FANDOM


Plume WIKI Cette page est la transcription de l'épisode Le Pont des Trolls. Plume WIKI
N'hésitez pas à la compléter ou à corriger la moindre erreur.
Once Upon a Time couverture livre de contes

SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. La calèche du Prince Charmant et de la Princesse Abigail traversent une forêt.

Charmant : Qu'en pensez vous, ma chère ?
Abigail : J'ai déjà vu mieux. Ce voyage est interminable. La route des trolls était beaucoup plus rapide. Et moins cahoteuse. (Charmant prend une bourse de bijoux dans ses mains). Est-ce que vous m'écoutez, seulement ?
Charmant : Oui, bien évidemment.
Garde : Halte ! (La calèche s'arrête)
Abigail : Quoi encore. (Charmant descend du véhicule)
Garde : Monseigneur !
Charmant : N'ayez crainte, ce n'est qu'un arbre au milieu du chemin. (Charmant inspecte l'arbre. Blanche-Neige descend sur le toit de la calèche.)
Garde : Monseigneur ? Qui y a-t-il ?
Charmant : Vous voyez ces marques ? Cet arbre a été coupé, il n'est pas tombé tout seul. C'est une embuscade ! (Dans la calèche, Blanche-Neige vole la bourse de bijoux et Abigail hurle. Blanche-Neige s'empare d'un cheval et s'enfuit).
Abigail : Gardes ! Au voleur ! À l'aide !
Garde : Monseigneur !
Charmant : J'y vais ! (Charmant prend un cheval et poursuit la fugitive. Il la rattrape et la fait tomber) Montre ton visage, lâche ! (Il lui enlève sa capuche) Tu es… une fille.
Blanche-Neige : Une femme, monseigneur ! (Blanche-Neige prend une pierre et le frappe au visage. Elle retourne vers son cheval et s'enfuit à nouveau)
Charmant : Tu ne m'échapperas pas ! Où que tu sois, je te retrouverai toujours !


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Mary Margaret a un rendez-vous galant avec le Dr Whale au Café Granny.

Dr Whale : Bon. Où est ce qu'on en était ? Vous disiez que vous vouliez avoir quinze enfants, c'est ça ?
Mary Margaret : Quoi… Quinze enfants ? Oh non… J'en aie quinze enfants dans ma classe, quinze élèves que vous verrez demain. Aller à l'hôpital fait partie de leur programme de bénévolat.
Dr Whale : Oui, c'est très intéressant le bénévolat pour eux. (Le Dr Whale regarde Ruby débarrasser une table]]
Mary Margaret : Bien évidemment, je ne veux pas quinze enfants. Enfin, je ne veux pas dire que je ne veux pas d'enfants… J'en veux… Non, je veux tomber amoureuse, me marier, avoir des enfants, tout ça me plairait mais bien sûr, tout ça c'est… (Mary Margaret remarque le Dr Whale en train de regarder Ruby) Je pense que c'est embarrassant pour moi d'en parler aussi vite. Ruby ?
Ruby : Oui, Mary Margaret ?
Mary Margaret : L'addition, s'il te plait.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Mary Margaret marche dans la rue. Elle trouve Emma dans sa voiture.

Mary Margaret : Hey. Ça va ?
Emma : Oui, ça va. Dans ma liste des plans galères, dormir dans ma voiture n'entre même pas dans le top dix.
Mary Margaret : Vous dormez là ?
Emma : En attendant mieux, ouais.
Mary Margaret : Vous avez décidé de rester. Pour Henry.
Emma : Ouais, c'est ça. (Emma sort de sa voiture) Il y a pas beaucoup d'appartements à louer dans cette ville. Aucun, en faite. C'est normal ?
Mary Margaret : C'est la Malédiction.
Emma : Vous faites quoi dehors aussi tard ?
Mary Margaret : Ben, je suis enseignante, pas bonne sœur. J'avais un rendez-vous.
Emma : Ça c'est bien passé d'après ce que je vois.
Mary Margaret : Aussi bien que d'habitude.
Emma : Dites moi qu'il a payé.
Mary Margaret : (Mary Margaret fait non de la tête) Et ouais. Si l'amour c'était facile, ça se saurait. Enfin, je vous le dit. Si la voiture vous rend claustrophobe, j'ai une chambre d'ami.
Emma : Merci. Je suis pas douée pour le partage d'appart. C'est pas trop mon truc en faite. Je me débrouille mieux seule.
Mary Margaret : Bon et bien, bonne nuit. Et bonne chance avec Henry.
Emma : Merci.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Henry est dans la chambre d'hôpital de John Doe. Mary Margaret entre.

Mary Margaret : Henry, tu pourrais donner un coup de main pour la déco ?
Henry : Vous pensez que Mr. John Doe va s'en sortir ?
Mary Margaret : Non, il ne s'appelle pas John Doe, Henry. C'est le nom qu'on donne à quelqu'un lorsqu'on ne sait pas qui il est.
Henry : Et vous savez pas du tout qui il est ?
Mary Margaret : Non. Je lui apporte des fleurs quand je fais mes visites.
Henry : Qu'est ce qu'il lui ait arrivé ?
Mary Margaret : Je n'en sait rien. Il est comme ça depuis que je suis bénévole à l'hôpital.
Henry : Et il n'a aucune famille, aucun ami ?
Mary Margaret : Personne ne l'a demandé.
Henry : Donc, en faite, il est tout seul.
Mary Margaret : Oui. Et c'est triste. (Henry regarde John Doe)
Henry : Et vous êtes sûrs que vous ne le connaissez pas ?
Mary Margaret : Évidemment que je suis sûr. Viens avec moi. Tu n'as pas à être là.


