FANDOM


Plume WIKI Cette page est la transcription de l'épisode "Le Génie". Plume WIKI
N'hésitez pas à la compléter ou à corriger la moindre erreur.
Once Upon a Time couverture livre de contes

SCÈNE : Storybrooke. Présent. Henry est en vélo, il a rendez-vous avec Emma près du château de bois.

Emma : Salut ! (Henry dépasse Emma) Hé ! Cache ta joie ! (Le château a été abîmé par la tempête)
Henry : Oh lala, t'as-vu ?
Emma : C'est rien, je demanderais à Marco de le réparer.
Henry : Tu penses qu'il y est encore ?
Emma : Qu'est-ce-que tu cherches ?
Henry : Mon livre.
Emma : Pourquoi tu l'as enterré ici ?
Henry : Pour pas que ma mère le trouve.
Emma : Le garder ton matelas, c'était trop risqué ?
Henry : C'est là que la Méchante Reine le chercherait en premier. (Henry déterre une boîte en métal)
Emma : Pourquoi tu me l'as pas laissé ?
Henry : Parce qu'elle y aurait aussi pensé. (Henry ouvre la boîte) Il est toujours là ! Cool.
Emma : Alors ta maman ne connaît pas le château ?
Henry : Ben non, c'est notre secret. (Henry ré-enterre la boîte. Regina arrive)
Regina : Henry ! Henry ! Je te cherche partout depuis tout à l'heure. Tu sais que tu as rendez-vous avec Archie ce matin… J'aurais du me douter qu'il était avec vous… Allez ! Va à la voiture.
Henry : Oui.
Regina : Tout de suite ! (Henry part) Vous le laissez s'amuser ici ?
Emma : La tempête l'a abîmé, mais ça se répare.
Regina : Vous sauriez aussi réparer un crâne brisé ? Parce que voilà ce qui arrivera s'il l'une de ces vieilles planches cèdent sous lui. Vous ne vous souciez pas de lui et de sa sécurité, vous voulez m'atteindre moi… Évitez de laissez vos sentiments troubler votre jugement… Vous mettez des gens en danger.
Emma : Vous voulez en venir où, exactement ?
Regina : Vous êtes shérif aujourd'hui… Alors agissez de manière responsable. (Regina retourne à sa voiture)


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Emma et Mary Margaret dinent chez Granny.

Emma : Je dois pas laisser mes sentiments troubler mon jugement, c'est ce qu'elle fait tout le temps.
Mary Margaret : Elle est en colère parce que t'as une relation de complicité avec Henry alors qu'elle… Elle a toujours du mal avec lui.
Emma : Comment elle a su pour le château d'abord ?
Mary Margaret : Elle sait tout ce qui se passe dans cette ville, c'est le maire. (Le téléphone de Mary Margaret vibre. Elle a reçu un texto) Doit parler, rendez-vous à l'endroit habituel.
Emma : Il faut que tu t'en ailles ?
Mary Margaret : Oui… Je te laisse… Mais tu veux que je dise, je suis assez d'accord avec toi… Moi aussi je vois l'influence qu'elle a sur lui.
Emma : J'aimerais que tout le monde le voie. (Mary Margaret s'en va. Sidney prend sa place à la table d'Emma)
Sidney : Je peux exaucer votre vœu !
Emma : Oh !! Sidney, vous voulez manger un morceau avec moi ?
Sidney : Vous voulez monter aux gens le vrai visage de leur maire ? Je suis votre homme.
Emma : Ça m'étonnerait vu qu'elle vous a dans la poche.
Sidney : Entre Regina et moi, c'est terminé !
Emma : Hum ! C'est ça.
Sidney : Elle m'a fait virer du journal ! Elle m'a ridiculisé pendant l'élection, alors j'ai cherché dans ses petites affaires de quoi la compromettre et là je suis tombé sur ce qu'elle ne voulait pas qu'on découvre.
Emma : Sidney, vous êtes soûl. Rentrez chez vous, vous avez besoin de cuver et puis réjouissez-vous, vous n'êtes plus sous ses ordres maintenant ! (Sidney donne sa carte à Emma)
Sidney : S'il vous plait… Storybrooke doit enfin tout savoir sur cette femme. (Emma s'en va)


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. Le génie se regarde dans un miroir dans sa lampe. Il entend des pas.

