FANDOM


Plume WIKI Cette page est la transcription de l'épisode "Le Crocodile". Plume WIKI
N'hésitez pas à la compléter ou à corriger la moindre erreur.
Once Upon a Time couverture livre de contes

SCÈNE : Storybrooke. Présent. M. Gold et Belle sont dans la boutique d'antiquités. L'antiquaire ouvre une boîte contenant un collier..

Belle : Oh, c'est… il est absolument magnifique. Nous fêtons quelque chose en particulier ? (Il prend le collier et va le mettre autour de son cou)
M. Gold : Ce que nous fêtons c'est… nous. Nous ne sommes presque pas sortis depuis que la ville s'est réveillée. Alors, j'ai pensé qu'on pourrait aller faire un tour dehors, rien que tous les deux. (Il finit de l'accrocher à son cou)
M. Gold : Parfait.
Belle : Merci. (Ils s'enlacent)
M. Gold : Ne te fais pas trop d'illusions, la vie nocturne n'est pas particulièrement trépidante ici.
Belle : Non, ce n'est pas de ça que je parle. Je te remercie… de tenir ta promesse, de faire l'effort de changer. (Ils sont interrompus par Leroy qui entre dans la boutique)
Leroy : Hey, Rumple-truc, je veux ma pioche.
M. Gold : Je suis désolé, mais la boutique est fermée.
Leroy : C'est ma pioche. Rends-la moi.
M. Gold : Ça ne change rien au fait, que nous sommes fermés.
Leroy : C'est pas parce que tu possède quelque chose que c'est à toi. Rien est à toi dans cette boutique. Et vous, comment vous pouvez vivre avec ce monstre ? A moins que vous fassiez partie de ses possessions.
M. Gold : De quel droit.. te permet-tu de lui parler comme ça ? (M. Gold saisit Leroy par le cou et le plaque contre le mur) Tu veux ta pioche ? Très bien !
Belle : Calme toi je t'en supplie ! (Il commence à l'étrangler)
M. Gold : Tu vas l'avoir… mais elle sera plantée dans ta poitrine !
Belle : Stop !! Je t'en prie ! Cet être cruel ce n'est plus toi (M. Gold se transforme en Rumplestiltskin)
Rumplestiltskin : Oh si, c'est bien moi, très chère, ça a toujours été moi et ça le sera à jamais. (Belle se réveille de son cauchemar dans la chambre de la maison de M. Gold. Elle quitte son lit et se balade en pleine nuit pour se rendre à une fenêtre du sous-sol. À l'intérieur, Belle voit son époux tisser de la paille en or. Il en coupe un morceau et la dépose dans une fiole, créant ainsi un effet magique)


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. Rumplestiltskin entre dans sa chaumière avec un panier de laine dans ses mains. Il appelle alors sa famille.

Rumplestiltskin : Milah? Baelfire ? Je suis de retour ! Bonsoir. (Baelfire est assis à une table, seul)
Baelfire : Papa ?
Rumplestiltskin : Où est maman ? Elle ne doit pas être bien loin. Elle n'a sans doute pas vu le temps passer. Prends ta cape. Nous allons la retrouver.


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. Dans une taverne, Milah joue aux dés avec quelques pirates.

Milah : Oh ! J'ai encore gagné ! (Rumplestiltskin entre et sapproche de Milah)
Rumplestiltskin : Milah. Viens, il est temps de rentrer à la maison.
Milah : Dans ce cas, rentre à la maison.
Pirate : Qui est-ce ?
Milah : Oh personne. C'est seulement mon mari.
Pirate : Oh, il est légèrement plus grand qu'on nous l'avait dit.
Rumpleshtilskin : Je t'en prie. Ne m'oblige pas à te rappeler tes devoirs.
Milah : Par exemple, faire preuve de courage et se battre vaillamment contre les Ogres ? Les autres épouses sont aujourd'hui des veuves respectées, tandis que moi je porte le nom du lâche du village. J'ai besoin de me changer les idées. Cours te cacher dans ton trou, tu ne sais faire que ça. (Baelfire apparaît de derrière Rumplestiltskin)
Baelfire : Maman ?
Rumplestiltskin : Baelfire… je t'avais dit d'attendre dehors. (Milah se lève et part avec eux)


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. Dans leur chaumière, Milah est au lit, pendant que Rumplestiltskin prépare du thé.

Rumplestiltskin : Tu n'aurais pas réellement souhaité que je me fasse tuer, à l'une de ces guerre contre les Ogres ?
Milah : J'aurais souhaité que tu te battes. Pas toi ?
Rumplestiltskin : Au moins, je suis en vie. Je suis là, avec toi, et notre fils.
Milah : Ce n'est pas une vie. Pas pour moi. Pourquoi refuses-tu que nous partions loin d'ici ?
Rumplestiltskin : Nous en avons déjà parler.
Milah : Et je ne vois toujours pas ce qui t'oblige à demeurer le lâche du village. Nous pourrions changer de vie. Aller là, où personne ne nous connaît. Découvrir le monde et les merveilles qu'il recèle.
Rumplestiltskin : Je sais que ce n'est pas la vie dont tu avais rêvé, mais je crois que nous pourrions être heureux ici, dans ce village. Tu veux bien essayer ? Si tu ne le fais pas pour moi, fais le… pour Baelfire.
Milah : Entendu. Je vais essayé.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. M. Gold rentre chez lui, Belle l'attends dans la cuisine..

