FANDOM


Plume WIKI Cette page est la transcription de l'épisode "Le Docteur". Plume WIKI
N'hésitez pas à la compléter ou à corriger la moindre erreur.
Once Upon a Time couverture livre de contes

SCÈNE : Royaume enchanté. Présent. Emma, Mary Margaret, Mulan et Aurore reviennent au refuge des survivants.

Aurore : Je ne sais pas si j'y arriverais, je ne mens pas très bien.
Mary Margaret : Ce n'est pas vraiment mentir, Aurore. Lancelot est mort bravement et Cora s'est bel et bien échappée. Tout est vrai.
Emma : M'ouais, et il vaut mieux qu'on garde les détails pour nous, autant éviter de causer une panique inutile chez vos amis.
Aurore : Je ne suis pas certaine que… (Mulan remarque que la tour de garde est vide)
Mulan : Attendez, le mirador, il y a toujours des sentinelles qui gardent l'entrée. Restez bien ensemble. (Elle entrent dans le village et découvrent les cadavres de tous éparpillés sur le sol)
Emma : Ah… quelle horreur !
Mulan : C'est impossible. Ici, nous étions protégés, cachés. Comment les ogres nous ont trouvés ? (Mary Margaret découvre que les corps ont des poitrines en sang)
Mary Margaret : Les ogres n'y sont pour rien.
Mulan : Quoi ?
Mary Margaret : C'est l'œuvre de Cora. Regardez leurs cœur, ils ont été arrachés. C'est sa magie cruelle et malfaisante. On doit l'arrêter à tout prix.
Mulan : Il est trop tard. Elle les a tous tué sans exception.
Mary Margaret : On doit la rattraper avant qu'elle ne tue quelqu'un d'autre.
Emma : Eh, regardez, venez voir. (Emma se précipite vers une pile de corps et de débris, sous lesquels elle voit quelqu'un agiter sa main)
Aurore : Il y a quelqu'un là dessous. (Aurore aide Emma à libérer la personne, qui se révèle être Crochet)Il est vivant.
Crochet : Je vous en prie…
Emma : On est là.
Crochet : Je vous en prie, aidez-moi.
Mary Margaret : Calmez-vous. Ça va aller, on ne vous fera rien.
Crochet : Merci. Merci.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Sur la terrasse du Café Granny, David Nolan parle avec un homme tandis que le Dr Whale s'approche de lui.

L'homme : C'est tout ce que j'ai pu faire.
David : C'est bien. Merci beaucoup.
L'homme : Au revoir.
Dr Whale : Vous, j'ai à vous parler. (David lui donne un coup de poing au visage) Pourquoi vous m'avez frappé ?
David : Pour avoir couché avec ma femme.
Dr Whale : Kathryn ?
David : Blanche-Neige.
Dr Whale : J'en savais rien, il y avait la malédiction.
David : Ouais, c'est juste. Qu'est-ce que vous voulez ?
Dr Whale : Alors… c'est vrai ? Tout le monde raconte que vous cherchez à ouvrir une porte sur notre pays parce que vous croyez qu'Emma et Mary Margaret y sont, qu'elles sont vivantes.
David : Je vais mettre fin à la rumeur. Je n'ai aucun secret pour les gens d'ici. C'est vrai, je cherche une porte.
Dr Whale : Notre pays a disparu, détruit par la malédiction.
David : Apparemment non.
Dr Whale : Vous avez trouvé une solution ?
David : Non, mais j'y travaille.
Dr Whale : Ça voudrait dire que les autres pays existent encore ?
David : Possible.
Dr Whale : Donc la Reine nous a menti de nouveau ? Vous en êtes sûr ?
David : N'oubliez pas de qui on parle.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Archie va ouvrir la porte de son cabinet, c'est Regina.

Archie : Regina. Vous veniez me voir ?
Regina : J'essaie de tenir la promesse faite à Henry mais c'est plutôt dur.
Archie : Arrêter la magie ?
Regina : Ça fait deux jours.
Archie : C'est très encourageant. Entrez donc. (Regina entre dans le cabinet et s'assoit dans le canapé en face d'Archie)
Regina : C'est par la magie que j'ai toujours obtenu tout ce que je voulais.
Archie : Et aussi que vous avez perdu tout ce que vous aviez. Mais vous avez la chance de pouvoir tout recommencer. De reconquérir Henry.
Regina : Mais… (Le Dr Whale débarque en trombe dans le bureau)
Archie : Dr Whale, mais enfin qu'est-ce qu'il vous prend ?
Dr Whale : Renvoyez-moi !
Regina : Excusez-moi.
Dr Whale : Dans mon pays. Renvoyez-moi auprès de mon frère.
Regina : Pourquoi vous ne consultez pas les avis de recherche ?
Dr Whale : Votre malédiction n'a amené que les vivants.
Regina : Je suis vraiment navrée pour votre frère. Mais je ne peux envoyer personne nulle part.
Dr Whale : Vous ne pouvez pas ou vous ne voulez pas…
Archie : Dr Whale, j'insiste, je vous en prie, allez-vous en ! (Le Dr Whale sort et Archie ferme la porte derrière lui) Désolé, ce que vous avez dis n'est pas tout à fait vrai.
Regina : Comment ça ?
Archie : La malédiction qui n'aurait pris que les vivants. La tombe de votre père est ici.
Regina : Je n'en ai rien à faire de Whale et de son frère, j'ai emmené qui je voulais.
Archie : Il y a quelqu'un d'autre ? Si vous voulez de l'aide, vous devez me faire confiance. Abandonner la magie est bien plus dur que de l'apprendre.