Le Génie : Ça recommence. (Le Roi Leopold ramasse la lampe et la frotte. Le génie en sort) Salut à vous ! Vous avez réveillé le génie d'Agrabah. Vous avez droit à trois vœux, pas plus pas moins mais vous devez savoir que la magie a des limites. Vous ne pouvez pas demander la mort ni la vie. Vous ne pouvez pas demander l'amour ni un vœu en plus. Et une fois exaucé un vœu ne peut pas être défait quelque soit ses conséquences… Alors dîtes-moi votre premier vœu.
Roi Leopold : Hum… Euh… Ha Ha Ha…Euh… Je ne vois rien que je pourrais encore désirer. J'ai tout ce dont j'ai besoin et je ne souhaite rien que le bonheur de ceux qui viennent dans mon royaume.
Le Génie : Oh ! (Le génie va s'asseoir)
Roi Leopold : Vous êtes dans mon royaume et pourtant, vous me semblez malheureux.
Le Génie : Oh ! Je suis le génie de cette lampe depuis bien avant votre naissance. La vie de génie est très loin d'être aussi magique qu'elle n'y paraît.
Roi Leopold : Vous souhaitez dont être libéré.
Le Génie : Par-dessus tout !
Roi Leopold : Alors je sais quel est mon premier vœu… Je veux que vous soyez enfin libre. (Les bracelets du génie tombent)
Le Génie : Ce n'est pas possible… Je suis libre vraiment ?
Roi Leopold : C'est vous le génie, à vous de me le dire.
Le Génie : Il vous reste encore deux vœux, que voulez-vous demander ?
Roi Leopold : Alors quel sera mon second vœu… Hum… Voilà, je souhaite que mon troisième et dernier vœu vous revienne à vous. (Le roi remet la lampe au génie)
Le Génie : Hum… Depuis que je suis génie, j'ai exaucé mille et un vœux et j'ai vu comment l'histoire prenait une mauvaise tournure mille et une fois. Faire un vœu à toujours un prix et c'est pour cela que jamais je n'utiliserai celui-ci, le dernier vœu. (Le génie range la lampe)
Roi Leopold : Je vois que vous êtes plein de sagesse, génie. Maintenant dîtes-moi, qu'allez-vous faire de votre liberté ?
Le Génie : Chercher la seule chose que j'ai toujours désiré et que m'empêchait d'avoir ma prison : l'amour de ma vie.
Roi Leopold : Alors venez avec moi, je vous invite dans mon palais, je suis sûr que vous l'y trouverez. Je vous présenterai ma famille. Allez ! Venez.


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. Le roi Léopold fait visiter les jardins du château au génie.

Le Génie : Votre palais est à la mesure de votre gentillesse.
Roi Leopold : Oh ! Ça m'est facile d'être gentil, mon ami. Voici ma ravissante fille, Blanche-Neige.
Blanche-Neige : Enchantée.
Roi Leopold : Et Regina, mon épouse, la reine. (Regina cueille une pomme et voit le génie)
Regina : Bienvenue. (Le génie est sous le charme de Regina)


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Un bulldozer de chantier détruit le château d'Henry sous ses yeux. Emma arrive.

Emma : Henry, je suis venue aussi vite que j'ai pu. Qu'est-ce qui se passe ?
Henry : Le château ! Ils sont en train de le démolir complètement. Mon livre… Oh ! Non, il est plus là… Oh ! Non j'arrive trop tard. (Emma va voir Regina)
Emma : Félicitations madame ! Vous venez de détruire un endroit qu'il aimait beaucoup !
Regina : Un endroit dangereux ! Dangereux pour lui et les autres enfants. Vous me prenez pour la méchante, mademoiselle, mais ce n'est que votre point de vue et vous avez tort… Apprenez à jouer votre rôle, où vous retournerez vite d'où vous venez. (Regina s'en va. Emma prend son téléphone et appelle Sidney)
Emma : Sidney. Bonjour. Ça marche. Je veux que tout le monde se rende compte de qui elle est.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. David attend Mary Margaret au pont à péage.

Mary Margaret : J'ai reçu ton SMS, qu'est-ce qui a ?
David : Viens avec moi. (David entraine Mary Margaret avec lui. Ils sont près de la rivière)
Mary Margaret : David… Tu me fais peur qu'est-ce qui a ?
David : Ce qui a, c'est que t'es en retard. Le vin va se réchauffer. (David a préparé un pique-nique. Mary Margaret l'embrasse)
Mary Margaret : Il faut qu'on arrête de jouer à ça.
David : On vient juste de commencer.
Mary Margaret : On doit décider de ce qu'on fait.
David : Tu as raison… Demain.
Mary Margaret : D'accord… Demain. (Ils s'embrassent)


SCÈNE : Storybrooke. Présent.Emma gare sa voiture dans un tunnel. Elle descend. Elle a rendez-vous avec Sidney.

