu comptes voler ces montres, pour m'éviter de plonger pour le vol de ces montres ?
Emma : Ouais. C'est exactement ce que je compte faire.
Neal : C'est trop risqué, je peux pas…
Emma : Je t'aime Neal.
Neal : Moi aussi je t'aime. Tu crois que tu va y arriver ?
Emma : J'en suis sûre.


SCÈNE : Royaume enchanté. Présent. Emma, armée de la poudre, s'est perchée en haut d'une statue près de l'entrée du château. Crochet, toujours sur le sol, a trouvé un os.

Crochet : Vous êtes prête ?
Emma : Oui. (Crochet frappe un bouclier métallique avec l'os, le bruit ce qui réveille le géant. Le géant sort du château et Emma se rend compte que le géant est beaucoup plus grand que la statue sur laquelle elle est assise) Ah oui, quand même. (Crochet commence à provoquer le géant et le mène lentement en direction d'Emma)
Crochet : Hé oh! Hé, gros balourd ! Ouais, toi. Dis moi, tu veux tuer un humain ? Hein ? tu veux tuer un humain ? Je suis le plus redoutables des environs, Viens m'affronter. Allez approche ! Qu'attends-tu au juste ? (Quand le géant va saisir Crochet, Emma jette la poudre dans son visage. Le géant s'endort et tombe par terre. Cependant, Emma ne voit plus Crochet)
Emma : Crochet ? Crochet ! (Crochet apparaît sous le géant)
Crochet : Il a perdu connaissance. Surtout ne le prenez pas mal, mais je trouve que nous formons une bonne équipe.
Emma : Si on allait voler cette boussole.


SCÈNE : Royaume enchanté. Présent. Mulan vérifie le cadran solaire et voit que cela fait presque dix heures que Crochet et Emma sont partis. Aurore se débat dans son sommeil, apparemment un cauchemar. Mary Margaret la réveille.

Mary Margaret : Aurore, réveilles-toi. Allez c'est fini. Calmes-toi, ce n'était qu'un rêve.
Aurore : C'était vraiment terrifiant.
Mary Margaret : Dis-moi ce que t'as vu, tu te sentiras mieux après. Viens, lèves-toi. Racontes-moi je t'écoute.
Aurore : C'était le même rêve que la dernière fois. J'étais… dans une pièce rouge, une immense pièce rouge et… et tout autour de moi il n'y avait que des rideaux rouges sang, mais je ne voyais aucune porte, aucune fenêtre, c'était totalement absurde, je ne pouvais ni entrer ni sortir, j'étais comme prise au piège. Et en réalité les rideaux étaient des flammes. C'était horrible.
Mary Margaret : Ça va aller.
Aurore :J'étais recroquevillée dans un coin, j'ai regardé de l'autre coté de la pièce et j'ai vu que dans l'ombre, il y avait quelqu'un. Je ne voyais que ses yeux. Rien d'autre que son regard posé sur moi. Alors…
Mary Margaret : Ça va aller. C'est terminé maintenant. Tous ces mauvais rêves… vont finir par disparaître, je te le promets.
Aurore : Les tiens ont disparu ?
Mary Margaret : Oui, aller viens. Viens à coté de moi, je vais rester auprès de toi jusqu'à ce que tu t'endormes. Je n'ai personne d'autre sur qui veiller.


SCÈNE : Royaume enchanté. Présent. Emma et Crochet entrent dans une pièce remplie de trésors.

Crochet : Ils ont entassé ici tous les magnifiques trésors qu'ils ont volés. Des montagnes de bijoux, des dizaines de salles, remplies de pièces d'or.
Emma : Et la boussole ? On est venu pour ça, non ?
Crochet : Vous êtes bien pressée.
Emma : D'après vous, la poudre magique fait effet combien de temps ?
Crochet : Je n'en ai aucune idée.
Emma : Voilà pourquoi je suis pressée.
Crochet : Vous avez raison. Suivez-moi, ce que nous cherchons, se trouve là, sous nos yeux.