M. Gold : Bonjour.
Belle : Bonjour. Qu'est ce que tu fais ?
M. Gold : J'allais préparer ton petit déjeuner.
Belle : Non, je veux dire au sous-sol. Je t'ai vu pratiquer la magie.
M. Gold : Je vais faire du thé.
Belle : Non. Avant je veux que tu m'explique ce que tu fais.
M. Gold : Ce n'est qu'un sortilège inoffensif. Tu n'as aucune raison de t'inquiéter.
Belle : Dans ce cas, sois honnête avec moi. Pourquoi t'as fais venir la magie ici ?
M. Gold : Je te l'ai déjà dis, la magie c'est le pouvoir.
Belle : Et pourquoi tu en as besoin ici ? Dis-le moi ! (Il ne dit rien)
Belle : Ce dont tu as besoin c'est pas de pouvoir, c'est seulement de courage. Celui de tout me dire. (Belle part)


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. Une femme frappe à la porte de chez Rumpelstiltskin. Il répond.

Femme : Rumplestiltskin, va sur les quais tant qu'il est encore temps.
Rumplestiltskin : Sur les quais ? Mais pourquoi ?
Femme : Les hommes qui ont accosté la semaine dernière, ont enlevé Milah ! Ils vont lever l'encre, fais vite !


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. Sur les quais, Rumplestiltskin monte à bord d'un bateau Cependant, il trébuche et tombe sur le pont. Il lève les yeux et voit le l'homme de la taverne, debout, au-dessus de lui..

Pirate : Tiens-toi debout face au Capitaine. (Deux pirates saisissent Rumplestiltskin et le tirent à ses pieds.)
Rumplestiltskin : Je me souviens de vous, je vous ai vu à la taverne.
Killian Jones : C'est toujours flatteur de marquer les esprits. Mais j'oublie les bonnes manières, nous n'avons pas été officiellement présentés. Killian Jones. Alors, que viens-tu faire à bord de mon bateau ?
Rumplestiltskin : Oh… vous avez pris ma femme.
Killian Jones : A vrai dire, j'ai pris la femme de bien des hommes.
Rumplestiltskin : Non. Je… il se trouve que nous avons un fils, il a besoin de sa mère.
Killian Jones : Vois-tu, j'ai là un vaisseau rempli d'hommes qui ont cruellement besoin de compagnie. N'est-ce pas ?
Rumplestiltskin : Je vous en supplie. Pitié, relâchez la.
Killian Jones : Je n'ai jamais tellement aimé le troc. Cela dit, je me considère comme un homme respectable. Qui vit selon un code d'honneur, alors… si tu veux récupérer ta femme… (Le Capitaine jette une épée devant Rumplestiltskin)
Killian Jones : Il te suffit de venir la chercher. (Crochet tient son épée sous le cou de Rumplestiltskin) J'imagine que tu n'a jamais pris part à un duel ? Et bien c'est très simple, le bout pointu rentre dans le corps de l'adversaire. Vas-y, ramasse l'épée. (Rumplestiltskin ne prends pas l'épée) Un homme qui refuse de se battre pour obtenir ce qu'il veut, mérite entièrement son triste sort.
Rumplestiltskin : De grâce, que… que vais-je dire à mon petit garçon ?
Killian Jones : Dis lui la vérité, son père n'est qu'un lâche.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Dans les mines, David et les Nains donnent des coups de pioche pour récolter de la poussière de fée. Henry les observent.

Leroy : Allez, continuez à piocher les amis ! (Ruby arrive avec leurs déjeuners)
Ruby : Ils ont trouvé de la poussière de fée ?
Henry : Non, pas encore. Mais ils finiront par en trouver. Et là, on pourra chercher un moyen de ramener Mary Margaret et ma mère.
Ruby : Je repasserai pour le déjeuner. (Ruby s'en va. David s'arrête et remet sa chemise)
David : Je déteste la poussière de charbon. Leroy, s'il y a du nouveau, je serai au bureau du shérif.
Leroy : Vous reprenez le poste de shérif ?
David : Temporairement, jusqu'à qu'Emma revienne.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. M. Gold frappe à la porte de la chambre de Belle.

M. Gold : Belle ? S'il te plaît, viens au moins manger quelque chose. (Personne ne répond. Il entre, la chambre est vide et la fenêtre est ouverte) Belle ?


SCÈNE : Storybrooke. Présent. M. Gold se rend au Game of Thorns. Moe French regarde une affiche de personne disparue avec le portrait de sa fille, Belle.

M. Gold : Je me demandais si tu avais eu des nouvelles de ta fille ?
Moe French : Si c'est une blague, elle est pas drôle. Tu crois que j'aurais fait cette affiche si je savais où elle était ? Si elle a disparu, c'est uniquement parce que j'ai accepté de faire affaire avec toi. Je gardais tout de même espoir qu'elle ai survécu à ce marché déshonorant.
M. Gold : C'est le cas.
Moe French : Alors pourquoi elle a pas cherché à me retrouver ?
M. Gold : Oh, elle l'a fait. Elle a même imprimer une affiche de ce genre.
Moe French : Laisse-moi deviner, tu t'es évidemment empressé de la jeter aux ordures.
M. Gold : Je ne m'attend pas à ce que tu accepte de m'aider. Je veux seulement savoir si elle va bien.
Moe French : Et maintenant, grâce à toi, on ne sait ni l'un ni l'autre où elle se trouve. Tu es un monstre, Rumplestiltskin.