Emma : Allez-y… Je vous écoute… Qu'est ce que vous savez sur elle ?
Sidney : 50 000… 50 000 dollars sont dans la nature.
Emma : Pardon ?
Sidney : 50 000 dollars ont disparu du budget et c'est Regina la responsable.
Emma : Et c'est tout ce que vous avez contre elle ?
Sidney : Ce n'est que la partie visible de l'iceberg. Si on peut découvrir ce qu'elle a fait, tout s'effondre… Tout s'abat d'un coup ! Et on connaîtra enfin ses secrets… Vous avez vu qui elle est et je l'ai vu aussi… Tout ce qu'il faudrait, c'est une fêlure dans le miroir pour que ça éclate au grand jour, je peux vous le garantir.
Emma : Bon et on s'y prend comment ?
Sidney : Espionnez-la. Mettrez son téléphone sur écoute. Piratez ses emails. C'est votre boulot, vous devez avoir plein de trucs !
Emma : Non ! Maintenant je suis shérif, je dois me montrer responsable. Je veux agir en respectant la loi.
Sidney : Elle va se rendre compte… Que vous enquêtez sur elle et il ne lui faudra pas très longtemps… Êtes-vous prête à affronter sa colère ?
Emma : Oh, ça oui !
Sidney : Parce que ce n'est pas mon cas. (Ils se séparent)
Emma : Si vous saviez qu'elle était si terrible… Comment se fait-il que vous soyez devenu un de ses pions ?
Sidney : Je croyais qu'il y avait une autre personne en elle.


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. Le roi donne une réception pour son anniversaire.

Un invité : Bon anniversaire votre Majesté !
Roi Leopold : Nul besoin de cadeaux somptueux pour marquer ce jour particulier… Car ils seraient tous bien fades comparé au plus précieux de tous les cadeaux… Ma fille Blanche-Neige.
Blanche-Neige : Hum… Cher père… Cher Père… Vous me faîte rougir.
Roi Leopold : Chaque jour quand mon regard se pose sur ton visage, je ne peux que me souvenir que de ta bien-aimée et regrettée mère(Regina est assise au fond de la salle, elle semble malheureuse)
Roi Leopold : Comme toi… Et cela faisait ma joie, elle était sans conteste la plus jolie de toutes les femmes du royaume. (Blanche-Neige enlace son père. Le génie remarque que Regina quitte la salle de réception. Regina est seule, près de son pommier dans les jardins du château. Le génie la rejoint)
Le Génie : Vous n'êtes pas d'humeur festive ?
Regina : Oh ! Je croyais que personne ne remarquerait mon absence.
Le Génie : Moi, je l'ai remarquée… Quel bel arbre !
Regina : Oui… Il vient du jardin de mon enfance. Cet arbre et moi avons un point commun… Aucun de nous deux ne peut quitter le palais et aucun de nous deux n'y a vraiment sa place… J'ai beau tout essayé pour plaire au roi… Il ne m'aimera jamais comme il aimait sa première épouse… Je me trouve prise au piège des souvenir de leur vie heureuse.
Le Génie : Je sais ce que c'est que d'être pris dans un piège, mieux que quiconque… Peut-être que ceci vous réconfortera ? (Le génie donne un miroir à Regina)
Le Génie : Regardez-vous… Ainsi, vous vous verrez tel que je vous vois.
Regina : Oh ! Et comment me voyez-vous ?
Le Génie : Comme la femme la plus jolie de tout le royaume.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Emma et Sidney sont au loft de Mary Margaret. Ils fouillent dans les cartons de Sidney pour trouver une preuve contre Regina.

Emma : Quand a eu lieu ce virement ? Il y a environ trois semaines, c'est ça ?
Sidney : Mm… Ouais… Pourquoi ?
Emma : Parce que le document n'est pas là. (Mary Margaret rentre)
Mary Margaret : Emma, il faut que je te parle… Oh ! Bonjour Sidney.
Emma : Salut ! On fait des recherches et on a peut-être quelque chose sur Regina.
Mary Margaret : C'est très intéressant… Vous avez bien raison.
Sidney : Vous voulez faire ça dans les règles ? Il faut un mandat.
Emma : On a besoin d'un juge et elle les tient tous… On est coincé !
Sidney : Alors… Y a ma manière.
Emma : Je veux faire les choses comme il faut.
Sidney : Et bien, il faut la démasquer ! On peut faire quelque chose de mal même si c'est pour une bonne raison, non ?
Mary Margaret : Oui… Oui, peut-être que tu fais quelque chose de pas terrible mais si dans le fond c'est juste, t'es pas mauvaise pour autant.
Sidney : Exactement.
Emma : Tous les deux, vous savez bien comment vous justifier.
Sidney : Regardez ce qu'elle a déjà fait à vous, à moi, à votre fils. Elle ne va pas s'arrêter comme ça, alors il faut réagir comme on peut.
Emma : D'accord… Commençons par discuter avec elle.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Emma est dans le bureau de Regina.

Regina : Et bien… De quoi vous et l'ex-journaliste en disgrâce m'accusez-vous ?
Emma : 50 000 dollars ont été retirés du compte de la ville par vous.
Regina : En tant que maire, j'effectue beaucoup de transactions, les registres publics sont consultables si vous avez des doutes.
Emma : Là est le souci, les documents n'y sont plus depuis trois semaines. Vous savez où ils sont passés ?
Regina : Si vous ne les trouvez pas, c'est sûrement que je les ai empruntés. J'ai souvent à consulter des documents dans mon travail et s'il y a trois semaines qu'ils ont été retirés, je suppose qu'ils ont brûlé… Dans in incendie… Qu'il me semble, vous a valu d'être élue shérif. Je n'ai rien à cacher.
Emma : Très bien… Nous ne pouvons rien faire, allons-nous en Sidney.
Sidney : Emma…
Emma : Non, elle a raison nous n'avons rien. (Emma et Sidney sortent du bureau)
Sidney : Vous vous êtes dégonflée… Je croyais que vous vouliez agir ?
Emma : Mais j'ai agis… J'ai planqué un mouchard… Vous avez gagné Sidney, maintenant tous les moyens sont bons.