SCÈNE : Storybrooke Présent. Au château de bois, Henry montre l'illustration du Charmant à Emma.

Henry : J'ai retrouvé ton père. Le Prince Charmant.
Emma : Henry…
Henry : Il est à l'hôpital, dans le coma. Tu vois la cicatrice ? (Henry montre du doigt l'image) Il y en a une, lui aussi.
Emma : Mais ça n'a rien d'exceptionnelle, tu sais.
Henry : Elle est au même endroit, tu ne vois pas ce que ça veut dire ? S'il est tombé dans le coma, c'est à cause du mauvais sort. Ils ont été séparés et ils ne se souviennent de rien. On doit dire à Mlle Blanchard qu'on a trouvé son Charmant.
Emma : Ok, petit. Aller dire à quelqu'un… Que son âme-sœur est dans le coma, je pense que ça n'avance pas beaucoup. C'est encore plus pénible d'être privé d'avenir. Mais, c'est encore pire de donner de faux espoirs à quelqu'un.
Henry : Ouais mais si j'avais raison ? Nous, on sait qui ils sont. Et il faut qu'ils le sachent aussi.
Emma : Tu veux faire comment pour leur apprendre ?
Henry : Ils doivent se rappeler de ce qui s'est passé. On doit trouver le moyen de lui faire lire l'histoire à John Doe. Et peut être que comme ça, il pourra se rappeler de qui il est.
Emma : D'accord.
Henry : T'es d'accord ?
Emma : Ouais, on va le faire. Mais ça sera à ma façon. Je parlerai avec elle.


SCÈNE : Storybrooke Présent. Chez elle, Mary Margaret propose un verre à Emma.

Mary Margaret : Vous voulez que je fasse la lecture à un patient dans le coma ?
Emma : Henry pense que ça l'aiderait à se rappeler qui il était.
Mary Margaret : Et d'après lui, qui c'était ?
Emma : Le Prince Charmant.
Mary Margaret : Si je suis Blanche-Neige… Il en a donc conclu… Que lui et moi…
Emma : Il a beaucoup d'imagination. Et c'est ça qui est compliqué. Il n'écoutera pas si je lui dis qu'il rêve. Il lui faut lui démontrer. Jouer le jeu, faites ce qu'il vous demande. Et peut être qu'il verra…
Mary Margaret : Que les contes de fées ne sont que des histoires. Que ça n'existe pas l'amour au premier baiser, le coup de foudre et il ouvrira les yeux sur la réalité.
Emma : C'est plus ou moins ça, ouais.
Mary Margaret : C'est triste à dire mais ce plan est particulièrement génial. On lui fait voir la réalité en douceur.
Emma : (Emma sort le livre de contes et le pose sur la table) Je lui aie promis que demain on se retrouverai chez Granny pour le petit-déj' et que vous nous feriez un rapport complet.
Mary Margaret : Bien. J'ai à préparer un rendez-vous important. Ça sera à moi de faire la conversation.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Mary Margaret lit l'histoire de Blanche-Neige à John Doe.

Mary Margaret : Bon, je sais que c'est vraiment bizarre. Mais, je le fais pour un ami alors soyez compréhensif s'il vous plait. « Alors que le prince s'élançait à la poursuite du voleur à travers la forêt si dangereuse, sa promise croisa les bras et se mit à bouder, se demandant combien de temps elle devrait s'ennuyer à l'attendre avant qu'ils ne puissent reprendre leurs voyages. Le voleur… Et là, ils se regardèrent dans les yeux, ils n'eurent aucun besoin de mots pour exprimer ce qui faisait battre leurs cœurs car c'est ici, à l'ombre du pont des trolls, que leur amour vit le jour. C'est là qu'ils comprirent que peu importe ce qui les séparait, ils réussiraient. » (John Doe pose sa main sur celle de Mary Margaret)


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Mary Margaret prévient le Dr Whale de l'état de John Doe.

Mary Margaret : Je suis sûr qu'il est en train de se réveiller. Je le sais, il était en train de me prendre la main.
Dr Whale : (Le Dr Whale examine le patient) Ces constances sont stables, rien d'anormal. Qu'est ce vous faisiez là ?
Mary Margaret : Oh… Je lui faisais la lecture. Je lui lisais une histoire.
Dr Whale : Ah. Peut être que vous vous êtes endormie un instant. Peut être que vous l'avez imaginé.
Mary Margaret : Non, je n'ai rien imaginé du tout.
Dr Whale : Mlle Blanchard, ce que je constate c'est qu'il n'y a rien de spécial. C'est vrai que parfois l'appareil enregistre une légère fluctuation, c'est peut être ce que vous avez entendu et ça vous aura troublé. Vous devriez rentrer chez vous maintenant. Reposez vous un peu, je vous recontacte s'il y a du nouveau. (Mary Margaret prend le livre de contes et quitte la pièce. Le Dr Whale prend son téléphone et appelle quelqu'un)
Regina : Oui, allô ?
Dr Whale: C'est le Dr Whale. Je devais vous avertir s'il y avait du changement dans l'état de John Doe. Et bien, il y a du nouveau.
Regina : Quoi ?
Dr Whale : Une de nos bénévoles a dit qu'il lui avait touché le bras. Il y a bien eu une légère fluctuation de l'activité cérébrale.
Regina : Qui était cette bénévole ?
Dr Whale : Mary Margaret Blanchard. (Dans son bureau, Regina serre son téléphone)


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Mary Margaret lit le livre de contes de Henry dans son lit. La scène se suit ensuite de l'illustration de Blanche-Neige en train de ranger ses affaires dans sa cachette. Elle est prise au piège dans un filet par le Charmant.