SCÈNE : Monde sans magie. Passé. Emma est nerveuse, debout devant les casiers à la gare. Tout près, elle voit que deux flics parlent. En tenant la clé, elle parcourt les casier jusqu'à trouver le bon. Elle ouvre avec hésitation le casier et sort le sac de montres. Elle quitte alors la station.


SCÈNE : Royaume enchanté. Présent. Emma et Crochet continuent à explorer la salle au trésor.

Emma : Ils ont aussi tué les domestiques des géants ? Comment on va trouver une boussole dans ce bazar ?
Crochet : En regardant partout. Cherchez de ce coté. Je me demande quelle quantité d'or on pourrait transporter au retour… En plus de la boussole, bien entendu. (Ils trouvent un squelette tenant une épée. « Jack » est gravé dans la lame)
Emma : Vous avez vu ça ?
Crochet : Ça, comme vous dites, ce doit être Jack.
Emma : Vous voulez dire… Jack ?
Crochet : Le tueur de géants.
Emma : Il les a tués avec cette épée minuscule ?
Crochet : Minuscule mais extrêmement efficace. (Alors que Crochet s'apprête à continuer de marcher, Emma l'arrête en le tirant dans ses bras)
Emma : Attention !
Crochet : Vous en avez mis du temps.
Emma : C'est un piège. Si vous tirez sur le fil, la cage vous tombe dessus. (Ils regardent en haut pour voir une cage attachée au fil) Crochet : C'est une bonne excuse pour vous être jetée dans mes bras, mais la prochaine fois ne faîtes pas tant de manières.
Emma : Je… suggère qu'on trouve la boussole qui nous ramènera chez nous. Après vous.


SCÈNE : Monde sans magie. Passé. Emma se précipite dans la voiture, où Neal l'attend.

Neal : Oh, je suis content de te voir. (Elle lui remet le sac et ils s'embrassent)
Emma : Vas-y ouvre. (Il sort le coffre de montres et ouvre le couvercle) Y'en a moins que je pensais.
Neal : Ouais, mais elles valent une fortune. Y'en a pour vingt mille dollars, à l'aise.
Emma : Vingt mille dollars ?! Tallahassee…
Neal : Bon, je vais voir le revendeur et je te rejoins quand j'ai le fric. Tu te rappelles où on se retrouve ? Le parking extérieur près des rails.
Emma : Ouais.
Neal : À vingt et une heures précises, compris ? Et pour être sûr qu'il n'y ait pas de malentendu… (Neal enlève une des montres et l'attache autour du poignet d'Emma)
Emma : Celle là on la garde si j'ai bien compris ?
Neal : On n'a pas le choix, elles est si jolie sur toi, regarde. (Ils s'embrassent, de nouveau) Tallahassee, ma belle. On sera bientôt chez nous. (Neal quitte la voiture avec le sac)
Emma : Chez nous…


SCÈNE : Monde sans magie. Passé. Neal descend une rue sombre avec les montres. Un homme apparaît et commence à le suivre. Neal décide alors de s'enfuir. L'homme le poursuit dans une allée, où Neal essaye de sauter une barrière. L'homme le saisit et le tire à terre avant qu'il ne puisse s'enfuir. L'homme se révèle être August Booth.