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. Le génie entre dans les appartements du roi. Le roi Léopold est assis, un livre à la main.

Le Génie : Vous vouliez me voir, votre Majesté ?
Roi Leopold : J'ai de bonnes raisons de croire que ma femme a donnée son cœur à un autre homme.
Le Génie : La reine n'a pas l'air d'être femme à s'égarer, votre Majesté.
Roi Leopold : Hum… Pourtant son journal laisse penser le contraire. (Le roi donne le journal au génie, il commence à lire)
Regina : « Hier soir, un homme m'a fait un cadeau et bien que se soit un simple miroir, il a réveillé en moi des sentiments que j'avais abandonnés depuis longtemps. L'espoir de trouver l'amour et l'amitié. Même si pour moi, la cours de mon mari est une prison)
 »
Roi Leopold : Malheureusement, dans son journal, elle ne cite pas le nom de celui qui lui a donné ce miroir… Je ne suis pas un idiot… Je me rends bien compte que la reine est malheureuse… Elle désire tellement trouver quelqu'un qui l'aimera comme je pourrais jamais l'aimer. Je n'avais pourtant jamais imaginé, qu'elle oserait me tromper, me trahir ainsi.
Le Génie : Mais jamais la reine, ne joindra des actes aux sentiments qu'elle exprime.
Roi Leopold : L'amour pousse le gens à commettre des folies.
Le Génie : Et… Pourquoi… Faites-vous… Appel à moi, votre Majesté ?
Roi Leopold : J'ai besoin d'un homme de votre intelligence pour découvrir l'identité de celui qui a volé le cœur de mon épouse.
Le Génie : Quel sort lui réserverez-vous une fois que vous l'aurez trouvé ?
Roi Leopold : Ceci est mon affaire et non la votre. (Le génie acquiesce) Alors… Dîtes-moi génie… Pouvez-vous trouvez… L'homme qui a donné à la reine ce miroir, oui ou non ?


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Sidney écoute les conversations de Regina. Emma arrive.

Regina : Désolée Ginger, je n'ai pas le temps de vous entendre encore une fois vous plaindre de vos conditions de travail… Ce n'est pas moi qui contrôle la pluie et les températures.
Emma : Quelle gentillesse ! Vous avez quelque chose ?
Sidney : Oui… C'est même excellent. Elle a passé un coup de fil il y a une heure. (Sidney met en marche le lecteur de cassette)
Regina : « Rendez-vous ce soir sur la route forestière 23, j'aurais le reste de la somme… Oui, bien sûr que ce sera en liquide et je n'ai pas à vous rappeler que personne ne doit être au courant de cette affaire…. Oui je sais que vous n'attendrez pas plus.
 » Emma : Qui était au bout du fil ?
Sidney : Le micro est dans son bureau.
Emma : Il va falloir qu'on trouve tout seul !
Sidney : Oui !
Emma : Un pot de vin en pleine forêt, c'est prometteur.
Sidney : Pot de vin réglé avec des fonds publics détournés.
Emma : Allons à ce rendez-vous mystère.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. La voiture du shérif suit la voiture de Regina dans la forêt. Regina tourne. Emma essaye de freiner mais ça ne marche pas.

Sidney : Qu'est ce qui se passe ? Emma : Les freins ne marchent plus. (La voiture fonce dans un panneau)
Sidney : Oh !
Emma : Ça va ?
Sidney : Ouais… Et vous ?
Emma : Ouais. (Ils sortent de la voiture. Ils regardent les dégâts)
Emma : On va manquer le rendez-vous.
Sidney : Emma…
Emma : Quoi ?
Sidney : Le mouchard que vous avez planqué, Regina a du le trouver… J'ai l'impression que les freins ont été trafiqués… Elle veut nous avoir.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Emma marche dans la forêt en direction de la route forestière 23. Sidney la suit.