Charmant : Je t'avais dit que je te trouverais. Où que tu sois, je te retrouverai toujours.
Blanche-Neige : C'est le seul moyen que tu ais trouver pour attraper une femme ? En la piégeant comme un animal ?
Charmant : C'est le meilleur moyen d'attraper un voleur.
Blanche-Neige : Oh. Ceci est digne d'un Charmant.
Charmant : J'ai un nom vous savez.
Blanche-Neige : Je m'en moque. Charmant, ça te va. Maintenant, fais moi descendre de là, Charmant.
Charmant : Je te relâcherai quand tu auras rendu la pochette pleins de bijoux que tu m'as volé.
Blanche-Neige : Je n'ai que faire des bijoux, moi.
Charmant : En effet, je l'avais remarqué.
Blanche-Neige: Où est-ce que tu veux en venir. Tu m'insultes ?
Charmant : Pardon. Quel maladresse. Comment oserais-je calomnier celle qui m'a détroussé si promptement. Où sont mes bijoux ?
Blanche-Neige : Ils sont vendus, trop tard.
Charmant : Quoi ?
Blanche-Neige : Que valent-ils ? Dans ton palais, tu as des trésors, je suppose.
Charmant : Mais ils sont particuliers. Parmi eux, il y avait une bague qui appartenait à ma mère. Une bague que je veux donner à…
Blanche-Neige : Cette espèce de petite bécasse désagréable ? C'est pour elle que tu en fais autant ?
Charmant : C'est ma fiancée.
Blanche-Neige : Je te souhaite bonne chance. Tu dois obtenir une sacré contrepartie pour accepter ce sacrifice.
Charmant : De quoi tu parles ?
Blanche-Neige : Je sais comment ça marche. Le grand amour, ça n'existe pas. Il n'y a que des mariages arrangés, des histoires de pouvoir et d'argent. Ça n'existe pas l'amour au premier baiser, au premier regard, le coup de foudre. Ah… Laisses moi deviner. Son royaume veut s'emparer du tien. Votre ultime recours pour éviter d'entrer en guerre
Charmant : Ce n'est pas une session. Plutôt une fusion. Franchement, ça ne te regarde pas. Voilà ce qu'on va faire, écoutes bien. Je vais te relâcher pour que tu me conduises à ceux qui ont mes bijoux. Et tu vas récupérer la bague pour moi.
Blanche-Neige : Pourquoi je le ferais ?
Charmant : Parce que tu ne voudrais pas que je dise à tous le monde qui es tu réellement. (Il sort un avis de recherche portant la tête de Blanche-Neige) Blanche-Neige. Aides moi à récupérer ma bague ou je te livre aux soldats de la Reine. Et la Reine est loin d'être… Charmante, il me semble.
Blanche-Neige : Très bien. Je ne voudrais pas t'empêcher de vivre ton grand amour. (Charmant coupe la corde et Blanche-Neige tombe)


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Chez Granny, Emma rejoint Henry après s'être changé.

Emma : Merci pour le chemisier. Il est à ta mère ?
Henry : Ouais, elle s'en rendra pas compte.
Emma : Au fait, elle te croit où ?
Henry : Ben… Parti à la salle de jeux vidéo.
Emma : Et elle a gobé ça ?
Henry : C'est ce qu'elle avait envie de croire, alors elle l'a cru.
Emma : Ah ! Comme c'est facile !
Henry : Mmh mmh. (Un bruit de clochette tinte) La voilà ! (Mary Margaret entre dans le restaurant)'
Emma : Attends ! Ne te fait pas trop d'espoir ! On vient juste de commencer. (Mary Margaret vient s'asseoir avec eux)
Mary Margaret : Il s'est réveillé !
Emma : Quoi ?
Henry : Je le savais !
Mary Margaret : Il ne s'est pas réveillé, réveillé. Mais il m'a pris la main.
Henry : Il recouvre la mémoire.
Emma : Le médecin, il a dit quoi ?
Mary Margaret : Que je l'avais imaginé. Mais moi, j'ai pas rêvé. Je sais ce qui s'est passé.
Henry : On doit retourner là-bas ! Il faut que vous recommenciez !
Mary Margaret : Allons-y ! (Mary Margaret et Henry se lèvent. Puis c'est au tour d'Emma)
Emma : Une seconde ! Vous allez quoi ?
Mary Margaret : Si la connexion s'est faite, si j'ai pu l'atteindre…
Emma : Vous croyiez que c'est…
Mary Margaret : Le Prince Charmant ? Non ! Bien sûr que non ! En tout cas, il m'a entendu. Pourquoi et comment ? Je ne sais pas. (Mary Margaret sort du restaurant laissant Emma choquée)


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Henry, Mary Margaret et Emma sont à l'hôpital.