Neal : J'ai rien fais monsieur l'agent ! J'ai même pas traversé en dehors des clous !
August : C'est pas ce que tu crois. Tu veux protéger Emma ? Viens avec moi.
Neal : Quoi ?
August : Debout !
Neal : D'où vous connaissez Emma ?
August : Je m'appelle August. C'est une très longue histoire, mais crois-moi, elle va t'intéresser.
Neal : Ok, August. Apparemment t'es pas flic, alors t'es qui ? T'as deux minutes.
August : Un ami d'Emma, enfin considère-moi comme son ange gardien.
Neal : Son ange gardien ? On peut pas dire que t'aies fait du super boulot.
August : J'ai remué ciel et terre, je l'ai cherchée partout pendant deux ans. Et quand enfin je la retrouve, je découvre qu'elle passe son temps à voler dans les supérettes avec une petite frappe. Et après, t'ose dire que moi j'ai pas fais du bon boulot ?
Neal : N'empêche que je suis la meilleure chose qui soit arrivée à Emma. Tu l'as cherché deux ans, mais t'étais où le reste de sa vie ?
August : J'ai jamais dis que j'étais parfait. Ce monde est… est rempli des pires tentations et… et il s'avère que j'ai beaucoup de mal à y résister. J'y peux rien, c'est ma nature. Mais, je suis là aujourd'hui.
Neal : Qui t'es à la fin ?
August : Gamins, on était dans la même famille d'accueil, et tant qu'elle était prise en charge par les services sociaux, je pensais qu'elle risquait rien. Mais à l'époque, j'ai… j'ai promis de toujours veiller sur elle.
Neal : Et nous, on s'est promis de toujours veiller l'un sur l'autre.
August : Donc tu l'aimes. J'en déduis que tu veux ce qu'il y a de mieux pour elle.
Neal : Et c'est ce que j'essaye de lui offrir.
August : Dans ce cas, quitte-la.
Neal : Ça jamais.
August : Elle a un destin à accomplir. Et toi ce que tu lui offre, c'est une vie de hors-la-loi ? Si tu l'aimes, épargne-lui ça. C'est clair ? Est-ce que tu crois à la magie ?
Neal : En tout cas, toi t'y crois.
August : Tu vas y croire aussi. Fais-moi confiance. Je vais te montrer un truc. Un truc qui va changer la manière dont tu perçois les choses. Une fois que tu auras vu ce qu'il y a là dedans, tu m'écouteras et tu croiras tout ce que je te dirai.


SCÈNE : Monde sans magie. Passé. August mène Neal à sa moto, une boîte est accrochée à l'arrière. Il l'ouvre.

Neal : Ouais, tu parles. (Neal regarde le contenu à l'intérieur de la boîte. August la ferme avant qu'il n'ait montré ce qui est à l'intérieur) D'accord, je t'écoute.
August : Il y a des années, une malédiction s'est accomplie… et elle doit être rompue. Emma, est la clé. J'ai été chargé de veiller à ce qu'elle fasse ce qu'on attend d'elle et toi, mon ami, tu te retrouve là, au milieu, sans le vouloir. Je vais te raconter une histoire. Et quand j'aurai fini, tu devras prendre une décision. Ou tu accepte de faire ce que tu devrais faire, ou tu refuses ? Alors… Est-ce que tu es prêt ?


SCÈNE : Monde sans magie. Passé. Sur le parking, Emma attend Neal. Elle essaye de l'appeler, mais tombe sur un message d'erreur.

Emma : Tu m'étonnes que c'est une erreur. (Un policier apparaît, armé d'une arme à feu)
Le policier : À moins que ce soit un coup monté. Les mains en l'air, mademoiselle.
Emma : Pourquoi ? (Le policier : Détention d'objets volés. Il vous a lâché) J'ai rien fait.
Le policier : Désolé de vous décevoir, mais votre copain a filé sans vous. Il doit déjà être au Canada à l'heure qu'il est. C'est lui qui nous a appelé, il nous a dit de jeter un coup d'œil aux vidéos de surveillance de la gare. Donnez-moi la montre. Tout de suite ! (Emma commence à desserrer la montre)
Le policier : Vous connaissez vos droits ?
Emma : Ouais. (Elle remet la montre au flic et il la menotte)
Le policier : C'est bien. Tournez-vous. Où sont les autres montres ?
Emma : Loin d'ici, et elles reviendront pas.
Le policier : Allez, on y va.


SCÈNE : Royaume enchanté. Présent. Crochet et Emma sont toujours dans la salle au trésors.