Sidney : Attendez !
Emma : Cette garce a voulu me tuer ! Elle va me le payer !
Sidney : Attendez ! Restons prudents ! On doit garder notre sang froid !
Emma : Je me fiche d'être prudente, je veux savoir ce qu'elle fabrique et pourquoi elle venait ici. (M. Gold arrive avec une mallette)
M. Gold : Elle avait rendez-vous avec moi.
Emma : Qu'est-ce que vous faisiez ici avec elle ?
M. Gold : Nous avions une petite transaction à régler.
Sidney : Qu'est-ce qu'il y a dans votre mallette ?
M. Gold : Tout a un prix, vous savez. La pierre aussi en a un.
Emma : C'est pour ça que vous étiez là, vous lui vendiez un terrain ?
M. Gold : Oui et vous vous trouvez dessus en ce moment.
Emma : Qu'est-ce qu'elle veut en faire ?
M. Gold : Je vais vous dire, en affaire, je préfère éviter de poser trop de questions. Ça nuit aux bénéfices. Moi… Ce que je me demande Emma… C'est ce que vous fabriqué là au beau milieu de la nuit ? Avec M. Glass.
Sidney : Vous n'avez aucune idée de ce qu'elle m'a fait… Ni de ce qu'elle a fait à son fils… Il est temps qu'on réagisse et qu'on se batte.
M. Gold : C'est une évidence… Faîtes attention, la confusion des sentiments nous conduit souvent sur des chemins dangereux.


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. Le génie se trouve dans le jardin du palais près de l'arbre de Regina. Il prend un fruit, le coupe et le mange.

Le Génie : Je commençais à croire que vous n'alliez pas venir. (Henry, le père de la reine arrive avec une boîte)
Henry : Vous attendez la reine ?
Le Génie : Qui êtes vous ? Que lui avez-vous fait ?
Henry : Le roi l'a enfermée dans ses appartements. Ma fille est prisonnière dans son propre royaume.
Le Génie : Vous… Vous êtes le père de la reine ?
Henry : S'il vous plait apportez-lui ce coffret, les hommes du roi m'interdisent l'accès à ses appartements. Ils savent que je mourais pour elle… Mais vous… Le roi vous fait confiance. (Le génie prend le coffret)
Henry : Il ne sait pas que le cœur de ma fille est à vous… Les gardes vous laisseront entrer. Donnez-lui ce coffret.
Le Génie : Je ne comprends pas pourquoi. Qui a-t-il là-dedans ?
Henry : C'est la seule chose qui pourra la libérer de cette misérable existence… Si vous aimez sincèrement ma fille… Je sais que vous serez prêt à faire tout ce qu'il faudra pour la libérer. (Henry s'en va)


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Emma gare sa voiture près de la mairie. Elle et Sidney en sortent.

Sidney : Qu'est-ce qu'on vient faire-là ?
Emma : On sait qu'elle a acheté un terrain à Gold mais on ignore pourquoi. Je suis prête à parier que c'est pour son compte mais il faut en être sûr. Il nous faut au moins un document officiel qui l'implique.
Sidney : Vous voulez entrer dans son bureau par effraction. Vous savez comme elle est, il y a un système de sécurité dernier cri avec alarme.
Emma : Si on ne montre pas à cette ville qui est Regina, qui le fera ?
Sidney : Vous arriverez à trouver le code ?
Emma : Ouais.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Emma casse la vitre de la porte d'entrée de la mairie.

Sidney : Emma !
Emma : Qui est alerté par le système ? La police et c'est moi la police… Deux minutes pour que la sécurité l'appelle, une minute pour trouver son manteau et ses clés, trois minutes pour qu'elle arrive ici. On a environ six minutes. (Ils montent au bureau de Regina)


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Sidney prend l'ordinateur de Regina. Emma y branche une clé USB qui décrypte le code.

Emma : Et voilà, on a trouvé tous les dossiers cachés concernant sa transaction avec Gold. (Emma imprime les fichiers) Magnifique ! (Emma trouve un trousseau de clés dans un tiroir) Qu'est-ce que ces clés peuvent bien ouvrir ?
Sidney : Je sais pas. Qu'est ce que vous chercher ?
Emma : Le livre d'Henry.
Sidney : On n'est pas là pour Henry, mais pour les dossiers.
Emma : Vous, vous n'êtes pas venu pour lui, mais moi, c'est la seule raison qui m'amène ici. (La lumière s'allume, Regina entre. Sidney cache les dossiers dans son manteau)
Regina : Oh ! Qu'est ce que vous faîtes là ?
Emma : Des jeunes ont forcé l'entrée. J'ai entendu l'alarme. Je suis venue voir. Je suis le shérif.
Regina : Bravo… Votre temps de réaction est terriblement rapide.
Emma : Vous m'avez dit de faire mon travail, je fais de mon mieux.
Regina : Il vous accompagne ?
Emma : Oh ! Il a vu quelque chose alors qu'il se promenait, c'est donc un témoin.
Regina : Et tu as vu quoi au juste, Sidney ?
Sidney : Mmh. Des petits jeunes… Armés d'un…
Emma : D'une pierre.
Sidney : D'une pierre.
Regina : Ils ont pris quelque chose ?
Emma : J'en sais rien… Je dois faire une vérification pour en être sûre.
Regina : Je pense que c'était simplement une blague.
Emma : Vous êtes sûre que vous ne voulez pas que je jette un coup d'œil ?
Regina : Shérif, vos services ne sont ni désirés ni requis.
Emma : Ok… Bon vous savez où me trouver. (Emma et Sidney sortent)


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. Regina est devant sa coiffeuse. Soudain le génie entre avec le coffret.