Henry : Il s'est réveillé, vous aviez raison. (Graham discute avec un infirmier)
L'infirmier : Entendu. (L'infirmier part. Graham se retourne pour parler à Henry)
Graham : Henry ! Attend ! Tu ne peux pas entrer !
Mary Margaret : Qu'est ce qui a ? C'est l'inconnu ? Qu'est ce qu'il a ?
Graham : Il a disparu. (Regina se trouve dans la chambre de John Doe avec le Dr Whale. Elle sort de la chambre)
Regina : Qu'est ce que vous venez faire ici ? (Elle attrape le bras d'Henry) Et toi ! Je te croyais à la salle de jeux vidéo. Alors maintenant tu me mens ?
Mary Margaret : Qu'est ce qui s'est passé ? Quelqu'un a emmené l'inconnu ?
Graham : On n'en sait rien. Il est clair que sa perf' a été arrachée mais il n'y a aucun signe de lutte. (Le Dr Whale sort de la chambre de l'inconnu)
Henry : Qu'est ce que t'as encore fait ?
Regina : Tu crois que j'ai quelque chose avoir là-dedans ?
Emma : Enfin ! C'est curieux que le maire soit là !
Regina : On m'a appelé ! Je suis responsable en cas d'urgence.
Mary Margaret : Vous le connaissez ?
Regina : Je l'ai trouvé. Il y a des années, il était sur le bord de la route sans papiers. Je l'ai amené à l'hôpital.
Dr Whale : Madame Mills lui a sauvé la vie.
Mary Margaret : Vous croyiez qu'il est en danger ?
Dr Whale : En danger ? Cet homme est nourri par perfusion et est sous observation constante depuis des années… Honnêtement il faut le retrouver très vite ou en danger sera bientôt un euphémisme.
Mary Margaret : Alors arrêtons un peu de parler et cherchons-le ! (Emma est sur le point de partir)
Regina : C'est déjà ce que nous faisons ! Restez en dehors de ça ma chère. Et puis vous deviez vous tenir éloignée de mon fils mais vous insistez. (Regina prend la main d'Henry. Ils commencent à partir) Alors tant pis je vais être obligée de l'éloigner de vous ! J'espère que mon chemisier vous plait ? C'est tout ce que vous aurez. Shérif ! Il faut retrouver l'inconnu. Le Dr Whale a été clair ! Chaque instant est précieux ! (Regina part avec Henry)
Graham : Docteur, votre dernière visite remonte à quand ?
Dr Whale : Il y a environ 42 heures.
Graham : Alors on va se baser sur ce délai.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Graham, Mary Margaret et Emma se retrouve au poste de surveillance de l'hôpital.

Graham : Vous étiez les deux seuls employés de service hier soir. Et vous n'avez rien vu ?
Walter : Rien du tout.
Emma : Personne d'autre n'est venu ?
Leroy : Oh moi ! J'ai rien vu.
Graham : Mlle Blanchard, tout était normal quand vous étiez là avec votre classe ?
Mary Margaret : Pour autant que je sache, oui. (Emma s'approche du moniteur)
Emma : On regarde pas la bonne vidéo. C'est la salle que les enfants ont décorée. Si c'était bien l'enregistrement d'hier soir, on verrait les banderoles qu'ils ont accrochées.
Leroy : Tu t'es encore endormi !
Walter : Et toi tu me balances ?
Leroy : Hey ! J'ai pas envie d'être viré !
Walter : Je bois pas au travail, moi !
Graham : Et oh ! Messieurs ! Où est l'enregistrement ? (L'enregistrement s'actionne alors)
Mary Margaret : Oh ! Il est sorti tout seul ! Il va bien.
Emma : C'était il y a 4 heures. Sur quoi donne cette porte ?
Leroy : La forêt.


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. Blanche-Neige et le Charmant marchent dans la forêt. Blanche-Neige tripote son pendentif.