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. La Reine Regina et Rumplestiltskin ont une leçon de magie dans la forêt. Regina s'entraîne sur une licorne noire.

Rumplestiltskin : Maintenant, montres-toi ce que tu as appris. Immobilise-la ! (Elle immobilise la licorne)
Reine Regina : Oui j'ai réussi !
Rumplestiltskin : Excellent travail, chère apprentie. Il ne te reste qu'à exécuter un dernier ridicule petit détail, arrache son cœur.
Reine Regina : Comme j'ai vu ma mère le faire…
Rumplestiltskin : Oh oui, sur l'amour de ta vie. Tu sais donc comment tu dois t'y prendre. (Regina pousse lentement sa main vers la poitrine de la licorne) Doucement, si tu as le bon geste, elle ne devrait pas en mourir. A moins que ce ne soit ce que tu désires.
Reine Regina : Non, elle est innocente.
Rumplestiltskin : Personne n'est innocent. (Rumplestiltskin retire le cœur de la licorne, qui rompt l'immobilisation) Et voilà, elle m'appartient. Tu vois, quand tu le prends ainsi, ça devient un cœur enchanté. Plus fort qu'un cœur normal. Tu ne tues pas l'animal, tu le contrôles. Maintenant, montres-moi que tu sais quoi faire de ton pouvoir. (Il jette le cœur à la Reine)
Rumplestiltskin : Tues-la !
Reine Regina : Quoi ?
Rumplestiltskin : Tu as vu comment faire, maintenant c'est ton tour. Prouves-moi que tu as franchi une étape dans ta formation. Écrase-le ! (Elle commence lentement à serrer le cœur, mais arrête quand elle voit que la licorne se tortiller de douleur)
Reine Regina : Non !
Rumplestiltskin : Oh non très chère, tu m'avais donner de tels espoirs.
Reine Regina : Je ne suis pas là pour tuer des licornes.
Rumplestiltskin : La magie, c'est le pouvoir. Tant que tu refuses le pouvoir, tu ne peux rien apprendre. Tu veux que je t'apprenne oui ou non ?
Reine Regina : Oui.
Rumplestiltskin : Alors tu n'as qu'à répondre qu'à une seule et simple question.
Reine Regina : Oh mais je te dirai ce que tu veux.
Rumplestiltskin : La réponse ne me servira à rien, mais à toi oui. Dis moi, qu'est ce qui te retient ? (Regina est dans son caveau, elle arrive devant le corps inanimé de Daniel allongé dans un cercueil de verre.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Regina est toujours dans le bureau d'Archie et est en train de lui parler.

Regina : Il s'appelait Daniel. J'ai préservé son corps grâce à un enchantement. Je l'ai gelé après sa mort. Et je le garde dans le mausolée de ma famille.
Archie : Vous voulez le retenir. Si vous vous accrochez au passé Regina, il vous hantera toujours.
Regina : On s'arrête là. Je crois que j'ai eu mon compte. Au revoir. (Regina se lève et va vers la porte. Archie essaye de l'arrêter)
Archie : Attendez, Regina ! Je peux vous aider.
Regina : J'en doute fort. (Elle part)


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Dans la nuit, Regina rentre chez elle en voiture sous un orage. À un croisement, une voiture lui coupe la route et s'arrête brusquement. Quand elle lève les yeux, elle voit Daniel la regarder fixement de l'autre côté de la rue.

Regina : Daniel ? (Regina détourne brièvement le regard, mais quand elle regarde de nouveau, Daniel est parti)


SCÈNE : Storybrooke. Présent. David et Henry arrivent aux étables et sortent de la voiture.

David : Tout le monde descend ! (David surprend Henry qui baille) Bah alors ? Qu'est-ce que t'as à bailler ? C'est pas l'école, t'es là pour t'amuser.
Henry : J'ai pas réussi à dormir.
David : Écoutes, je sais ce que c'est. Elles me manque aussi beaucoup. Maintenant, imagines un peu comme ça rendra heureuses Emma et Blanche-Neige, quand elles verront que tu es devenu un véritable chevalier. Vas saluer ton destrier. (Ils arrivent à une rangée de socles logeant les chevaux)
Henry : Il est pour moi ?
David : Le tien c'est celui-là.
Henry : C'est vrai ? Comment je vais faire pour monter dessus ?
David : Tu ne monteras pas aujourd'hui.
Henry : Ah bon ? Pourquoi ?
David : Parce que t'as des choses à apprendre avant de monter en selle.
Henry : Quelles choses ?
David : Et bien, tous les matins il faudra que tu nettoies sa stalle, tu lui donneras aussi à manger, tu le brosseras et tu devras le refaire après l'école. Deux fois par jour, tous les jours.
Henry : C'est pas faire du cheval, ça. C'est du baby-sitting.
David : C'est du cheval-sitting. C'est pour créer un lien capital. La confiance entre le chevalier et son destrier.
Henry : D'accord mais, quand tu crois que j'aurai le droit de le monter ?
David : Quand lui te le dira. Je vais aller voir où en sont les nains à la mine. Je repasse plus tard.
Henry : Alors… tu as quelque chose à me dire ?