Emma : En gros, tout ce que vous savez, c'est qu'elle est quelque part là-dedans ?
Crochet : À ce que l'on prétend. Aidez-moi à monter la-haut s'il vous plaît ?
Emma : Pour que vous vous en mettiez plein les poches ? Non. C'est moi qui monte.
Crochet : Et si pour une fois, vous me faisiez confiance, serait-ce trop demander ?
Emma : On monte ensemble et on fait vite. On ne sait pas combien de temps le… (On entend les pas du géant au loin)
Crochet : Notre ami est réveillé. Vite, mettez-vous à l'abri ! (Le géant rentre furieusement dans la pièce, Le plafond commence à s'effondrer. Des débris tombent là où le Crochet se trouve)
Emma : Crochet ? (Le géant charge alors Emma. Il se baisse pour la prendre dans sa main)


SCÈNE : Monde sans magie. Présent. Deux mois plus tard, à Vancouver, Neal retrouve August.

August : Ça fait un baille. Où t'étais passé ?

Neal : J'ai essayé d'oublier cette histoire. Ça a pas marché. Je suis venu te parler d'Emma.
August : Tu vas pas essayer de la contacter, j'espère ?
Neal : Je crois que si j'étais sur qu'elle va bien, j'arriverai mieux à… à passer à autre chose. Elle va bien ?
August : Elle ira bien. Elle a pris onze mois.
Neal : Ça aurait dû être moi ! C'est moi qui devrait être en taule à sa place…
August : Non. On en a déjà parler. C'est mieux comme ça.
Neal : En quoi c'est mieux ?
August : Elle est dans une des prisons les moins dures de Phoenix. Et non, il n'est pas question que je te dise laquelle. Elle va sortir dans quelques mois et tout ira bien. Si tu tiens ta promesse et que tu gardes tes distances, elle aura une très belle vie. Et quand l'heure sera venue, elle pourra accomplir son destin.
Neal : Écoutes, si je peux pas veiller sur elle, il faut que tu me promette que toi, au moins, tu le feras.
August : Je te le promets.
Neal : Alors je veux que tu fasses un truc pour moi. J'ai réussi à fourguer les montres. Fais pas cette tête, c'est pour elle que je l'ai fais. Je veux qu'elle ait la voiture aussi, je me suis arrangé, tous les papiers sont en règle. Il y aura pas de soucis. Comme ça j'aurai… l'impression d'être un peu là-bas avec elle.
August : C'est pas d'argent dont elle a besoin, tu sais. Pas pour ce qui l'attend.
Neal : Tu peux lui faire parvenir ?
August : Si tu veux.
Neal : Encore une dernière chose, si la situation évolue, qu'Emma accomplit sa mission, ou que cette histoire de dingue s'arrête, et qu'elle est libre…
August : Je t'enverrai une carte postale.


SCÈNE : Royaume enchanté. Présent. Emma se débat dans le poing du géant, Anton.