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. Quelques années plus tard, Rumplestiltskin est assis à une table dans le coin d'une taverne. William Mouche entre et s'assoit à sa table.

Mouche : C'est réellement vous ? Le Ténébreux… en chair et en os..en ce dont vous êtes fait.
Rumplestiltskin : Tu t'es donné bien du mal pour me rencontrer. Il vaudrait mieux pour toi que cet entrevue ne m'apparaisse pas comme une perte de temps.
Mouche : Il se dit que vous cherchez quelque chose, et par chance, je fais commerce d'objets rares et difficiles à trouver. (Il chuchote) Tel un haricot. Un haricot magique qui peut vous transporter d'un monde à l'autre.
Rumplestiltskin : D'après ce qu'on m'a dit, on ne peut plus en trouver un seul en ces terres.
Mouche : En ces terres non. Mais certains bateaux qui accostent ici reviennent de contrées lointaines avec des trésors dont ils ignorent la valeur.
Rumplestiltskin : Contrairement à toi.
Mouche : Cela fait partie de mon travail. Tout comme connaître les rumeurs sur les personnes prêtes à payer cher ces trésors.
Rumplestiltskin : Alors que nous disent les rumeurs, je te prie ?
Mouche : Que… que vous étiez autrefois un lâche, mais que vous êtes devenu le Ténébreux pour protéger votre fils, que vous… vous avez perdu…
Rumplestiltskin serre la gorge de Mouche.
Rumplestiltskin : Ce n'est pas bien de colporter des rumeurs. Revenons-en au trésor, où est-il ?
Mouche : Je ne l'ai pas sur moi. Mais je saurais vous l'obtenir, je vous le jure.
Mouche : Je ne vous ai pas donner mon prix.
Rumplestiltskin : Je peux transformer la paille en or. Alors ton prix, ne devrait guère poser de problème.
Mouche : Je ne veux pas d'argent. Je veux la vie éternelle.
Rumplestiltskin : Seul le Ténébreux a la vie éternelle. Mais j'ai une autre proposition à te faire. Que dirais-tu, de pouvoir retrouver ta jeunesse ? Que j'inverse le temps pour toi jusqu'à ce que tu redevienne un enfant ?
Mouche : C'est presque la même chose. J'accepte.
Rumplestiltskin : Mais n'oublies pas, si tu ne respecte pas notre marché, je ferais accélérer le temps, et je te ferais retourner à la poussière.
Mouche : Entendu. Merci. (Mouche se lève et part. La serveuse arrive à la table de Rumplestiltskin)
Serveuse : Êtes-vous sûr que vous ne voulez rien ? (Du bruit interpelle Rumplestiltskin et Killian Jones et son équipage entrent dans la taverne)
Killian Jones : Mais où est donc passé mon équipage ?
Pirate : Eh, nous sommes là, Capitaine !
Killian Jones : Où est ma bière ?
Rumplestiltskin : Réflexion faite, je me sens particulièrement assoiffé.
Killian Jones : À la votre !


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Au Café Granny, Ruby sert un thé glacé à Belle. Elle est assise seule à une table.

Belle : Merci encore.
Ruby : Ça va ? C'est votre troisième thé glacé de la matinée, j'ai peur que vous fassiez une overdose de théine.
Belle : Oh non, en fait j'ai encore jamais bu de thé froid. Et c'est délicieux.
Ruby : Je… je crois que je vous ai encore jamais vu ici
Belle : Ça, c'est parce que j'étais ce qu'on pourrait appeler une femme entretenue jusqu'à aujourd'hui.
Ruby : Laissez-moi deviner, rupture difficile ?
Belle : Oui. Je crois que je vais devoir en arriver là.
Ruby : Vous savez où vous allez dormir cette nuit ? Vous avez de la famille ici ?
Belle : Je… je sais pas trop. Je continue mes recherches. Mais pour le moment je suis toute seule.
Ruby : Je peux voir avec ma grand-mère, on a des chambres de libre.
Belle : Vous feriez ça ? (Ruby acquiesce) Merci.
Ruby : Ruby.
Belle : Belle. Ce qu'il me faudrait là, c'est un travail, une nouvelle vie.
Ruby : Ah, bah dans ce cas, qu'est ce qui vous intéresse ?
Belle : J'ai toujours aimé les livres.
Ruby : La bibliothèque. Elle est fermée depuis longtemps. Mais, les choses ont changé ces derniers temps. Ils cherchent peut-être une bibliothécaire ?


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Belle est devant la bibliothèque. Elle essaye d'ouvrir la porte mais celle-ci est fermée. Elle fait le tour, toutes les fenêtre sont couvertes par du papier journal ou des planches. Tandis qu'elle regarde à l'intérieur par un trou, William Smee s'approche d'elle..

Smee : Excusez-moi
Belle : Oh… vous m'avez fait peur.
Smee : Je… je me demandais si vous pourriez me dépanner d'un peu de monnaie ?
Belle : Oh, non. Désolée, j'ai pas d'argent sur moi.
Smee: Euh… mais vos amis en auront peut-être ? Vous attendez quelqu'un ?
Belle : Non, non pourquoi ?
Smee : C'était seulement pour être sûr. (Mouche saisit Belle, couvrant sa bouche avec sa main et la traîne de force)


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. Killian Jones et son équipage, ivres, ont quitté la taverne et se baladent dans les rues. Ils croisent Rumplestiltskin, caché par une capuche. Il bouscule le bras de Crochet pour attirer son attention.