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Regina entre dans le caveau où repose son père au cimetière. Elle entre dans une pièce où se trouve le cercueil vide de Daniel, son corps ayant disparu.


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. Rumplestiltskin file la paille à son rouet, tandis que Regina prépare des potions.

Reine Regina : Tu es prêt à commencer ?
Rumplestiltskin : Oh moi je suis prêt. La question est, penses-tu l'être ?
Reine Regina : Oui je suis prête.
Rumplestiltskin : Dis-moi pourquoi tu es là ?
Reine Regina : Pour le pouvoir…
Rumplestiltskin : Ne me fais pas perdre mon temps. Qu'est-ce que tu veux ? Parles. As-tu fais un peu d'introspection ? Alors, dis-moi,
Reine Regina : Pourrais-tu m'apprendre à utiliser la magie pour ramener les morts ?
Rumplestiltskin : Ton joli palefrenier, c'est tout ce qui te motive ?
Reine Regina : Je veux connaître le vrai bonheur.
Rumplestiltskin : Alors cherches le ailleurs, très chère. La magie est puissante mais à ce point là. Mort, c'est mort.
Reine Regina : Je suis perdue, alors.
Rumplestiltskin : Et tu as gaspillé mon temps. Je suis désolé mais transcender la mort est, même pour moi, hors de portée. (Jefferson entre)
Jefferson : Je croyais que rien ne résistait à tes merveilleux dons. Pardon, dois-je…
Rumplestiltskin : Oh non. Nous ne parlions que de menues affaires.
Reine Regina : Rumplestiltskin…
Rumplestiltskin : Fais comme si elle n'était pas là.
Jefferson : J'ai ce que tu voulais. (Jefferson remet une boule de cristal à Rumplestiltskin)
Rumplestiltskin : Mais où sont les pantoufles ?
Jefferson : Oh… introuvables. Elles sont dans autre monde, à ce qu'on dit.
Rumplestiltskin : C'est pour cette raison que je les voulais, pour aller de l'autre coté.
Jefferson : Je peux t'emmener avec mon chapeau. On trouveras sûrement une autre solution.
Rumplestiltskin : Non, non. Ton couvre-chef nous fait voyager entre des royaumes magiques uniquement. Je veux aller dans un monde où il y a pas de magie.
Jefferson : Pourquoi faire ? C'est étrange.
Rumplestiltskin : Ça me regarde.
Jefferson : Tu veux la boule oui ou non ? (Il prend la boule de cristal)
Rumplestiltskin : Mmh… Oui. Prends en échange autant d'or qu'il te semble approprié. Allez. Oh ma chère, tu devrais t'en aller. Avec toi, j'en ai fini.
Reine Regina : Alors on en reste là ? Tu ne veux plus rien m'apprendre ?
Rumplestiltskin : Tant que tu auras l'ambition ridicule de faire revenir les morts, tant que tu vivras dans le passé, tu ne pourras pas tracer ton avenir. Et t'instruire n'est que du temps perdu.
Jefferson : Pardonnes-moi car ça ne me regarde pas, mais je crois que tu devrais chercher de l'aide ailleurs.
Reine Regina : Qu'est-ce qui te fait dire ça ?
Jefferson : Ce que j'ai entendu. Oh moi c'est Jefferson, je voyage sans cesse, je vois beaucoup de choses et je connais une personne qui sait faire ce que tu veux faire, ramener parmi nous les morts. Cet homme est… une espèce de… magicien. Je peux te l'amener ?
Reine Regina : Combien il m'en coûterait ?
Jefferson : Tout a un prix, c'est vrai. Voici le mien, je suis donc un homme qui voyage et je me suis fait beaucoup d'ennemis en court de route, je souhaiterais avoir un passeport royal, qui me permettrait de circuler librement dans ton Royaume.
Reine Regina : Où veux-tu que je le trouve ?
Jefferson : C'est toi la reine, non ?
Reine Regina : Oui c'est vrai. Et ce sorcier, alors, a-t-il vraiment le don de faire revenir un mort parmi les vivants ?
Jefferson : Si lui ne peut pas le faire, personne ne le peut.


SCÈNE : Royaume enchanté. Présent. Mulan et Emma observent Crochet de loin.