Emma : Non je suis pas ce que vous croyez !
Anton : Tu es une voleuse, tu m'as empoisonné. Alors je pense savoir exactement ce que tu es.
Emma : Non. Je cherche une boussole que vous cachez ici.
Anton : Je ne veux pas savoir ce que tu cherches. (Le géant serre son poing, Emma lutte pour respirer)
Emma : S'il vous plaît, c'est pour mon fils ! Pour sauver mon fils ! Vous… vous avez pas de famille ?
Anton : Non, parce que les humains les ont tous tués. (La vision d'Emma commence à se troubler, quand elle mord la main du géant. Il la laisse tomber et elle court dans la direction du squelette de Jack. Elle saute par-dessus le fil du piège et saisit l'épée de Jack, qu'elle utilise alors pour déclencher le piège. La cage tombe sur le géant, le prenant au piège)
Emma : Pas mal ce piège, très efficace. (Elle dirige l'épée vers le visage du géant)
Anton : Non. Non ! Non ! Non ! Non !
Emma : Visiblement tu sais de quoi cette épée est capable. Elle a été trempée dans du poison, c'est ça ? C'est toi qui a cette boussole et j'en ai besoin.
Anton : De toute façon, tu vas me tuer. Alors vas-y, frappes-moi.
Emma : Tu me connaît pas.
Anton : Je connais ceux de ton espèce. Ils nous ont massacrés et ont détruit nos haricots.
Emma : J'ai entendu le contraire.
Anton : C'est parce que ce sont les vainqueurs qui racontent l'histoire. (Emma pousse l'épée plus près)
Anton : Non, arrête. S'il te plaît. (Il fait glisser la boussole à travers les barreaux. Emma la récupère) Tiens !Tu vois ? Je ne suis pas le méchant de l'histoire.
Emma : Peut-être que c'est vrai au fond. Mais ça change rien… Faut que j'y aille, y'en a d'autres comme toi ?
Anton : Non. je suis seul. (Emma découvre un pendentif en forme de haricot regardant attaché au collier du géant)
Emma : Qu'est-ce que c'est ? Un haricot magique ? Il pourrait ouvrir une porte ?
Anton : Non plus maintenant. Il a été détruit comme tous les autres. Je le porte en souvenir… pour me rappeler que vous êtes tous les tueurs. (Emma dirige l'épée vers lui, de nouveau)
Emma : Tu te trompes. (Emma baisse son épée et commence à s'éloigner. Quand elle a le dos tourné, le géant se libère de la cage. Le géant saisit un rocher qui couvre un tunnel qui mène à l'extérieur et le jette à travers la pièce)
Anton : Pars.
Emma : Pourquoi ?
Anton : Parce que tu aurais pu me tuer et que tu ne l'a pas fait, alors je te fais une faveur. Maintenant, sauves-toi avant que je me ravise. (Emma se tourne pour partir, mais elle s'arrête)
Emma : En réalité, tu me dois deux faveurs.
Anton : Comment ?
Emma : Bah quand on y réfléchit, j'ai eu deux occasions de te tuer. Avec l'épée et quand tu étais inconscient mais je l'ai pas fait.
Anton : Que veux-tu en échange ?


SCÈNE : Royaume enchanté. Présent. Emma tire Crochet de sous les débris.

Crochet : Vous êtes d'une ingéniosité absolument incroyable. Puis-je la voir ? La boussole. (Emma tend la boussole pour que Crochet la voit) Elle est encore plus belle que le dit la légende. (Soupçonneuse, Emma retire sa main et range la boussole dans sa poche) Venez, allons-nous en. (Crochet tend sa main à Emma, mais, au lieu de le prendre, Emma saisit des chaînes voisines et enchaîne Crochet au mur) Que faites-vous ? Qu'est-ce que cela veut dire ?
Emma : Je… je regrette c'est…
Crochet : Emma, regardez-moi. Vous ai-je déjà trahi ? C'est moi qui vous ai amenés ici. J'ai risqué ma vie pour que vous ayez cette boussole. Elle est désormais entre vos mains. Pourquoi me piéger maintenant ?
Emma : Je serais jamais sûr de pouvoir vous faire confiance. Je suis désolée.
Crochet : Désolée ? C'est moi qui vous ai conduit jusqu'ici et qui ai trouvé la boussole !
Emma : J'ai trouvé la boussole.
Crochet : Vous allez me laisser mourir ici ? Laisser ce monstre me briser les os et me manger ?
Emma : C'est pas un monstre. Et il ne va rien vous arriver. Je veux prendre un peu d'avance, c'est tout.
Crochet : Swan. Swan ! Swan !


SCÈNE : Royaume enchanté. Présent. Mulan vérifie le cadran solaire et voit que ça fait dix heures. Mary Margaret regarde toujours Aurore dormir. Mulan sort son épée et se dirige vers la tige de haricot.