Killian Jones : Dis donc, toi, reviens ici. Même un rat d'égout aurait été moins grossier que tu viens de l'être.
Rumplestiltskin : Toutes mes excuses, monsieur.
Killian Jones : Oh, je vois que j'avais tort. Tu n'es pas un rat, non… Plutôt un crocodile. (Le pirate lui donne un coup, encouragé par son équipage.) Si tu nous disais comment tu t'appelle, crocodile ? (Killian lui redonne un coup et le fait tomber par terre. Rumplestiltskin se relève et révèle son visage) C'est toi… je me souviens de toi.
Rumplestiltskin : C'est toujours flatteur de marquer les esprits. Mais j'oublie les bonnes manières, nous n'avons pas été officiellement présentés. Rumplestiltskin. Ou comme on m'appelle le plus souvent, le Ténébreux. (L'équipage recule)
Rumplestiltskin : Ouh ! Je vois que ma réputation me précède.
Killian Jones : En effet.
Rumplestiltskin : Tant mieux. Cela nous fera gagner un temps précieux pour toute la partie questions-réponses de mon jeu préféré.
Killian Jones : Que veux-tu savoir ?
Rumplestiltskin : Comment va Milah, bien entendu ?
Killian Jones : Qui ?
Rumplestiltskin : Ce serait pour moi un plaisir de creuser dans ta mémoire. Mais… cela risque d'être légèrement sanglant.
Killian Jones : Elle est morte. Depuis de longues années. Que veux-tu au juste ?
Rumplestiltskin : Nous n'avons pas eu l'occasion de terminer notre duel. (Crochet va prendre son épée, mais Rumplestiltskin l'arrête)
Rumplestiltskin : Pas maintenant. Disons demain à l'aube. Je ne suis pas un homme cruel. Je vais te laisser mettre tes affaires en ordre. Et passer cette nuit à te dire, que ce sera la dernière. Au fond, je suis peut-être un peu cruel. Et je ne te conseille pas de tenter de m'échapper. Parce que je n'aurai aucun mal à te retrouver, et j'étriperai tous les membres de ton équipage jusqu'au dernier.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. M. Gold frappe à la porte du loft Blanchard. David va ouvrir..

M. Gold : Pourrais-tu m'accorder une minute ? Shérif ?
David : Remplaçant du shérif. Et je suis déjà en retard, je vais passer la journée à gérer le désastre que tu as provoqué.
M. Gold : Toutes mes excuses. Il faut bien reconnaître que ce n'est pas la meilleure idée que j'ai eu. Et je conçois qu'il soit malvenu de ma part de venir te demander ton aide.
David : Dans ce cas, tu concevra aussi que la réponse soit non.
M. Gold : Laisse-moi au moins finir. Je viens te signaler une disparition. (Il remet à David une affiche de personne disparue au nom de Belle) Elle a quitté mon domicile tôt ce matin. Elle s'appelle Belle.
David : Il y a bien longtemps, tu m'as confié avoir connu l'amour, est ce qu'il s'agit…
M. Gold : Oui.
David : Tu m'as dis aussi qu'elle était morte.
M. Gold : Je croyais qu'elle l'était.
David : Pourquoi tu te sert pas du sortilège que tu m'as donné pour retrouver Jefferson ?
M. Gold : Pour ça, il faut avoir un objet ayant appartenu à la personne qu'on cherche, je n'en ai pas.
David : Comment tu peux être sûr qu'elle a disparu ? Qu'elle s'est pas… enfuie ?
M. Gold : Je n'en sais rien. Écoute, les habitants de la ville, ne sont évidemment pas très compatissants à mon égard.
David : On les comprends…
M. Gold : En revanche, toi, tu es la personne la mieux placée pour savoir exactement ce que je traverse en ce moment. Veux-tu bien m'aider ?


SCÈNE : Royaume enchanté. Killian arrive au lieu de rendez-vous du duel. Rumplestiltskin lui jette une épée par terre.

Rumplestiltskin : Ramasse l'épée très cher, et que le meilleur gagne.
Killian Jones : Ça n'est pas utile. (Rumplestiltskin apparaît derrière lui et lui a pris son épée.
Rumplestiltskin : Oh je suis désolé, mais tuer un homme avec sa propre épée est un plaisir que je ne saurai me refuser. (Killian ramasse l'épée au sol et ils commencent à se battre) Les rats vont bientôt quitter le navire, je vais le faire couler par le fond. (Ils continuent à se battre jusqu'à ce que Rumplestiltskin prenne le dessus. Le pirate est à terre, sans épée, Rumplestiltskin lui met la sienne sous sa gorge)
Killian Jones : Vas-y, tranche-moi la gorge !
Rumplestiltskin : Non, sais-tu ce que l'on ressent, quand on voit des hommes enlever son épouse ? Et que l'on peut rien faire pour les en empêcher ? C'est comme si on nous arrachait le cœur de la poitrine. Laisse-moi te montrer. (Rumplestiltskin tente de lui arracher le cœur de Crochet mais Milah l'en empêche)
Milah : Arrête !
Rumplestiltskin : Milah…


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Smee emmène Belle dans les mines.