Regina : Oh ! C'est toi. (Le Génie pose le coffret et Regina l'enlace) Mon amour pour toi se renforce à chaque battement de mon cœur. Mais le roi a lu mon journal secret et trouvé le miroir, il sera bientôt la vérité pour nous deux… Jamais je ne pourrais m'échapper.
Le Génie : Il y a toujours un moyen de s'échapper. Ton père a dit que ce qu'il y avait dans ce coffret te rendrait ta liberté. Ouvre-le. (Le génie donne la clé à Regina. Elle la prend et ouvre le coffret)
Regina : Je lui fais confiance. (Il y a deux serpents à l'intérieur) La vipère d'Agrabah, si venimeuse qu'aucun être ne lui survit.
Le Génie : Elle tue d'une seule morsure… Ce serpent vient de mon pays. Je connais bien les effets de son poison. Mais pourquoi en voulais-tu un ?
Regina : Je sais que jamais je ne trouverais le bonheur dans cette vie… Rien qu'une petite morsure… Et je dirai enfin adieu aux murs de cette prison pour toujours… Je regrette que nous ne puissions être ensemble, mon amour… Peut-être pourrons- nous nous retrouver dans une autre vie ? (Regina était en train d'approcher sa main des vipères lorsque le génie l'arrête)
Le Génie : Il y a une autre solution… Et si le roi… Mourait ? Qu'en dis-tu ?
Regina : Tu ferais ça pour moi ?
Le Génie : Pour toi, je suis prêt à tout. (Regina l'enlace)
Regina : Je ne sais pas ce que je ferais sans toi.
Le Génie : Plus jamais tu n'auras à te poser cette question. (Il referme le coffret)


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Henry est chez Granny, il dessine. Le motard vient lui parler.

Le motard : Qu'est-ce que tu fais ?
Henry : Euh… J'ai pas le temps de parler, il faut que j'écrive tout avant d'oublier.
Le motard : Oh ouais, j'aime pas non plus quand j'ai une bonne idée qui m'échappe.
Henry : Ce sont pas des idées que je note, je réécris les histoires d'un bouquin que je viens de perdre.
Le motard : Il doit être drôlement bien. Ça parle de quoi ?
Henry : Oh ! Des trucs.
Le motard : Ça a l'air passionnant.
Henry : On dirait que vous vous intéressez beaucoup à moi et à mon livre ?
Le motard : Non… Mais j'essaie d'être amical.
Henry : Qu'est-ce que vous êtes venu faire à Storybrooke ?
Le motard : Je suis écrivain.
Henry : Vous pouvez écrire partout. Qu'est-ce que vous faîtes vraiment ici ?
Le motard : Des trucs. Bonne chance avec tes histoires. (Le motard sort)
Henry : Bon, alors, j'en étais où ? Ouais.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Sidney et Emma examine les documents qu'ils ont volés dans le bureau de Regina.

Sidney : On a des plans… Des révélés de comptes.
Emma : Qu'est-ce qu'elle veut faire construire là-bas ? Un manoir ?
Sidney : Oh ! C'est sans importance… Par contre tous ces relevés de dépôt portent son nom… C'est effectivement un abus de bien social… Elle est finie, on l'a tient… Qu'est ce qui a ? Ça vous réjouit pas ?
Emma : On s'abaisse à son niveau. J'avais promis à Henry de ne pas en arriver là !
Sidney : Emma… On va l'avoir !
Emma : Non… C'est un fruit empoissonné… On n'a que des preuves illégales, un juge les rejetterait en moins d'une minute.
Sidney : Mais on cherche pas à l'envoyer en prison.
Emma : Alors qu'est-ce qu'on fait là ?
Sidney : Ce que vous vouliez qu'on fasse. On va montrer à tous qui elle est… Ce qu'elle a fait à Henry, elle le fait à tout le monde. Elle détruit ce que peuvent aimer les gens. Je vais vous montrer quelque chose. (Sidney sort une boîte de son bureau et l'ouvre. Il contient des photos d'Emma et d'Henry. Emma les regarde)
Sidney : Voilà, elle m'a demandé de vous suivre… Je devais lui dire tout ce que vous faisiez… Il y a des semaines qu'elle connaissait votre lieu de rendez-vous et elle a attendue le moment où ça vous ferait le plus de peine pour le détruire… Tout est de ma faute… Faîte ce que vous voulez… J'irai jusqu'au bout !
Emma : Très bien !


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Regina ouvre la session du conseil municipal.