Emma : Tu l'avais déjà vu ?
Mulan : Oui je l'ai vu ici. C'est un forgeron. Il est arrivé il y a deux mois, il dit avoir perdu sa main en se battant contre un ogre.
Emma : Pourquoi Cora aurait laissé un survivant ? Ça fait désordre. Ça me paraît pas très logique.
Mulan : Tu penses qu'il ment ?
Emma : Je sais que Cora nous a déjà balader. Et je veux pas qu'elle nous refasse le coup. Tiens. (Emma lui remet une tasse. Mary Margaret et Aurore les rejoignent aussi)
Crochet : Je ne vous remercierai jamais assez. On dirait que le destin a trouvé bon de me faire une faveur.
Emma : L'île est couverte de morts et vous êtes le seul à en avoir réchappé. Vous nous dites ce qu'il s'est passé ?
Crochet : Elle a attaqué de nuit, d'un geste elle a terrassé tout le monde. Quand j'ai vu qu'elle prenait le cœur de ces malheureux, je me suis caché sous les corps de ceux qu'elle avait déjà tué. Et j'ai fais semblant d'être aussi mort qu'eux. Par chance, la ruse a marché.
Emma : Et on dit que la chance sourit aux braves.
Crochet : C'était ça ou elle me tuait aussi.
Emma : Je vais vous confier un secret qui vous intéressera, j'ai comme un don pour savoir quand quelqu'un essaie de me mentir.
Crochet : Je vous ais dit la vérité.
Mulan : On devrait repartir, au cas où Cora déciderait de revenir.
Mary Margaret : Et on devrait chercher une nouvelle porte pour retourner à Storybrooke. C'est à peine si j'ai vu mon mari cinq minutes, sans parler de mon petit-fils.
Crochet : Vous avez un petit-fils ?
Mary Margaret : Oh, c'est un longue histoire.
Crochet : Je connais bien ces territoires, je vous guiderai… (Emma sort un poignard et le tient sous la gorge de Crochet)
Emma : Vous nous guiderez nulle part tant que vous n'aurez pas dis qui vous êtes.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Regina se rend au sous-sol de l'hôpital. Elle se rend compte qu'il est complètement abandonné.

Regina : Dr Whale ? Vous êtes là ?


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. Au Palais sombre, Jefferson et Regina marchent dans les couloirs.

Reine Regina : Où est il, ce magicien ? Tu avais promis de me l'amener.
Jefferson : En effet. Et tu vas être satisfaite d'ici peu. Mais il faut que tu t'armes de prudence.
Reine Regina : Pourquoi ? Il est dangereux ?
Jefferson : Pas pour nous. Seulement rappelles-toi bien que jamais il n'est venu dans un monde comme le notre. Il ne connaît ni nos manières ni notre magie.
Reine Regina : Tout ce qui m'importe ce sont ses dons, et savoir s'il peut accomplir ce que je veux.
Jefferson : Il n'y a qu'un seule une façon de le découvrir. Je te présente celui… qui sera ton salut. (Jefferson mène Regina dehors, où un homme attend)
Reine Regina : C'est vous le Magicien ?
Victor Frankenstein : Je préfère qu'on dise Docteur. Mais appelez-moi comme bon vous semblera.
Reine Regina : Comme vous voulez… docteur. Vous savez pourquoi on vous a amené ici ?
Frankenstein : Bien sûr. Allons-y… Montrez-moi le patient. (Regina et Jefferson amènent Frankenstein dans la pièce où se trouve le corps de Daniel)
Frankenstein : C'est remarquable. On dirait qu'il vient à peine de rendre son dernier souffle.
Reine Regina : Parce qu'il est préservé par un charme. Vous pouvez le ramener ?
Frankenstein : Peut-être. Vérifions. (Il fait une incision dans la main de Daniel et arrive à sortir un peu de sang. Il frotte l'échantillon entre ses doigts) Extraordinaire. Il est dans un état idéal. Mis à part le fait qu'il est mort, bien sûr.
Reine Regina : Et combien de fois avez-vous fait ça, docteur ?
Frankenstein : Vous ne lui avez rien dit ?
Reine Regina : Dire quoi ? Que fallait-il me dire ?
Frankenstein : Cette procédure est expérimentale. Je cherche encore la réussite. Mais avec ce cas très spécial, je suis optimiste.
Reine Regina : Optimiste ?
Jefferson : Écoutes-le au moins…
Reine Regina : Vous n'êtes qu'un sinistre charlatan.
Frankenstein : Je ne suis pas un charlatan. On m'a dit que la dernière pièce du puzzle se trouvait dans cette contrée.
Reine Regina : De quoi s'agit-il ?
Frankenstein : D'un cœur. C'est un organe fragile, j'en veux un qui soit fort. J'ai cherché jusqu'aux confins de mon monde des cœurs assez solide pour résister à ma procédure et aucun n'y a survécu. Mais il paraît que dans votre pays, il existe des cœurs transformés par la magie. Des cœurs devenus si puissant, qu'ils irradient.
Reine Regina : C'est pour ça que vous êtes venu ici ?
Frankenstein : Ouais, c'est pour mon travail. Alors, dites-moi, comment transforme-t-on ces cœurs ? Comment deviennent-ils enchantés ?
Jefferson : Les adeptes de la magie noire le font en arrachant l'organe de l'être vivant choisi alors qu'il bat encore.
Frankenstein : Mmh. Et vous savez le faire ?
Reine Regina : Non.
Frankenstein : Ah ! Vous m'aviez assuré que cette Reine était une grande sorcière.
Reine Regina : Je n'utiliserai pas la magie pour faire le mal.
Jefferson : Dans ce cas, si tu veux récupérer ton fiancé tu vas devoir trouver quelqu'un qui le fera pour toi.
Frankenstein : Bien, j'ai donc perdu mon temps en venant ici ?
Reine Regina : Non. Je sais qui nous rendra ce service. Je sais où trouver un cœur.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Regina examine toujours le sous sol abandonné.