Belle : Qui êtes-vous ? Qu'est ce que… mais enfin qu'est-ce que vous me voulez ?
Mouche : Je suis un homme qui fournit des objets difficiles à trouver, et dans ce cas, l'objet… c'était vous.
Belle : Alors, qui vous a demandé de faire ça ? (Moe French entre dans la pièce) Moe French :' Belle… (Ils se prennent dans les bras l'un l'autre) Oh si tu savais comme tu m'as manqué !
Belle : Père…
Moe French :' Oh je regrette que l'on doive se retrouver de cette manière. Mais essaie de comprendre, je n'avais pas le choix.
Belle : Au point de me faire enlever ?
Moe French :' Quand la Malédiction a été rompue, je t'ai cherché dans toute la ville. Et j'ai découvert que le Ténébreux te retenait prisonnière.
Belle : Non Père, en fait ce n'est pas lui qui me retenait prisonnière. Je suis restée avec lui de mon plein gré.
Moe French :' Tu veux dire que tu es tombée amoureuse de lui ? (Belle acquiesce)
Belle : Mais j'ai bien peur que ce soit fini entre nous.
Moe French :' J'espère bien. Promets-moi que tu ne l'aimes plus et que tu ne le reverras plus jamais.
Belle : Qu'est-ce qui te prends ? Je ne suis plus une enfant.
Moe French :' Tu ne te rend pas compte de ce que cet homme pourrait te faire, de tout ce qu'il a déjà fait.
Belle : Non, c'est toi qui ne te rend pas compte, là ! C'est de ma vie qu'il s'agit.
Moe French :' Je crois que je n'ai plus le choix. Pardonne-moi. Allez-y. (Mouche saisit Belle de nouveau)
Belle : Non, attends. Qu'est-ce que tu… qu'est-ce que… non lâchez-moi ! (Mouche traîne Belle hors de la pièce)
Moe French :' Au revoir Belle. Je t'aime
Belle : Père !!


SCÈNE : Storybrooke. Présent. David interroge un homme tandis que M. Gold le regarde de loin. David finit et le rejoint..

David : Tu te rappelles avoir changer un boucher en cochon, par hasard ?
M. Gold : Non, ça ne me dit rien.
David : Parce que lui, il s'en souvient. Apparemment, le boucher était son père. Je commence à comprendre pourquoi personne réponds à tes questions.
M. Gold : Mais pourquoi ? Il a vu Belle ?
David : Je crois pas, non.
M. Gold : Bon alors, on va où maintenant ?
David : Chez Granny, on va voir qui d'autre t'as terrorisé là-bas.
M. Gold : Dis…euh… j'aimerais te poser une question. À propos de Mary Margaret et.. de toi. Comment ça marche ?
David : Tu me demande des conseils au sujet des femmes ?
M. Gold : Non, bien sûr que non.
David : L'honnêteté. C'est ça qui marche. Faire confiance et s'efforcer d'être honnête l'un envers l'autre.
M. Gold : Mais je ne lui ment pas.
David : Il y a une grande différence entre la vérité factuelle et l'honnêteté du cœur. C'est le truc important que m'a appris cette Malédiction.


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. Rumplestiltskin, Milah et Killian sont toujours dans l'allée.

Rumplestiltskin : Milah… (Rumplestiltskin retire sa main de la poitrine du pirate) Tu es en vie ?
Killian Jones : Ne reste pas là, sauves-toi !
Milah : Non, je ne partirai pas d'ici sans toi.
Rumplestiltskin : Comme c'est émouvant. Il semblerait qu'on m'ait caché une partie de cette histoire. Racontes la moi.
Milah : Je t'en prie. Ne lui fais pas de mal. Je vais t'expliquer.
Rumplestiltskin : L'heure tourne, très chère, tic tac…
Milah : La toute première nuit, où Killian et ses hommes sont venus boire à la taverne, il a parlé de ses voyages, de tout ce qu'il avait vu. Et je l'ai aimé tout de suite. Je n'ai jamais voulu que les choses se passent de cette manière. Je ne savais comment te dire la vérité. Je m'en veux de t'avoir fait souffrir.
Rumplestiltskin : Et voilà qu'aujourd'hui, tu réapparais pour sauver la vie de ton grand amour, le pirate. Jusqu'ici je ne mesurais pas le pouvoir du véritable amour. C'est très impressionnant. Je m'en voudrais de briser cela. A vrai dire, non. J'en serai ravi. (Il se prépare à planter son épée dans les entrailles de Killian quand Milah l'arrête à nouveau).
Milah : Attends, j'ai quelque chose qui t'intéresse.
Rumplestiltskin : Je dois avouer que j'ai énormément de mal à le croire. (Elle sort le bonnet rouge de Mouche)
Rumplestiltskin : Où as-tu trouver cela ?
Milah : Tu sais très bien à qui j'ai pris ce bonnet. Je ne sais peut-être pas ce que le Ténébreux veut faire d'un haricot magique, mais c'est moi qui l'ai.
Rumplestiltskin : Oh je sens que tu vas me proposer un marché.
Milah : Le haricot magique en échange de nos deux vies. Marché conclu ?
Rumplestiltskin : D'abord, je veux le voir.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. David et M. Gold montrent l'affiche à Ruby..