Charmant : Je croyais que tu n'aimais pas les bijoux. C'est quoi ce que tu as là ?
Blanche-Neige : Quelle importance ? (Charmant arrache du cou son pendentif à Blanche-Neige) Attention ! C'est une arme !
Charmant : Cette poussière ? Depuis quand la poussière est une arme ?
Blanche-Neige : C'est de la poussière de fée.
Charmant : Je croyais que c'était bénéfique ?
Blanche-Neige : Quand elle vient d'une bonne fée ! Et celle-ci est très dangereuse. Elle transforme le plus terrible adversaire en un être que l'on peu aisément écraser. (Blanche-Neige essaie de récupérer son pendentif)
Charmant : Tu aurais pu l'utiliser contre moi.
Blanche-Neige : Tu ne valais pas le coût. (Charmant range la poussière de fée dans sa veste. Il rit) C'est très dur d'en trouver ! Je ne m'en servirai que sur une seule personne !
Charmant : Mais oui la Reine ! Tu es très en colère on dirait.
Blanche-Neige : Ce sont des mensonges sur les affiches. Et elle est allée jusqu'à m'envoyer un Chasseur pour m'arracher le cœur.
Charmant : Que s'est-il passé ?
Blanche-Neige : Ce n'était heureusement pas un prince sans scrupule. Il a eu pitié et m'a laissé partir. Depuis je me cache dans la forêt et j'essaie de collecter assez d'argent pour quitter le pays. Je veux m'enfuir dans un autre royaume, très loin d'ici et isolé. Là où on ne cherchera pas à me nuire.
Charmant : Tu vas te sentir seule.
Blanche-Neige : Moins qu'en faisant un mariage sans amour.
Charmant : Moi, je ne m'attaque pas à des innocents.
Blanche-Neige : Jusqu'à présent, je n'ai volé que les convois de la Reine. J'ai cru que c'était un de ses carrosses. Personne d'autre n'utilise cette route.
Charmant : On voulait voir les bois.
Blanche-Neige : Oh ! Quelle chance pour moi ! Sache que tout ce que je fais Charmant, je le fais pour survivre ! La Reine veut ma mort ! (Blanche-Neige recommence à marcher)
Charmant : Qu'as-tu fait pour déchaîner une haine pareille ?
Blanche-Neige : Elle me reproche d'avoir irrémédiablement gâchée sa vie.
Charmant : Et c'est le cas ?
Blanche-Neige : Oui. (Ils arrivent à une rivière) J'ai très soif. Je peux ?
Charmant : Oui. Mais fait vite. (Ils s'approchent de la rivière. Blanche-Neige boit. Puis c'est au tour de Charmant. Blanche-Neige se relève et frappe Charmant puis le pousse dans la rivière. Elle prend l'argent de Charmant et s'enfuit dans la forêt. Elle est interceptée par les soldats de la Reine)
Soldat : Eh ! Regardez qui nous avons là ! (Les soldats entourent Blanche-Neige, l'un d'eux descend de cheval) Trop tard pour te cacher ! La Reine veut avoir ton cœur. (Le soldat sort un poignard) Et je compte satisfaire sa demande.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Graham, Emma et Mary Margaret cherchent John Doe dans la forêt.

Emma : Qu'est ce qu'il y a ?
Graham : Ses traces s'arrêtent ici.
Emma : Vous êtes sûr ? Je croyais que suivre une piste, c'était votre truc ?
Graham : Laissez-moi un peu de temps ! C'est mon domaine ! Je vais trouver !
Emma : C'est vrai allez-y !
Mary Margaret : Son domaine ? Ça veut dire quoi ? C'est aussi votre boulot de retrouver des gens ?
Emma : Ouais, ouais. Mais les personnes que je recherche vont plutôt dans des endroits comme Vegas. Mary Margaret : Ouais.
Emma : C'est rare qu'ils se cachent dans une forêt.
Mary Margaret : Retrouver des gens, c'est plutôt intéressant comme métier. Comment vous avez commencé ?
Emma : Je fais ça depuis longtemps. J'ai toujours fais ça. Aussi loin que je me souvienne.
Mary Margaret : Comment vous avez eu l'idée ? Peut-être bien en cherchant vos parents ? C'est Henry qui m'a dit que votre situation quand vous étiez petite était comparable à la sienne. Vous les avez trouvé ou pas ?
Emma : Ça dépend de qui il s'agit. (Emma et Mary Margaret entendent un bruit. Henry arrive)
Mary Margaret : Henry ?
Henry : Vous l'avez retrouvé ?
Emma : Non pas encore. Toi tu devrais pas être là !
Henry : Je suis venu vous aidez. Je sais où il veut allez !
Mary Margaret : Et d'après toi, c'est où ?
Henry : Il est en train de vous chercher.


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. Un des soldats maîtrise Blanche-Neige pendant qu'un autre aiguise son poignard.

Soldat : Empêche-la de bouger. (Le soldat est sur le point de la poignarder lorsqu'il s'effondre. Charmant lui a lancé un poignard dans le dos. Charmant s'élance au secours de Blanche-Neige. Il se bat à l'épée avec un des soldats. Blanche-Neige court chercher une épée. Le dernier soldat, toujours en selle s'élance à la rencontre de Blanche-Neige et l'enlève.)
Blanche-Neige : Non ! Non ! (Charmant bat le soldat. Il remarque de Blanche-Neige se fait enlevé. Il saisit le carquois et l'arc d'un soldat puis part à la poursuite du cavalier. Charmant décoche une flèche et tue le cavalier. Blanche-Neige arrête le cheval. Charmant part à sa rencontre)
Charmant : Tu n'as rien ?
Blanche-Neige : Tu m'as… Tu m'as sauvé.
Charmant : Il m'a paru honorable d'agir ainsi. Tu es prête ?
Blanche-Neige : Prête à quoi ?
Charmant : Mes bijoux ?
Blanche-Neige : C'est vrai tu as un mariage qui t'attend. Les trolls auxquels je les ai vendus se trouvent derrière cette colline. Il faut être prudent.
Charmant : Tu as peur des trolls ?
Blanche-Neige : Tu n'en as jamais rencontrés.
Charmant : Ce sont des petits bonshommes ?
Blanche-Neige : Hein ? Tu confonds avec les nains. Ils sont plus prompts à trancher ta main qu'à la serrer.
Charmant : Alors réglons cette affaire tout de suite.
Blanche-Neige : Oui, nous n'avons pas que ça à faire toi et moi. Allons-y !
Charmant : Tu dois trouver ton lointain petit coin de solitude.
Blanche-Neige : Et tu as une fiancée exigeante à couvrir de bijoux.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Graham, Mary Margaret, Henry et Emma sont toujours dans la forêt à la recherche de l'inconnu.