Regina : Dr Whale ? (Elle rentre dans la salle d'autopsie qui semble avoir été saccagée. Les lumières vacillent. Il y a un brancard recouvert d'un drap ensanglanté. Elle le soulève découvre un bras coupé. Elle pousse le brancard sur le coté et voit que le docteur Whale est étendu sur le sol. Il lui manque un bras) Whale ? Whale ? Le corps de Daniel, vous l'avez pris et vous avez volé un de mes cœurs. Pourquoi ? Pourquoi ?! Vous l'avez ramené ?
Dr Whale : J'ai réussi.
Regina : Il est vivant ?
Dr Whale : Oui. J'ai réussi à le ramener mais… ce n'est plus Daniel.
Regina : Quoi ?
Dr Whale : C'est… c'est un monstre.


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. Au Palais sombre, Regina Jefferson et Frankenstein sont devant une grande cheminée.

Reine Regina : Ce salon était celui de ma mère.
Frankenstein : Quel endroit charmant. Mais je ne me fiche des histoires de famille.
Reine Regina : Oh, mais vous allez changer d'avis. Écoutez donc.
Frankenstein : Écouter une cheminée ?
Reine Regina : Je vous dis d'écouter. (Progressivement, on peut entendre le faible son de cœurs battants)
Jefferson : D'où vient ce bruit ?
Reine Regina : De son caveau. (Regina transforme magiquement la cheminée en une entrée. Tous les trois entrent dans le caveau. À l'intérieur, elle les mène à une pièce, où sur les murs sont alignés des boîtes contenant des cœurs)
Reine Regina : Allez-y, servez-vous.
Frankenstein : Tout ça, ceux sont des cœurs ?
Reine Regina : Ma mère était une collectionneuse.
Jefferson : À qui étaient ces cœurs ?
Reine Regina : Je n'en ai aucune idée. Elle en a pris tellement, elle a causé tellement de peine que c'est impossible de tenir des comptes. C'était un monstre. (Frankenstein retire une des boîtes du mur. Il ouvre le couvercle et regarde le cœur)
Frankenstein : J'ai enfin trouvé. Après tout ce temps. Il est parfait.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Regina est à l'extérieur de la chambre du Dr Whale à l'hôpital. David arrive.

David : Qu'est-ce qui s'est passé ? On m'a appelé pour me dire que Whale avait été agressé.
Regina : Il faut voir ça avec son médecin.
David : Non. je m'adresse à vous.
Regina : Je suis venue pour lui parler tout simplement. Et quand je l'ai trouvé, il était dans cet état. C'est la vérité!
David : Et c'est tout ? De quoi vous étiez venue lui parler ?
Regina : D'une personne, sortie de mon passé. Je pense qu'il est revenu. Daniel, il s'appelle Daniel.
David : L'homme que vous vouliez épouser. Blanche-Neige m'a expliqué ce qui s'est passé… et comment il est mort à cause d'elle.
Regina : C'est vrai. Il est mort.
David : Oh, alors comment il peut être là ?
Regina : Whale. Il pensait qu'il pouvait le ramener d'entre les morts… et j'ignore comment il a fait… mais il a réussi.
David : Oh, vous ne savez pas comment il a fait ? Arrêtez.
Regina : Il pratique un art bien plus puissant que la magie. Du moins, c'est ce qu'il m'a expliqué. Ce qui lui fallait, c'était un cœur et il a pris un des miens.
David : Quoi ? Vous avez des cœurs dans ce monde ?
Regina : Dans mon caveau, des cœurs qui viennent de chez nous.
David : Il a volé celui de qui ?
Regina : Je n'en ai aucune idée. J'en avait tellement que c'était impossible de tenir des comptes. Je dois l'aider. Je dois le retrouver maintenant…
David : Non. Où est-il ? Regardez ce qu'il a fait, il est dangereux.
Regina : Pas avec moi. Il ne s'attaquera plus à qui que ce soit, David, je vous le promets. David : Je ne peux pas prendre ce risque. Vous… vous avez le choix entre deux solutions, dites-moi où il est, ou je vous enferme.
Regina : Je crois qu'il réagit comme vous, quand vous êtes sorti du coma. Il revit son dernier souvenir, la dernière fois où on s'est retrouvés, c'était aux écuries.
David : Non. Henry, je l'ai laissé là-bas.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Aux écuries, Henry brosse son cheval dans une des stalles.

Henry : Grand-père dit que tu me feras savoir quand je pourrai te monter. Alors… c'est quand tu veux. Bientôt, d'accord ? Soudain, les chevaux deviennent effrayés. Le cheval pousse Henry à terre et part en courant. Daniel entre alors dans la stalle)


SCÈNE : Royaume enchanté. Présent. Mulan attache Crochet à un arbre dans les bois.