Regina : Cette réunion du conseil municipal va maintenant commencer. Nous allons d'abord lire les minutes de la dernière séance.
Sidney : Euh… Excusez-moi, Mme le maire… J'ai ici des documents que j'aimerais porter à l'attention des conseillers.
Regina : La séance d'aujourd'hui, n'est pas une séance libre, Sidney… Et personne dans ce conseil n'a envie d'entendre les élucubrations d'un journaliste déchu qui boit un peu trop. Je vous prie de vous asseoir.
Emma : Il n'est pas le seul qui a quelque chose à dire.
Regina : Mlle Swan. Cette réunion a pour but de discuter d'affaires relatives à Storybrooke.
Emma : Comme celles du maire qui vole des milliers de dollar à la ville pour se faire construire une seconde résidence ?
Regina : Mlle, je vous conseille de vous asseoir ou vous aurez à faire à moi.
Emma : Quoi ? Vous allez me punir m'intimider ? Comme vous le faîtes avec tout le monde… Non, pas aujourd'hui… Ce que je tiens là se sont plusieurs documents prouvant que cette femme, votre maire a volé des fonds publics pour s'offrir une maison luxueuse dans la forêt… Et ce journaliste déchu, comme elle dit… Vous voulez savoir pourquoi il a été viré ? Parce qu'il l'a mis en doute… Parce qu'il s'est opposé à elle… Et quand on résiste à Mme le maire, vous savez ce qui se passe… Vous prétendez agir pour servir les intérêts de tous mais ce n'est pas vrai n'est-ce pas ? La vérité, c'est que vous êtes malhonnête et rien ni personne ne compte en dehors de votre intérêt, voilà vraiment qui vous êtes. Et il est temps que les habitants de Storybrooke s'en rendent compte.
Regina : Vous avez raison Mlle Swan… Je fais construire une maison… Ou plutôt une cabane de jeux. (Regina montre à l'assemblée une représentation de la cabane) Ces accusations sont justes… J'ai bel et bien pris des fonds publics… Je voulais faire construire un terrain de jeu pour que mon fils, Henry et tous les enfants de Storybrooke est un endroit spécial pour s'amuser… En sécurité… Quand aux plans que vous avez en mains, il a été inspiré par un dessin que j'ai trouvé dans un des livres de mon fils… Voilà… Vous avez gagné mademoiselle, vous avez montré à tout le monde mon vrai visage… J'espère que vous êtes satisfaite ?


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. Le roi Léopold dort dans son lit. Le génie le regarde. Il a le coffret avec lui.

Le Génie : Pardonnez-moi. (Il ouvre le coffret. Les vipères en sortent. Elles entrent dans le lit du roi. Le génie s'approche. Le roi se réveille. Les vipères mordent le roi. Le génie prend la main de Léopold) Vous n'aurez bientôt plus mal du tout… Vous vouliez que je trouve qui a donné le miroir à votre reine, j'ai trouvé, c'est moi qui lui ai donné. Vous m'avez rendu ma liberté, vous m'avez aussi donné une chance de trouver l'amour et pour cela je vous serais toujours reconnaissant. Mais comme vous m'avez libéré… Je dois maintenant libérer votre reine… Majesté… Pardonnez-moi. (Le génie part mais le roi le retient)
Roi Leopold : Vous aviez raison… Je n'aurais… Je n'aurais jamais dû… Faire de vœux. (Le roi meurt)


SCÈNE : Storybrooke. Présent. La réunion du conseil est finie. Emma et Sidney marchent ensemble. Emma regarde Regina de loin.

Regina : Au revoir, à bientôt.
Un homme : Au revoir.
Regina : De toute façon, je vous tiens au courant pour la suite. (M. Gold vient leur parler)
M. Gold : Regardez-là… La reine et ses sujets… Votre démarche était particulièrement louable mais si vous voulez vraiment la faire chuter, il vous faut un allié solide.
Emma : Vous par exemple ? Merci, je suis toujours pas intéressée. (Regina arrive)
M. Gold : Vous savez où me trouver.
Regina : Mlle Swan… Vous avez un instant ? En tête à tête. (Sidney s'en va)
Regina : Je ne vois pas trop où vous vouliez en venir tout à l'heure… Mais maintenant vous devez reprendre votre travail. C'est-à-dire faire appliquer la loi et non pas l'enfreindre… Je sais que vous êtes entrée dans mon bureau par effraction.
Emma : Vous n'êtes pas innocente non plus… Je sais que vous avez saboté les freins de ma voiture.
Regina : Vous êtes en plein délire… J'aurais saboté vos freins ? Pourquoi est-ce que je vous tuerais alors que vous avez vu que j'ai rien à cacher.
Emma : Il me manque que les preuves.
Regina : Et bien tant que vous n'aurez rien de plus substantiel que des insultes à me jeter au visage… Vous ne vous approcherez plus de moi et plus important encore, vous ne verrez plus Henry.
Emma : Mais il n'a rien à voir…
Regina : C'est comme ça ! Pas question de discuter. Vous venez de perdre votre avantage, shérif… Vous savez si je le voulais aucun juge au monde ne me refuserait une ordonnance restrictive après ce que vous avez fait. Vous ne verrez pas mon fils sans que j'aie donné mon accord… Et pour l'instant… Vous n'avez pas mon accord. (Regina s'en va)


SCÈNE : Storybrooke. Présent.Les enfants s'amusent au nouveau terrain de jeux. Henry voit Emma dans sa voiture et la salue de loin. Il prend sont talkie-walkie.