Henry : Vous l'avez réveillé, vous comprenez ? C'est vous qu'il a vu en dernier. Il veut à tout pris vous retrouver.
Mary Margaret : Henry. C'est pas à moi qu'il pense. Il doit être en état de choc. Il est resté plongé dans le coma si longtemps !
Henry : Mais il est amoureux de vous. Alors arrêtez de le poursuivre s'il vous plait ! Et comme ça il pourra vous trouver.
Emma : Tu dois rentrer chez toi maintenant, où est ta mère. Elle va me tuer c'est sûr et toi tu vas en baver !
Henry : Elle m'a raccompagné à la maison et elle est tout de suite repartie.
Emma : On te ramène chez toi, compris !
Henry : Non ! (Graham crie)
Graham : Les filles ! (Mary Margaret, Henry et Emma accourent. Graham est penché sur le sol, il regarde le bracelet d'hôpital de l'inconnu)
Mary Margaret : C'est quoi ? C'est..
Emma : C'est bien du sang.


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. Le Charmant et Blanche-Neige chevauchent dans la forêt jusqu'à un pont. Ils descendent de cheval. Blanche-Neige fait partir le cheval.

Blanche-Neige : Ya ! Les trolls n'aiment pas les chevaux. Maintenant, on marche ! Suis-moi et ne dit pas un mot ! (Charmant et Blanche-Neige s'avancent sur le pont)
Charmant : Où sont-ils ?
Blanche-Neige : Ils sont là. (Elle pose de l'or sur la rambarde du pont. Les trolls grimpent jusqu'à eux) Tout va bien. Je le connais, c'est bon !
Troll : Qu'est ce que tu fais là ? Je croyais qu'on en avait fini ?
Blanche-Neige : Je veux faire un autre échange.
Troll : Je ne dirais rien devant lui. Qui est-ce ?
Blanche-Neige : Personne. Il est avec moi.
Troll : Ah bon. Il est avec toi. Cette réponse doit me suffire ?
Blanche-Neige : Je te dis que ce n'est personne. Alors écoute-moi. Je veux racheter les bijoux que je t'ai vendus.
Troll : Dis-moi qui c'est !
Blanche-Neige : Tu n'as rien à craindre de lui écoute moi. (Blanche-Neige se place entre le troll et Charmant)
Je vais te rendre tout ton argent. Donne-moi simplement la bague. Tu peux garder le reste. (Le troll fait signe à un autre troll de rendre sa bague à Charmant)
Charmant : Je vous remercie, nous apprécions votre aide.
Troll : Il est trop pressé. (Le troll reprend la sacoche avec la bague) Ils nous ont tendu un piège.
Blanche-Neige : Je te jure que non !
Troll : C'est le fils du Roi ! Allez ! Attrapez-le ! (Le troll se saisit de Blanche-Neige. Charmant dégaine son épée mais un des trolls le désarme)
Charmant :' Lâche-là !
Blanche-Neige : Non ! Fais-moi confiance, je t'en prie ! Si j'avais voulu te piégé, je l'aurais déjà fait ! Ne lui fait pas de mal.
Troll : Les négociations sont finies ! Fouillez-le ! (Les affaires de Blanche-Neige tombent au sol. Un troll trouve le pendentif de Blanche-Neige dans la veste de Charmant, il le jette par terre. Puis il trouve l'avis de recherche concernant la capture de Blanche-Neige) Blanche-Neige. Ta tête vaut de l'or ! Va l'aider ! (Charmant qui se retrouve sans personne pour le maîtriser, ramasse son épée et commence à frapper les trolls avec. Blanche-Neige est libérée)
Charmant : Cours ! Je te suis.(Charmant continue à se battre. Blanche-Neige ramasse son pendentif et la sacoche avant de partir. Charmant pousse un troll dans le vide. Il s'apprête à partir quand il est agrippé par un autre troll qui se cachait. Blanche-Neige court)
Blanche-Neige : Suis-moi ! Ils ne connaissent pas la forêt aussi bien que moi. (Blanche-Neige s'arrête de courir et constate que Charmant est prisonnier)
Troll : Le sang royal est le plus des nectars. (Le troll s'apprête à décapiter Charmant quand il est transformé en cafard. Les trolls qui tenaient Charmant avancent vers Blanche-Neige. Elle leur jette de la poussière de fée et les transforme eux aussi en cafard. Charmant se relève)
Charmant : Tu m'as… Tu m'as sauvé.
Blanche-Neige : Il m'a paru honorable d'agir ainsi.
Charmant : Tu n'as plus de poussière de fée.
'Blanche-Neige : Je trouverais bien autre chose. (Blanche-Neige jette son pendentif au sol)
Charmant : Merci. (Charmant rengaine son épée. Ils ramassent les affaires de Blanche-Neige)
Blanche-Neige : Tu t'imagines ? Je ne pouvais pas laisser mourir le Charmant.
Charmant : Je te l'ai déjà dit. J'ai un nom. C'est James.
Blanche-Neige : Cette rencontre fut un plaisir, Charmant. Allons-nous en, d'autres peuvent encore venir. (Ils partent. Charmant ramasse l'or et écrase un cafard)


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Un loup hurle dans la forêt. Le groupe arrive près d'une rivière au niveau du pont à péage.