Crochet : Je vous l'ai déjà dit, je ne suis qu'un pauvre forgeron.
Emma : Oh, on vous croit. (Emma siffle) Vous ne voulez pas parler ? Peut-être que vous en direz plus aux ogres quand ils vous mettront en pièce. ( On peut entendre les ogres qui approchent. On s'en va. (Elles vont partir, mais Crochet les appelle)
Crochet : Quoi ? Non, non, vous ne pouvez pas me laisser ici !
Aurore : Et s'il disait la vérité ?
Emma : Il ment.
Crochet : Vous avez gagné ! Vous avez été meilleures que moi. Je compte sur les doigts d'une seule main les gens qui m'ont eu.
Emma : Vous pensez être drôle ? Qui êtes-vous ?
Crochet : Killian Jones, mais on m'appelle le plus souvent par mon surnom qui est plus amusant, Crochet.
Mary Margaret : Crochet.
Crochet : Ouvrez ma sacoche.
Emma : Quoi ? Capitaine Crochet ?
Crochet : Vous avez entendu parler de moi ? (Mary Margaret sort le crochet de la sacoche)
Emma : Ils approchent, alors parlez, vite ! Sinon vous allez finir en amuse gueule.
Crochet : Cette chère Cora voulait que je gagne votre confiance, pour découvrir tout ce qu'il faut savoir sur votre Storybrooke. Elle ne voulait pas avoir de mauvaises surprises en arrivant là-bas.
Mary Margaret : Comment compte-t-elle y aller ? On a détruit l'armoire.
Crochet : Ah, mais il restait suffisamment de magie. Cora a récupéré les cendres et va s'en servir pour ouvrir une porte. Maintenant, ayez la gentillesse de me détacher.
Mulan : Non. Laissons-le aux ogres, qu'il paye pour les vies qu'il a prises.
Crochet : C'était Cora, pas moi.
Emma : Allons-y. (Encore une fois, elles vont partir mais Crochet les arrête)
Crochet : Attendez, Attendez ! Vous avez besoin de moi.
Emma : Pourquoi ?
Crochet : Parce que vous et moi, nous voulons la même chose, quitter ce pays et aller dans le votre.
Emma : Tout ce que vous voulez, c'est sauver votre vie. Pourquoi on devrait vous croire ?
Crochet : J'avais un accord pour faire le voyage avec Cora. Mais, vu que vous êtes mieux parties, je vais vous faire la même offre. Je vous aide si vous promettez de m'emmener.
Mary Margaret : Qu'est-ce qui peut bien vous faire penser qu'on a besoin de vous ?
Crochet : Les cendres peuvent ouvrir une porte, mais pour trouver votre pays, elle a besoin de quelque chose de plus. Cora cherche la boussole enchantée qui lui servira de guide. Avec mon aide, vous pourrez la trouver avant elle.
Emma : Donc, grâce à vous, on empêcherait Cora de nous suivre, et on aurait un moyen de rentrer ?
Mary Margaret : C'est trop beau pour être vrai.
Crochet : Vous avez qu'une seule façon de le savoir.
Emma : C'est votre dernière chance, et vous avez intérêt à être convaincant. Pourquoi le Capitaine Crochet veut aller à Storybrooke ?
Crochet : Pour me venger de celui à qui je dois mon crochet. Rmplestiltskin.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Henry et Daniel sont toujours aux écuries.

Henry : Eh arrêtez. Arrêtez, vous faites peur aux chevaux. Oh… euh… vous êtes blessé ? Je peux vous aider ? (Henry tend sa main vers Daniel, ce qui lui fait repenser au moment où Cora lui a arraché le cœur) N'ayez pas peur. (Daniel saisit Henry par le cou et le soulève du sol. Regina et David arrivent) S'il vous plaît !
Regina : Daniel ! Lâche-le ! (Daniel laisse tomber Henry par terre, et David le tire rapidement hors du socle)
David : Ça va ?
Henry : Ouais ouais.
David : Va-t-en vite ! Cours ! (Henry sort. Regina fixe Daniel)
Regina : Alors c'est vrai, tu es là. (Daniel se rue sur Regina, mais David la poussent hors du chemin. David ferme alors la porte du socle. Daniel tape furieusement sur la porte)
David : Ça ne le retiendra pas longtemps. Lancez-lui un sort pour le renvoyer d'où il vient !
Regina : Je n'utiliserai pas la magie sur lui, David. (David dégaine son arme)
Regina : Qu'est-ce que vous voulez faire ?!
David : C'est un monstre ! Si vous voulez pas lui régler son compte, moi je le ferai !
Regina : David, je vous en prie ! Je vais lui parler, laissez-moi faire. (Regina essaye de retenir David)
David : Il est imprévisible. C'est beaucoup trop risqué.
Regina : Vous devez au moins me laisser essayer !
David : Ça suffit maintenant, écartez-vous ! (Il pousse à l'écart Regina, mais elle est implacable et, de nouveau, essaye d'arrêter David)
Regina : Non ! Je ne vous laisserai pas lui faire du mal ! Je sais qu'il va m'écouter ! Je vous en prie ! Laissez-moi parler à mon fiancé.