Henry : Pourquoi tu restes dans ta voiture ? Viens ici !
Emma : Désolée, je peux pas aujourd'hui.
Henry : T'es en mission secrète, c'est ça ? Pour l'Opération Cobra ?
Emma : Non Henry, je suis pas en mission secrète. Ta maman a décidé qu'on se verrait pas pendant un certain temps.
Henry : Mais t'es pas obligée de l'écouter.
Emma : Cette fois-ci, je suis bien obligée. Je me suis complètement plantée ! L'histoire avec ton livre, ta mère, le reste, je me suis mis en colère, j'aurais pas dû… Voilà, il va falloir qu'on reste séparé quelques temps.
Henry : Je veux pas qu'on soit séparé.
Emma : Tu sais mon non plus… Mais là, on n'a pas le choix… T'en fait pas, je vais trouver une solution… Et au fait, si ton livre est dans le coin, je le trouverais, je te le promets.
Henry : Bonne chance, il a disparu de sa cachette et le pense que je récupérerais jamais. (Emma démarre la voiture et s'en va)


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Dans sa chambre d'hôtel, le motard ouvre la boîte qui contient le livre d'Henry. Emma entre chez Granny, elle rejoint Sidney au comptoir. Il boit un verre.

Emma : On dirait qu'on a eu la même idée.
Sidney : Oui puisqu'on n'a pas réussi à la faire plancher… Autant se consoler. Pourquoi on n'a rien vu ?
Emma : Non, on l'a vu venir, depuis le début on le savait. Et on a fermé les yeux, aveuglés par notre colère… Par la situation.
Sidney : Cette fois-ci… Mais Regina a plein de cadavres dans le placard… Et il y a une bonne nouvelle… Vous avez trouvé un allié.
Emma : On se refera pas avoir. (Ils trinquent)


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. Regina est dans ses appartements, elle se regarde dans le miroir. Le génie entre.

Le Génie : C'est fait ! Tu es libre, mon amour. Plus rien ne nous empêche d'être ensemble, enfin ! Qui a-t-il ? Tu ne m'entends pas ? Ça y est les murs de notre prison sont tombés.
Regina : Tu n'as pas entendu la nouvelle ? Les gardes du palais ont trouvés le serpent… Ils savent qu'il vient de ton pays… Ils savent que c'est toi qui as tué le roi… Ce n'est qu'une question de temps avant qu'ils ne t'attrapent… Une fois pris tu seras exécuté… Je suis navrée… Nous ne serons jamais ensemble… (Regina se lève) Viens, j'ai trouvé un bateau près à te faire franchir les frontières du royaume… Tu dois partir tout de suite.
Le Génie : Oui… La vipère d'Agrabah… Parmi la multitude de serpents qu'il y a sur Terre, c'est celui que tu as choisi… Tu m'as fait signer cet assassinat… Bien sûr… Tu m'as trompé… Tu ne m'as jamais aimé.
Regina : Si je t'ai aimé ? Je voulais que le roi soit tué et tu l'as assassiné… Tu ne m'es plus d'aucune utilité à présent… Estime-toi heureux que je t'aide à t'échapper… Maintenant fuis le royaume et ne reviens jamais !
Le Génie : Je… Je ne peux pas vivre sans toi… Je ne veux pas vivre sans toi.
Regina : Es-tu un peu sourd ou es-tu bête ? Je ne t'aime pas ! Quoique tu puisses vouloir nous ne serons jamais ensemble.
Le Génie : Je sais comment faire.(Le génie prend la lampe) Il me reste encore un vœu à exaucer… Et le voici… Je veux être pour toujours avec toi… Je ne veux jamais te quitter des yeux et toujours rester à tes côtés. (Le génie disparaît dans une fumée bleue. Regina le chercher autour d'elle) Non ! Nooooon ! (Regina regarde son miroir et voit que le génie y est piégé à l'intérieur) Noooooooooonnnnnn !
Regina : On dirait que ton vœu a été exaucé… Maintenant tu seras avec moi pour toujours.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Sidney est dans le bureau de Regina.

Regina : Assied-toi Sidney. (Il va s'asseoir, Regina le suit) Alors ? (Sidney lui fait écouter la conversation qu'il a eue avec Emma chez Granny)
Sidney : « Vous avez trouvé un allié. »
Emma : « On se refera pas avoir. »
Regina : Elle a marché.
Sidney : Elle a tout avalé.
Regina : Bravo. C'est vraiment du grand art et d'un bout à l'autre… Trafiquer les freins de sa voiture ? Impressionnant.
Sidney : J'espérais bien que ça te plairait.
Regina : Maintenant elle te fait confiance… On va pouvoir s'amuser.
Sidney : Tout ce qu'elle fera, où elle ira, qui elle verra, rien ne t'échappera. (Regina caresse la jambe de Sidney)
Regina : Je ne sais pas ce que je ferais sans toi, Sidney.


FIN.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.