Mary Margaret : C'est pas vrai ! Il est où ? Vous le voyez ?
Graham : Les traces s'arrêtent au bord de l'eau. (Mary Margaret éclaire le cours d'eau avec sa torche. Elle voit l'inconnu, jette sa torche et court vers lui) Je l'ai vu. Il est là ! Oh non ! (L'inconnu est évanoui dans l'eau, la tête à moitié immergée)
Graham : Envoyez une ambulance au vieux pont à péage. Faîtes-vite ! (Ils courent tous auprès de l'inconnu sauf Henry)
Emma :' Attendez ! Je lui prends les pieds. (Ils entreprennent de sortir l'inconnu de l'eau)
Graham : C'est bon, on y va.
Mary Margaret : Je le tiens ! Ça va aller ! Voilà ! (Ils le ramènent sur la berge) Attendez ! Je glisse. Allez moins vite, moins vite. (Ils posent l'inconnu sur le sol) Non non non non ! Non non non ! Je vous ai trouvé ! Ça va allez !
Graham : Les secours arrivent.
Mary Margaret : Tenez le coup !
Henry : Qu'est ce qu'il a ? Il va s'en sortir ? (Mary Margaret secoue l'inconnu. Emma rejoint Henry)
Emma : Henry ! Ne regardes pas, reste avec moi ! D'accord ! Ne regarde pas ! (Mary Margaret vérifie la respiration de l'inconnu)
Mary Margaret : Je vous en pris revenez avec nous ! Revenez vers moi. (Mary Margaret commence le massage cardiaque. Puis lui fait de la respiration artificielle. Et l'embrasse. L'inconnu recrache de l'eau, il respire de nouveau. Mary Margaret lui attrape la tête)
John Doe : Vous m'avez sauvé.
Henry : Elle a réussi ! Elle a réussi ! Elle l'a réveillé, c'est super !
Emma : Oui, petit. Elle a réussi !
John Doe : Merci
Mary Margaret : Qui êtes-vous ?
John Doe : J'en sais rien.
Mary Margaret : Ça va aller. N'ayez pas peur.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Les ambulanciers ramènent John Doe à l'hôpital.

Un ambulancier : Attention ! Poussez-vous !
Dr Whale : Merci les gars ! Vous pouvez y allez. (Le Dr Whale et les infirmières s'occupent de John Doe. Pendant ce temps Graham, Emma, Mary Margaret et Henry arrivent devant la salle d'urgence. Une femme arrive. Elle entre dans la pièce)
La femme : David ? C'est toi, David ?
Dr Whale : Sortez madame ! (Elle s'approche)
La femme : Oh c'est toi !
Dr Whale : Vous ne pouvez pas rester là. S'il vous plait !
La femme : David, c'est toi !
Dr Whale : Vous n'avez rien à faire ici. Vous ne pouvez pas rester là madame. (Le Dr Whale emmène la femme)
S'il vous plait vous ne pouvez pas rester là ! On doit l'examiner ! Laissez-nous faire !
Mary Margaret : C'est qui ?
Regina : Sa femme.


SCÈNE : Royaume enchanté. Passé. Charmant et Blanche-Neige marchent dans la forêt.

Charmant : Voilà. (Charmant pose sac de Blanche-Neige par terre)
Charmant : Ah ! Oui, je pense que tu le veux ? (Charmant donne une bourse à Blanche-Neige)
Blanche-Neige : Ah ! C'est vrai l'or ! Merci. (Elle range la bourse et prend la sacoche de Charmant et la lui rend) Et toi ! Pour te marier, tu as besoin de ça.
Charmant : Ah ! (Il prend la sacoche et sort la bague)
Charmant : Je sais. Ce n'est pas ton style.
Blanche-Neige : Il n'y a qu'une seule façon de le savoir. (Elle prend la bague de Charmant et la met à son annulaire)
Blanche-Neige : Non. Ça ne me va pas du tout. (Elle enlève la bague et la lui rend) Mais ta fiancée va l'adorer.
Charmant : Euh. Oui. (Charmant prend la bague et la range) Si tu veux prend les autres bijoux, je n'ai besoin que de cette bague.
Blanche-Neige : Oh ! Non. Merci ça va aller. Nous avons tous les deux ce que nous voulions.
Charmant : D'accord. Où que tu ailles, fais attention. Si jamais tu as besoin…
Blanche-Neige : Tu me retrouveras.
Charmant : Toujours.
Blanche-Neige : Je pourrais presque le croire. (Elle prend ses affaires)
Charmant : Il faut y aller. Au revoir Blanche-Neige.
Blanche-Neige : Au revoir Charmant.
Charmant : Je te l'ai déjà dit, c'est James.
Blanche-Neige : Mm. Non, je préfère Charmant. (Ils s'éloignent l'un de l'autre)


SCÈNE : Storybrooke. Présent. À l'hôpital, Regina raconte l'histoire de John Doe.