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. Pendant un orage, Frankenstein a installé une tente au milieu d'un champ pour faire son expérience. Le corps de Daniel se trouve à l'intérieur. Jefferson et Regina attendent à l'extérieur, jusqu'à ce que Frankenstein vienne pour aller chercher le cœur.

Frankenstein : Le cœur, votre Majesté. (Elle lui remet la boîte contenant le cœur) Merci. Et à présent, attendez ici, je dois être seul pour pratiquer cette opération. (Frankenstein retourne dans la tente pour commencer la procédure. Regina et Jefferson observent les ombres de dehors)
Reine Regina : Qu'est-ce qu'il va faire sur lui ? De la magie ?
Jefferson : D'après lui, le pouvoir qu'il contrôle est plus grand que la magie.
Reine Regina : Vraiment ? Pourquoi il ne nous laisse pas regarder ?
Jefferson : Il y a beaucoup de choses de son pays que nous ne connaissons pas. Et que nous ne pouvons pas comprendre. Si lui, ne réussit pas à faire ce que tu as demandé, c'est que Rumplestiltskin avait raison. Personne ne peut le faire. (La foudre s'abat et Frankenstein semble plonger le cœur dans le corps de Daniel. Il quitte la tente)
Reine Regina : Alors ?
Frankenstein : Je suis navré. J'ai échoué. Ce cœur n'était pas assez résistant. Il n'a pas survécu à la procédure. (Elle rentre sous la tente, caresse le visage de Daniel, puis pose sa tête sur la poitrine de Daniel)


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Regina ouvre la porte du socle. À l'intérieur, Daniel s'est apparemment calmé. Il s'approche lentement de Regina et apporte sa main jusqu'à son visage. Mais, au lieu de cela, il la saisit par le cou. Il la plaque contre le mur juste à l'extérieur du socle.

Regina : Daniel… je t'en prie… c'est moi. Lâche-moi, c'est moi… Daniel… je t'aime. (Le visage de Daniel change et il lâche son cou)
Daniel : Regina…
Regina : Daniel… (Ils s'enlacent) Je n'arrive pas à croire que c'est vraiment toi. (Soudainement, Daniel se tord de douleur) Daniel ?
Daniel : Je t'en prie, fais en sorte que je n'ai plus mal…
Regina : Comment ? Daniel !
Daniel : Laissez-moi m'en aller.
Regina : Non. Non, je ne veux pas te perdre encore une fois. Tu sais que je ne suis rien sans toi. (Daniel, de nouveau, se tord de douleur) Daniel !Daniel, reviens avec moi !
Daniel : Je ne peux pas… je ne peux pas.
Regina : Mais je t'aime.
Daniel : Alors, aimes quelqu'un d'autre. (Le visage de Daniel change et il redevient un monstre. Il commence à foncer sur Regina, mais elle l'arrête avec la magie. Hésitant, elle finit par le transformer en poussière)
Regina : Au revoir, Daniel…


SCÈNE : Royaume enchanté. Présent. Emma et les autres marchent dans la forêt avec Crochet devant qui les guide. Il a les mains attachées.

Crochet : On continue à monter, la boussole se trouve juste de l'autre coté du sommet.
Mary Margaret : T'as pas l'impression qu'il nous emmène là où Cora veut qu'on aille, et que tout ça n'est qu'un piège ?
Emma : C'est forcément un piège. Seulement on sait qu'ils veulent nous manipuler et donc on peut…
Mary Margaret : … garder une longueur d'avance sur eux.
Emma : C'est ça. (Ils arrivent au bord de la forêt, d'où ils voient une tige de haricot au loin. Je parie que la boussole est planquée là-haut ?
Crochet : Eh oui.
Emma : Alors, comment on fait pour grimper sur ce truc ?
Crochet : Ce n'est pas de l'escalade qu'il faut avoir peur. C'est du géant qu'il y a au sommet.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Toujours sous le choc, Regina gare sa voiture devant le cabinet d'Archie.


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. La Reine Regina rejoint Rumplestiltskin et Trish dans la forêt.

Reine Regina : Qui est-ce ?
Rumplestiltskin : Mais ta remplaçante, voyons. Il me fallait quelqu'un de plus motivée.
Reine Regina : Motivée ? (La Mauvaise Reine arrache le cœur de Trish et l'écrase dans sa main) Bien, où en étions-nous restés ?


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Regina frappe à la porte du cabinet d'Archie. Il lui ouvre

Archie : Vous revenez ?
Regina : J'ai utilisé la magie.
Archie : Entrez s'il vous plaît, vous allez me raconter.