Ruby : Belle, tu dis ? Mmh, désolée, mais c'est vrai qu'elle est belle.
David : Ruby, écoute-moi s'il te plaît. Si tu l'as vu, il faut me le dire. Je veillerai à ce qu'il lui arrive rien.
Ruby : C'est de lui que je me méfie.
David : Lui, je m'en occupe. Fais-moi confiance.
Ruby : Elle est passée dans la matinée. Elle cherchait du boulot. Je lui ai expliqué où se trouvait la bibliothèque.
M. Gold : Et vous croyez qu'elle y est allée ?
Ruby : J'en sais rien. Mais si vous la retrouvez, Rendez lui ça, elle l'a laissé sur la banquette. (Ruby sort un pull de derrière le comptoir) M. Gold : C'est à moi. Elle n'avait rien pour se protéger du froid.
Ruby : Tu me jures que tu la protégeras ?
David : C'est juré. Pourquoi ?
Ruby : Je crois… que je saurais la retrouver. Depuis que les choses ont changé, je suis devenue… un peu plus sensible aux odeurs.
M. Gold : Vous comptez la suivre à l'odeur ?
Ruby : Ça fait parti des avantages d'être aussi un loup.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Ruby flaire l'odeur de Belle et conduit M. Gold et David jusqu'à la boutique de Moe.

David : Qu'est ce qu'il y a ?
Ruby : Je l'avais, mais… j'ai perdu sa piste. (Elle éternue). Ça doit être à cause des fleurs. Je suis désolée, je sens plus rien.
M. Gold : Ne le soyez pas, c'est la boutique de son père. (Ils entrent) Moe French :' Encore toi. Dehors ! T'es pas le bienvenu dans ma boutique.
M. Gold : Où est Belle ?
David : Je vous promet qu'il lui arrivera rien
Ruby : On est seulement inquiets.
Moe French :' Il faut pas. Elle est en sécurité. C'est plus la peine de la chercher.
M. Gold : Écoute, tout ce que je te demande , c'est de me laisser lui parler.
Moe French :' Tu veux anéantir Belle comme tu as anéanti tout le reste. Mais j'ai fait en sorte que tu puisse plus jamais l'atteindre.
M. Gold : Qu'est ce que tu lui a fait ?
Moe French :' Il n'y a qu'un seul moyen de la libérer de ton contrôle… (M. Gold le pique dans la poitrine avec son doigt)
M. Gold : Qu'est-ce tu as fait ?
Moe French :' Alors je vais m'arranger pour qu'elle t'oublie totalement quel qu'en soit les conséquences. Même si pour ça elle doit m'oublier moi aussi.
M. Gold : Il va lui faire franchir les limites de la ville. (Ils sortent en emmenant Moe)
David : Par où tu voulais la faire passer, hein ? Tu sais que des patrouilles surveillent les limites de la ville pour que personne traverse par accident. Alors, comment tu comptais t'y prendre ? (M. Gold plaque Moe contre le camion avec sa canne)
M. Gold : Où tu l'as envoyé ? À quel endroit tu veux la faire traverser ? Dis-moi où elle est ?
David : Arrête, tu vas finir par le tuer. (M. Gold le relâche. David regarde les mains de Moe et voit qu'il est couvert de la poussière)
David : T'es descendu dans la mine. Par les tunnels, ils conduisent hors de la ville.


SCÈNE : Royaume enchanté. Milah emmène Killian à bord du Jolly Roger.

Pirate : Diable, que se passe-t-il ?
Milah : Va chercher de l'eau.
Pirate : De l'eau vite !
Milah : Et fais remonter le prisonnier et son butin du pont inférieur. Toute de suite.
Pirate : Ramenez le prisonnier ! (Rumplestiltskin monte à bord du navire)
Rumplestiltskin : Eh bien, à ce que je vois, tu as fini par trouver la grande famille… que tu n'as pas eu avec moi.
Pirate : Allez sale vermine, dépêches-toi de monter sur le pont ! (L'équipage traîne Mouche sur le pont. Milah récupère le haricot magique dans son sac. Elle le tend à son ex-mari. Il tend sa main pour l'attraper mais elle le jette à Killian qui le serre dans sa main)
Killian Jones : Tu as demandé à le voir et tu l'as vu.
Milah : Alors, marché conclu ? Acceptes-tu de nous laisser partir ?
Rumplestiltskin : Tu veux savoir si je te pardonne ? Si je suis prêt à tourner la page ? Peut-être bien que oui, peut-être bien que non. Je constate que tu es extrêmement amoureuse de cet homme.
Milah : Merci.
Rumplestiltskin : Mais j'ai encore une dernière question.
Milah : Que veux-tu savoir ?
Rumplestiltskin : Comment as-tu pu laisser Baelfire ? (Plusieurs cordes commencent à se défaire). Imagines-tu la torture que cela a été, de rentrer à la maison ce soir là…
Milah : S'il te plaît…
Rumplestiltskin : Sachant que j'allais devoir annoncer à notre fils…
Milah : Calme-toi !
Rumplestiltskin : Que sa mère… était morte ?
Milah : Je t'ai menti et j'ai eu tort. C'était moi la plus lâche de nous…
Rumplestiltskin : Tu es partie sans lui ! Tu l'as abandonné !
Milah : Et depuis pas un jour ne passe sans que je regrette sincèrement…
Rumplestiltskin : Tes regrets sont loin de suffire !! Tu as sacrifié ton fils.
Milah : J'ai laissé mon désespoir obscurcir entièrement ma raison.
Rumplestiltskin : Pourquoi étais-tu donc à ce point désespérée ?
Milah : Parce que je n'ai jamais eu de sentiments pour toi. (Rumplestiltskin met sa main sur la poitrine de Milah)
Killian Jones : Milah ! (Le pirate essaye de la sauver, mais Rumplestiltskin l'attache au mat d'un geste de la main. Il arrache le cœur de Milah).
Killian Jones : Non ! (Crochet réussit à se libérer puis rejoint Milah pour la coucher délicatement sur le pont)
Milah : Je t'aime. (Rumplestiltskin écrase le cœur qui se réduit en poussière)
Killian Jones : Non ! Tu es peut-être plus puissant aujourd'hui démon, mais tu es plus lâche que jamais !
Rumplestiltskin : Il est temps de me donner ce que je suis venu chercher.
Killian Jones : Tu devras d'abord me tuer.
Rumplestiltskin : Non ! Je te réserve un tout autre destin, mon cher ami. (Rumplestiltskin sort son épée et coupe la main du Capitaine où se trouve l'haricot magique) Je veux que tu survives. Parce que je veux que tu souffres autant que j'ai souffert. (Rumplestiltskin se tourne pour partir, Crochet en profite pour ramasser un crochet sur le pont et le plante dans sa poitrine mais cela ne le tue pas) Pour me tuer, il faudrait bien plus qu'un crochet.
Killian Jones : Même les démons peuvent être anéantis. Je finirai par trouver un moyen.
Rumplestiltskin : Encore faudrait-il que tu vive assez longtemps. (Rumplestiltskin disparaît dans une fumée rouge en laissant tomber le crochet. Killian le ramasse)