Regina : Il s'appelle David Nolan et elle c'est sa femme, Kathryn. Cette joie que je vois sur son visage et bien ça me donne plutôt envie de pardonner. Nous parlerons de ton insubordination plus tard. Tu sais ce que veut dire insubordination ? (Henry fait non de la tête) Ça veut dire que tu seras puni. (Kathryn sort de la chambre de David)
Kathryn : Je vous remercie. Je vous remercie d'avoir retrouvé David.
Mary Margaret : Je suis très étonnée. Alors… Vous… Vous ne saviez pas qu'il était ici dans le coma ?
Kathryn : Entre David et moi, il y a quelques années, c'était très tendu. C'était ma faute, maintenant, je le sais. J'étais exigeante et pas très à l'écoute. Un jour, je lui ai dit que si ça ne lui plaisait pas, il pouvait partir et c'est ce qu'il a fait. J'ai pas essayé de le retenir. C'est la plus belle erreur que j'ai faite.
Emma : Vous ne l'avez pas cherché.
Kathryn : Non, j'ai toujours pensé qu'il avait quitté la ville. Aujourd'hui, je sais pourquoi je n'avais aucune nouvelles de lui. Maintenant, je vais pouvoir faire ce que j'ai toujours voulu faire, lui dire que je suis désolée. Nous avons une seconde chance.
Mary Margaret : C'est.. C'est merveilleux ! (Le Dr Whale sort de la chambre de David)
Dr Whale : Très franchement, ça tient du miracle.
Kathryn : Il va bien ?
Dr Whale : Em… Physiquement, il est sur la bonne voie. Sa mémoire par contre en a pris un sérieux coup. Il lui faudra du temps s'il peut la recouvrer.
Mary Margaret : Qu'est ce qui l'a réveillé ?
Dr Whale : Il n'y a aucune explication. Je sais pas, il a eu un déclic.
Emma : Il s'est tout simplement levé et il a décidé d'aller faire un tour ?
Dr Whale : Quand il s'est réveillé, il était délirant et instinctivement il est sorti… Il recherchait peut-être quelque chose ?
Henry : Ou bien quelqu'un.
Kathryn : Je peux le voir ?
Dr Whale : Oui. Bien sûr. Allez-y en douceur. (Kathryn entre dans la chambre de David)
Regina : Henry, on s'en va. (Henry se lève puis retourne près de se chaise)
Henry : Oh ! Une minute, j'ai oublié mon sac. (Il en profite pour parler à Mary Margaret)
Henry : Ne les croyez pas ! C'est pas vrai ! C'est vous qu'il cherchait, c'est sûr !
Mary Margaret : Oh ! Henry !
Henry : Il voulait au pont à péage, c'est ce qui arrive à la fin de l'histoire.
Mary Margaret : Non. Il allait là-bas parce que c'est la dernière chose que je lui ai lu. Tu comprends ?
Henry : Non. C'est parce que vous devez être ensemble, c'est tout.
Regina : Je t'attends (Henry s'en va)


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Emma rattrape Henry et Regina dans un des couloirs de l'hôpital.

Emma : Madame le maire ?
Regina : Attends-moi à la voiture. Mlle Swan, je ne vous ai rien dit tout à l'heure. Ne me le faites pas regretter.
Emma : Excusez-moi, mais j'ai des doutes. L'histoire de Kathryn Nolan me paraît dure à avaler. Pendant tout ce temps, il y avait un inconnu dans le coma à l'hôpital et personne n'a fait de recherches ? N'en a parlé nulle part ? Je trouve ça très bizarre.
Regina : Mais pourquoi ça vous paraît si étonnant ? Hum ? Pourquoi madame Nolan mentirait ? Oh ! Vous croyiez que je l'ai ensorcelée ?
Emma : Je trouve très étrange que vous ayez été la personne responsable de lui au cours de toutes ces années et que vous la retrouviez seulement aujourd'hui.
Regina : Cette ville est plus grande que vous ne le croyiez. Il arrive que des gens se perdent vous savez. Ici, c'est comme partout ailleurs, il y a des accidents, des malheurs.
Emma : Et quand ça vous arrange, vous arrivez à résoudre le mystère ?
Regina : Grâce à vous. Grâce à la vidéo que vous avez trouvée. C'était un vrai coup de génie. Ça nous a donné l'idée de visionner d'autre vidéo. Il se trouve que John Doe parlait dans son sommeil. Il appelait une certaine Kathryn. En ayant un nom, c'était facile de reconstituer le puzzle. Moi qui pensais que vous Mary Margaret vous bondiriez de joie. L'amour a été le plus fort. Soyez plus positive ma chère. Sans vous deux, ils auraient fini leur vie tout seul. C'est pour ça que je suis prête à pardonner vos incessantes impertinences parce que vous voyez, ces événements m'ont rappelé ce qui fait vraiment la différence : je suis tellement chanceuse, tellement heureuse d'avoir Henry. Je pense que n'avoir personne, c'est la Malédiction la plus terrible.


SCÈNE : Storybrooke. Présent. Dans la chambre d'hôpital, Kathryn enlace David. Pendant cette embrassade, il remarque Mary Margaret qui les regarde. Elle tourne autour de son doigt la bague ayant appartenu au Prince Charmant. Plus tard, Mary Margaret est assise dans ses escaliers. Elle a l'air triste. Elle joue avec sa bague. Quelqu'un frappe à la porte. Elle va ouvrir.

Mary Margaret : Emma !
Emma : Je suis désolée de débarquer aussi tard. Est-ce que la chambre que vous me proposiez est toujours libre ? (Mary Margaret sourit puis invite Emma à entrer)


FIN.

Interférence d'un bloqueur de publicité détectée !


Wikia est un site gratuit qui compte sur les revenus de la publicité. L'expérience des lecteurs utilisant des bloqueurs de publicité est différente

Wikia n'est pas accessible si vous avez fait d'autres modifications. Supprimez les règles personnalisées de votre bloqueur de publicité, et la page se chargera comme prévu.

Sur le réseau FANDOM

Wiki au hasard