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. Jefferson emmène Frankenstein dans les bois, jusqu'à ce qu'ils atteignent leur destination

Frankenstein : Ça suffit. Je veux rentrer chez moi. Tout de suite. J'ai rempli ma part du marché et j'ai du travail.
Jefferson : Votre mission sera finie quand il dira qu'est est finie. (Rumplestiltskin arrive)
Rumplestiltskin : Et bien, et bien, s'il vous plaît, un peu de patience. Notre transaction est, euh, presque achevée.
Frankenstein : Et êtes-vous satisfaits du résultat ?
Rumplestiltskin : En effet, elle semblait avoir le cœur brisé.
Frankenstein : C'est bien le cas, elle a cru à mon échec.
Jefferson : Si tu avais vu ses larmes.
Rumplestiltskin : Ah, j'en ai vu les conséquences. Impressionnant.
Frankenstein : Et donc… Mon paiement ?
Jefferson : Tenez, le voilà. (Jefferson lui remet une boîte contenant un cœur)
Frankenstein : Pardonnez-moi, mais je vais le vérifier. (Frankenstein ouvre la boîte pour trouver un cœur battant à l'intérieur)
Frankenstein : C'était un plaisir de faire affaires avec vous.
Rumplestiltskin : Non, le plaisir était pour moi. Grâce à vos talents, j'ai terminé mon monstre. Et voyez-vous, j'espère que vous pourrez créer le vôtre.
Frankenstein : Je ne cherche pas à créer un monstre.
Rumplestiltskin : Oh, suis-je idiot. Bonne chance.
Frankenstein : Si ces cœurs sont comme vous le dites, je n'aurai pas besoin de chance.
Rumplestiltskin : Juste un brin de magie.
Frankenstein : Non. Ce que je compte accomplir dépasse votre magie.
Rumplestiltskin : Ceci dit, il vous faut un cœur enchanté pour le réaliser.
Frankenstein : Ah, quelle étroitesse d'esprit. Ce sont mes pouvoirs qui vont transcender les limites de votre magie.
Rumplestiltskin : Le pays d'où vous venez doit être remarquable pour être convaincu que vos pouvoirs sont supérieurs aux nôtres.
Frankenstein : Ils le sont.
Rumplestiltskin : Peut-on parier ? Un jour ou l'autre, je pense, que vous partagerez mon point de vue.
Frankenstein : J'en doute fort. Maintenant, peut-on y aller ?
Jefferson : D'accord.
Rumplestiltskin : Un petit conseil, mon cher, n'oubliez surtout pas, que quelque soit ce que vous cherchez, tout a toujours un prix. (Jefferson jette son chapeau sur le sol, formant un tourbillon violet)
Frankenstein : C'est ce qu'on verra. (Jefferson et Frankenstein sautent dans le portail)


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Le Dr Whale entre dans la boutique d'antiquités avec une glacière contenant son bras coupé.

M. Gold : Quand les gens disent que ça coûte un bras d'acheter ici, ce n'est bien sûr qu'une expression. Dr Whale : Remettez-le.
M. Gold : Vous voulez que je rattache votre bras ?
Dr Whale : Vous pouvez le faire ?
M. Gold : Évidemment. Mais d'abord, pourquoi le ferai-je ?
Dr Whale : Parce que deux bras, c'est mieux qu'un.
M. Gold : Je m'en serais douté. Je voulais dire, pourquoi avez-vous fait revenir le palefrenier du monde des morts ?
Dr Whale : J'ai cru… je me suis dit que si je l'aidais, elle me renverrait dans mon pays. Je veux voir mon frère, et réessayer de le ramener.
M. Gold : Réessayer ?
Dr Whale : Ma première tentative s'est mal finie. Je dois y retourner et essayer encore une fois.
M. Gold : Quel dommage que votre demande dépasse mes compétences. Toutes mes condoléances.
Dr Whale : Et pour mon bras ? Vous dites que vous pouvez le faire.
M. Gold : Oh, oui. Mais il y a une différence entre pouvoir et vouloir.
Dr Whale : Quel est votre prix ?
M. Gold : Dites-le.
Dr Whale : Que je dise quoi ?
M. Gold : Vous savez bien. Vous n'êtes pas ici dans un hôpital. Dites-le.
Dr Whale : J'ai besoin de la magie.
M. Gold : C'est tout ce que je voulais entendre. (M. Gold fait un geste de la main et le bras du Dr Whale se rattache instantanément) C'est toujours un plaisir de faire affaires avec vous… Victor.


SCÈNE : Monde sans couleur. Passé. Victor Frankenstein est retourné dans son monde avec le cœur. Il entre dans son manoir. Un orage fait rage dehors. À l'intérieur, il retrouve son assistant, Igor, qui l'attend dans le laboratoire. Un corps recouvert par une couverture est allongé sur une table.

Igor : Docteur ? De retour ? Vous avez trouvé ce que vous cherchiez ?
Frankenstein : Oui. (Il prend le cœur dans la boîte et lui montre) Regardez ça. Il est remarquable, non ?
Igor : La pièce finale du puzzle.
Frankenstein : Comme vous dites. Bien, commençons. (Frankenstein commence l'expérience. Il utilise l'électricité de l'éclairage et le canalise vers le corps sur la table. Lentement, le corps commence à lever sa main)
Frankenstein : C'est vivant.
Igor : Vous avez réussi, Victor, vous avez réussi. (Frankenstein serre la main étendue)
Frankenstein : Oui. Je crois que j'ai réussi. Bienvenue, cher frère.
Igor : C'est de la magie, Dr Frankenstein ?
Frankenstein : Non, aucune magie ici, c'est de la science.


Fin.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.