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Dans les mines, Smee menotte Belle à un des chariots.

Belle : S'il vous plaît ! S'il vous plaît, relâchez-moi. Qu'est ce que vous faites ?
Mouche : Je vous envoie faire un tour au delà des limites de la ville. Une fois de l'autre coté vous oublierez qui vous étiez et qui vous aimiez dans l'autre monde. (Il lui remet une lampe torche) Ça c'est pour que puissiez retrouver la clé. Je l'ai laissé au fond du wagon. Bonne chance. (Il actionne un levier qui précipite la wagon sur les rails)
Belle : Attendez ! Faites pas ça, s'il vous plaît, non ! Pitié ! Non ! Je vous en supplie relâchez-moi ! Au secours ! Ah ! (Belle cherche la clé au fond du wagon. Elle l'a trouve mais la fait tombé accidentellement en dehors. Soudain le wagon s'arrête, et un rayon magique le tire en arrière. M. Gold, David, Moe et Ruby l'attendent. L'antiquaire brise aussitôt les menottes)
Ruby : Alors là, c'est… hallucinant.
M. Gold : Belle, tu n'as rien ?
Belle : Non… non ça va.
M. Gold : Tu te rappelles qui je suis ?
Belle : Oui bien sûr, Rumplestiltskin, je… je me souviens de toi. (M. Gold la serre dans ses bras, mais Belle ne bouge pas)
M. Gold : Qu'est-ce qu'il y a ?
Belle : Je te remercie pour ce que tu viens de faire. Mais ça ne change rien au fait que tu es trop lâche pour être vraiment honnête avec moi.
M. Gold : Belle, mais tu sais…
Moe French :' Je pense la même chose de lui, viens avec moi ma chérie.
Belle : Après ce que tu viens de me faire subir ? Non mais tu plaisantes ? Tu ne vaux pas mieux que lui, Père. C'est pas à toi de décider ce que je dois faire ou ressentir, c'est à moi seule. Et si tous les deux vous teniez vraiment à moi, vous m'auriez écouté. Je ne veux plus vous revoir, ni l'un ni l'autre. Plus jamais.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Chez Granny, Ruby sert un plat à Belle..

Ruby : Ça, c'est un grand classique. Normalement le sirop d'érable va sur les pancakes, c'est les trucs rond. Mais moi j'aime bien quand il y'en a partout.
Belle : Oh c'est… merci encore. Et pas seulement pour la dégustation, mais… pour tout le reste aussi.
Ruby : C'est normal. D'ailleurs, reste ici le temps qu'il faudra. Granny dit que ça ne pose pas de problèmes. Oh, j'ai failli oublier, quelqu'un a laissé cette petite boîte pour toi à la réception. (Ruby donne une petite boîte à Belle. Elle l'ouvre, il y a la clé de la bibliothèque)


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Belle ouvre la bibliothèque avec la clé. À l'intérieur, examine les lieux et croise M. Gold.

M. Gold : Nous pouvons être assis dans notre bibliothèque, et néanmoins voyager aux quatre coins… du monde.
Belle : C'est toi qui m'a envoyer la clé ?
M. Gold : J'ai su que tu avais envie travailler ici, alors… je me suis un peu renseigné. Il y a un appartement au-dessus pour le ou la bibliothécaire, si ça t'intéresse.
Belle : Si tu penses que c'est de cette manière que tu vas me reconquérir après tout ce que tu…
M. Gold : Non, non, c'est… ce n'est pas pour ça que je suis là. C'est parce que… tu avais raison. À mon sujet. C'est vrai que je suis un lâche, et pour tout t'avouer, je l'ai été toute ma vie. J'ai essayé de le cacher en devenant de plus en plus puissant mais, le pouvoir a pris une telle place que j'ai été très vite incapable d'y renoncer. Même, quand ça a finit par me faire perdre la personne qui comptait le plus à mes yeux.
Belle : Ton fils.
M. Gold : Baelfire. C'est comme ça qu'il s'appelle. Après sa disparition, j'ai essayé de le retrouver par tous les moyens. J'ai exploré tellement, tellement de pistes. Et puis j'ai découvert un sort qui pouvait me mener jusqu'au monde où il s'était réfugié.
Belle : Celui-ci.
M. Gold : Je me suis retrouvé dans cette petite ville. Il ne me restait qu'une seule chose à faire, attendre que la Malédiction soit rompue, pour partir d'ici et le retrouver.
Belle : Mais au lieu de partir à sa recherche, tu… tu as fais venir la magie ici.
M. Gold : Parce que je suis toujours un lâche. La magie est devenue une sorte de béquille, sans laquelle je ne peux plus marcher. De toute façon, je sais maintenant que je ne pourrais jamais partir d'ici.
Belle : Parce que ceux qui sortent de la ville, oublient toutes les personnes qu'ils aiment. Alors, si tu pars à la recherche de Baelfire, tu le reconnaîtras pas.
M. Gold : Avec la magie il y a toujours un prix à payer. Il faut que je trouve le moyen de rompre cette nouvelle Malédiction. C'est pour ça que je pratiquais la magie, la nuit où tu m'as vu, au sous-sol de la maison. J'ai perdu tellement de personnes que j'ai aimé. Je ne voulais pas te perdre encore une fois, sans avoir eu le temps de te dire toute la vérité. Au revoir Belle. (Il part mais Belle l'arrête)
Belle : Dis, tu as déjà eu l'occasion de manger un hamburger ?
M. Gold : Oui, bien sûr.
Belle : Humm, moi pas encore. Mais on dit que ceux de Granny sont vraiment délicieux. Un de ces quatre on pourrait peut-être… en manger un ensemble ?
M. Gold : Avec plaisir.


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. Rumplestiltskin pose la main coupée sur une table, où se trouve un dessin représentant Baelfire. Il tire lentement les doigts un à un, mais se rend compte que la main est vide.

Rumplestiltskin : Non… Cet ordure m'a bien eu ! (Il renverse son bureau en hurlant de rage, faisant tomber tout ce qu'il y avait dessus)


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. Killian Jones tient le véritable haricot magique dans sa main, tandis que l'équipage jette le corps de Milah à la mer. Mouche, qui est toujours attaché et bâillonné, marmonne des paroles incompréhensibles.

Mouche : Mmh ! Mmh !
Killian Jones : Retirez lui son baillon. (Un des pirates le lui enlève)
Mouche : Je veux mon haricot magique.
Killian Jones : Que les choses soient claires, à bord de mon navire, c'est moi qui commande et toi qui obéit. Ce haricot est à moi désormais.
Mouche : Alors donnez-moi quelque chose en échange.
Killian Jones : C'est déjà fait. Tu as la vie sauve. Et l'honneur de rejoindre mon équipage.
Mouche : Alors à la place de la vie éternelle, je gagne le droit de frotter les tâches de sang sur le pont supérieur ?
Killian Jones : Et si je te disais que nous nous apprêtions à faire voile vers un pays où jamais personne… ne vieillit ? Et où je trouverais un moyen de me venger de Rumplestiltskin.
Mouche : Je dirais que cela me convient.
Killian Jones : Quel est ton nom, matelot ?
Mouche : William. William Mouche. Je peux avoir mon bonnet ? (Killian fait signe au pirate qui porte son bonnet, qui le lui jette)
Killian Jones : Mr. Mouche, bienvenue à bord. (Il prend le haricot magique et le lance dans l'océan. Un tourbillon géant se forme dans l'eau) Étarquez la voile et préparez vous à un voyage mouvementé ! Nous allons affronter une mer déchaînée !
Mouche : Comment s'appelle le pays où nous nous rendons, Capitaine ?
Killian Jones : Le Pays Imaginaire.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Dans son sous-sol, M. Gold a ligoté William Mouche et l'interroge.

M. Gold : Tu dois probablement te demander pourquoi je t'ai amené ici. J'ai trouvé ça dans la mine, Mr. Mouche. (Il pose son bonnet rouge sur les mains attachées de Mouche)
Mouche : Je vous demande pardon, je…
M. Gold : Ce ne sont pas tes excuses, qui m'intéresse. Ce sont les informations dont tu dispose au sujet de l'homme pour qui tu travailles.
Mouche : Je vous dirai tout ce que je sais sur Moe si c'est ça qui…
M. Gold : Non, non pas sur Moe. Sur ton Capitaine. Où est-il ?
Mouche : Lui, je l'ai jamais vu à Storybrooke, je vous le jure. Pour une raison que je ne m'explique pas, la Malédiction semble l'avoir épargner.
M. Gold : Alors, où est Crochet ?


SCÈNE : Royaume enchanté. Présent. Le Capitaine Crochet observe le refuge des survivants au loin à avec une longue-vue. Cora le rejoint..

Cora : Bonjour, Crochet.
Crochet : Bonjour, Cora. Vous avez dit que vous aviez quelque chose d'important à me montrer. (Elle lui montre la fiole contenant les cendres de l'armoire magique)
Crochet : De la poussière brillante, merveilleux.
Cora : Ce sont les restes d'une armoire magique qui permettait autrefois de voyager entre deux mondes.
Crochet : Y'en a-t-il assez pour nous mener où nous allons ?
Cora : Pas tout à fait. Mais ce n'est qu'un début.
Killian Jones : Alors nous n'allons pas tarder à lever l'encre. Quelle est notre destination?
Cora : Storybrooke.
Crochet : Quel nom étrange. C'est là…
Cora : Qu'elle est, oui. Et lui aussi.
Crochet : Excellente nouvelle. Vous pourrez revoir votre fille. Et je pourrais dépecer un Crocodile.


Fin.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.