Mary Margaret : Eh, attends ! Qu'est-ce que tu fais ?
Mulan : Ne t'approche pas, Emma m'avait donné dix heures.
Mary Margaret : Non !
Aurore : Non. Tu la condamne à une mort certaine.
Mulan : Cela fait dix heures. Elle est peut-être déjà morte.
Aurore : Non. (Mulan frappe la tige de haricot avec son épée. De la magie traverse la tige)
Mary Margaret : Non !
Aurore : Arrête ! (Mary Margaret se précipite vers Mulan et l'aborde par terre. Les deux d'entre eux se battent au sol)
Aurore : Cessez de vous battre par pitié.
Mulan : C'était la volonté de ta fille !
Mary Margaret : Raconte ce que tu veux, je te laisserai pas mettre sa vie en danger ! Et je t'interdis de couper cette tige tant qu'elle est pas revenue !
Emma : Stop ! (Emma descend d'un bond de la tige de haricot. Mary Margaret et Mulan arrêtent le combat)
Mary Margaret : Emma ! Oh, ça va ?
Emma : Deux tremblements de terre et une descente expresse le long d'une tige de haricot, je suis encore un peu sonnée.
Mulan : J'ai fait ce qu'Emma m'a demandé, rien de plus. Tu as la boussole ?
Emma : Ouais.
Aurore : Qu'est-il arrivé à Crochet ?
Emma : Il est retenu prisonnier. Allez chercher vos affaires, on a que dix heures avant qu'il se lance à notre poursuite.
Mary Margaret : Quoi ? Comment ça ?
Emma : J'ai un ami là-haut qui a promis de pas le libérer avant.
Mary Margaret : Tu lui as vraiment demander de couper la tige ?
Emma : Oui. Il fallait que l'une de nous…
Mary Margaret : Toi et moi, on repart toutes les deux, ok ? Ça, c'est non négociable. C'est clair dans ta tête ? (Elles se prennent dans les bras)
Emma : Oui.
Mary Margaret : D'accord. Alors, on récupère les restes de l'armoire magique…
Emma : … et on rentre chez nous.


SCÈNE : Monde sans magie. Passé. Emma est assise dans une cellule de prison de Phoenix, en Arizona. Une gardienne entre avec une enveloppe marron.

Gardienne : Swan, t'as du courrier. Tu connais quelqu'un à Phuket ? Je dois ouvrir la lettre devant toi. C'est le règlement. (La garde sort des clés de voiture attachées au porte-clé que Neal avait volé pour elle) Ah, regarde des clés de voiture. J'espère que tu sais où est la bagnole qui va avec. Y'a rien d'autre à l'intérieur. Pas de lettre, pas de carte. Mais, quand tu sortiras, au moins t'auras une voiture. Et un bébé. Félicitations. (Les caméras font un un gros plan sur un test de grossesse positif dans le mains d'Emma)


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Au loft Blanchard, Henry se réveille en sursaut, en poussant un cri. David dévale l'escalier rapidement pour voir ce qu'il a.

David : Henry ? Henry ? C'est rien. C'est rien. Je suis là, allons, calmes-toi, tout va bien.
Henry : Je… je viens de faire un horrible cauchemar.
David : T'en fais pas, c'est fini.
Henry : Oui.
David : D'accord ? Attends. T'auras moins peur. (David allume une bougie à côté du lit d'Henry)
Henry : Une bougie ?
David : Ouais. Ça éloigne les cauchemars.
Henry : D'accord.
David : Et maintenant, racontes-moi. Qu'est-ce qui t'a fait si peur ?
Henry : J'étais dans une pièce que j'avais jamais vu avant, y'avait… des rideaux rouges. Autour de moi, je voyais aucune porte, aucune fenêtre. Et en faite les rideaux étaient… c'était des flammes immenses. Moi je… j'étais dans un coin. Et… en regardant partout autour de moi, j'ai vu que de l'autre coté de la pièce il y avait quelqu'un d'autre. Une femme qui me regardait à travers les flammes. C'est là que… c'est là que je me suis réveillé…
David : C'est rien. T'en fais pas mon grand. C'était seulement un mauvais rêve.


Fin.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard